.
.

Le triomphe de la vérité

.

Célébration de la Jistna 2020: Le Royaume de Danxomè honore la mémoire des déportés et des afro descendants


Vues : 0

Dans le cadre de la célébration de la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition cette année 2020, l’esplanade du palais du Roi Agonglo a été baptisée Place de la Liberté Me bi vi par le Conseil communal d’Abomey avec à sa tête le Maire Antoine Djedou. La rue menant vers le palais a été quant à elle baptisée Rue Nayé Senume, ce samedi 22 août. C’est cette place qui a servi de cadre à une conférence-débat sur le thème: « De l’esclavage à la liberté et à la réconciliation ». Dans ses propos introductifs à l’ouverture de ces échanges, le président du comité d’organisation, Professeur Florentin Nangbe, Enseignant-chercheur au département de Sociologie-Anthropologie de l’Université d’Abomey-Calavi a fait savoir aux participants et à tout le peuple béninois qu’ils doivent se rappeler que c’est dans la nuit du 22 au 23 août 1791 qu’a commencé l’insurrection qui devrait jouer un rôle déterminant dans l’abolition de la traite transatlantique. A le croire, pendant cette période, le Roi Agonglo qui était au commandement du royaume de Danxomè ayant constaté qu’en dehors de ceux qui sont déportés, il y a des esclaves domestiques, a pris la décision de leur changer de statut considérant que tout le monde sur le territoire de Danxomè est enfant du royaume avec égalité de chance et de droit. D’où l’expression ‘’Me bi vi’’ qui signifie ‘’ Tous enfants du royaume avec égalité de chance et de droit’’. « Ainsi, devenant filles et fils dans le Danxomè, par l’innovation du Roi Agonglo, ces esclaves domestiques occupent désormais une place privilégiée, avec une intégration totale au système de gestion et de transmission de la culture au triple niveau éducatif : savoir, savoir-faire et savoir-être », a-t-il expliqué. Toutefois, à le croire, ce qui est intéressant de partager avec tous ceux qui ont pris part à cette célébration, c’est que ce fut le pacte de sang avec engagement dans la lutte pour la liberté que les esclaves se sont rebellés. Dans son allocution, la principale préoccupation soulevée par le Professeur Florentin Nangbe consiste à savoir si le royaume de Danxomè répond-t-il aux caractéristiques d’un royaume esclavagiste ? Si oui ou non, a-t-il poursuivi, et tenant compte des préjudices des Béninois aujourd’hui, face aux Houégbadjavi, comment pourrons-nous comporter pour contribuer efficacement à l’unité nationale et nous réconcilier avec les afro descendants qui cherchent à faire un retour sur la terre d’origine, le Danxomè , s’est interrogé l’universitaire. Pour finir, il a exprimé ses reconnaissances à l’endroit du Chef de l’Etat Patrice Talon et au Roi Dada Kêfa Sagbadjou. Au terme de son intervention, une exposition d’œuvres artisanales s’est tenue à l’intérieur du palais du Roi Agonglo et a été animée par les membres du Centre Agonglo de tissage artisanal (Cata). Ensuite, les participants ont eu droit à une conférence-débat animée par d’éminentes personnalités à savoir Nouréni Tidjani-Serpos, Bellarmin Codo, Brice Sogbossi et Dieudonné Gnammakou. Présents à cette célébration, le Maire de la commune d’Abomey Antoine Djedou et son homologue d’Abomey-Calavi Angelo Evariste Ahouandjinou ont reçu les remerciements de Dah Gansè car c’est la première fois que ces deux autorités communales co-agissent ainsi.

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page