.
.

Le triomphe de la vérité

.

Coupe du monde de Pétanque, Bénin 2022 : « Nous devons accompagner l’Etat dans la construction des boulodromes », soutient Thierry Gansa


Vues : 1

Thierry Gansa, Organisateur de la Ligue Atlantique-Littoral de Pétanque, Promoteur de Pétank Bar

Le Bénin sera en 2022, le carrefour où se croiseront les fers ronds du monde à travers la Coupe du monde de Pétanque.  Un défi que compte relever le Bénin dans l’organisation de cette compétition mondiale, malgré le manque d’infrastructures. L’Organisateur de la Ligue Atlantique-Littoral de pétanque, Thierry Gansa, promoteur du tout premier boulodrome de Cotonou, « Gérard Agossa », installé à Pétank Bar, revient sur l’urgence de doter le Bénin d’infrastructures sportives et de susciter en la jeune génération, l’envie de pratiquer la pétanque.

L’Evénement Précis : Vous êtes le promoteur de Pétank Bar et du boulodrome qui porte le nom d’un grand pratiquant des sports boules. Comment êtes-vous arrivé à cette fin ?

Thierry Gansa : J’ai une passion pour la pétanque. C’est une fierté pour moi de voir les professionnels et amateurs autour du fer rond. C’est un cadeau que j’ai fait à la pétanque et c’est l’occasion pour les boulistes de faire de cette aire de jeu, leur outil. Dans les pays que j’ai visités, il y a des terrains de pétanque dans presque toutes les rues. Il y a des boulodromes dans tous les quartiers notamment, en France. Ce qui n’est pas le cas ici. Pour moi, c’est donc une ambition de réaliser ce que je vois ailleurs dans mon pays. Nous sommes des passionnés de la pétanque et il faut se sacrifier pour cela.

Quel est l’objectif visé en construisant cette infrastructure ?

L’objectif, c’est de donner les moyens aux boulistes d’aller de l’avant. On ne peut pas tout mettre sur le dos de l’Etat. L’Etat, ce n’est pas que le gouvernement ou le Président de la République. C’est nous tous et nous avons le devoir d’accompagner le gouvernement dans sa mission de développer le pays. Nous pouvons faire avancer les choses avec nos maigres moyens, et c’est ce qui se fait. L’accès à l’aire de jeu est gratuit à tous et permet aux boulistes de venir s’entrainer. C’est une joie pour moi de les voir ici. Depuis mon enfance, j’ai toujours voulu être entouré de passionnés

Le Bénin organise en 2022, la Coupe du monde de Pétanque. Pensez-vous que le défi sera relevé ?

Bien-sûr. Nous avons des hommes engagés et dynamiques tels que le Président de la Confédération africaine, le Président de la Fédération, le Vice-président, Garba Yaya et bien d’autres encore qui ont de très bonnes ambitions de faire de cette compétition internationale, une réussite. Je peux vous dire qu’il y a eu des réunions au niveau de la Fédération. Les idées sont en train de se dessiner pour que les travaux commencent. Nous ne pourrons que les accompagner.

La pétanque se pratique pour la plupart dans les ruelles. La coupe du monde n’est-elle pas une occasion pour permettre au Bénin d’avoir des boulodromes ?

C’est très important et je pense que le Chef de l’Etat qui aime le beau, sera avec nous.

Petank Bar fera-t-il partie des infrastructures qui seront retenues pour abriter cette compétition ?

Ce sera un honneur et une grande joie pour nous. Je suis le représentant de la marque de pétanque, Obut, qui donne l’occasion aux joueurs boulistes, d’avoir les matériels adéquats et de qualité. J’aimerais bien avoir mon stand sur le site et je pense que les acteurs au plus haut niveau, ne me lâcheront pas. Nous manquons d’infrastructures au Bénin mais nous devons accompagner l’Etat dans leur construction.

Quel est le niveau actuel de la pétanque béninoise ?

A l’international, le Bénin est respecté. Non pas à cause du vaudou mais, du talent de ses joueurs. Nous avons, au Bénin, le meilleur tireur de l’Afrique en la personne de Marcel Bio, qui est craint par le meilleur tireur mondial. Les gens le veulent mais nous ne savons pas mettre nos talents en valeur. Il va falloir que nous ayons aussi les infrastructures, que nous donnions l’envie aux enfants de jouer à la pétanque. Nos dirigeants que ce soit au niveau de la ligue et de la confédération doivent comprendre l’urgence et accompagner les boulistes béninois.

Quelles sont vos perspectives pour vous dans le monde de la pétanque ?

C’est d’abord de couvrir entièrement le boulodrome afin de permettre aux joueurs de poursuivre le jeu, même en pleine intempérie. Ensuite, faciliter le partage d’expériences et permettre aux boulistes béninois d’échanger avec les professionnels internationaux sur les fondamentaux et les secrets de la pétanque. Plusieurs compétitions ont déjà été organisées ici et j’ai le soutien des acteurs de ce sport comme : le président de la Fédération, Léopold Bidé, le Directeur technique national Guy Tronnou, son adjoint Thierry Babagbéto et bien d’autres.

Quel message avez-vous à adresser pour une bonne organisation de la coupe du monde ?

Nous avons à la tête de notre pays, un chef d’Etat qui a de grandes ambitions, qui aime le beau et le travail bien fait. Je pense qu’il n’y aura aucune chute et ce sera une réussite. Je sais aussi qu’il se rendra disponible pour nous accompagner et faire la joie des boulistes. A l’endroit des boulistes, je les exhorte à rester Béninois, à avoir la rage de vaincre et surtout, à s’entrainer.

Réalisé par Rastel DAN

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page