.
.

Le triomphe de la vérité

.

Suite à l’adoption de nouvelles dispositions à l’Assemblée nationale: Le satisfecit de Me Abraham Zinzindohoué


Me Abraham Zinzindohoué, Ancien Ministre de la justice, et ancien président de la Cour de justice de l’Uemoa

Invité de l’émission Actu Matin de Canal 3 Bénin, le mercredi 03 juin 2020, l’ancien Ministre de la justice, et ancien président de la Cour de justice de l’Uemoa, Me Abraham Zinzindohoué s’est prononcé sur le vote de la loi N°2020-13 portant interprétation et complétant la loi N°2019-43 portant Code électoral en République du Bénin. Dans son développement, il a fait savoir que dans une démocratie libérale comme le cas du Bénin, il y a toujours un pouvoir et une opposition. « Quelle soit parlementaire, communale, extraparlementaire ou extra communale. La Constitution du Bénin que ça soit dans sa version originelle ou la version amendée, l’article 5 est formel : les partis politiques concourent à l’expression du suffrage », a-t-il déclaré, notifiant ainsi que la Constitution met les partis politiques au-dessus de tout pour l’animation de la vie politique. Par ailleurs, il a souligné que cette disposition renvoie à la charte des partis politiques. « Les deux premières chartes que nous avions eues ont fragilisé les partis politiques et c’est ça qui a expliqué la multiplicité des partis qu’on a eues. Donc il était nécessaire de faire cette réforme et elle a été faite. Au niveau de la charte des partis politiques, vous verrez qu’il n’y a aucun problème, les objectifs sont atteints, la réduction est faite, les partis sont d’envergure nationale de 10 à 15 et il y a eu 5 partis qui ont compéti et 3 ont tiré leur épingle du jeu », a précisé l’ancien Député. Quant au code électoral, il a indiqué qu’il fallait aller jusqu’au bout, mais on est encore revenu donner un peu de poids à des individus qui étaient déjà sur une liste de parti adoubé par le peuple. Et c’est là le petit réglage qu’il fallait faire et c’est ça qui a été fait, selon lui. « Quand c’est bloqué, il faut avoir le courage de débloquer pour avancer. Désormais au Bénin, si vous n’êtes pas membre d’un parti politique, vous n’avez pas la chance de faire de la politique », a-t-il ajouté. De plus, il demande au peuple d’être indulgent envers les partis politiques. « Les partis n’ont pas 10 ans ou 20 ans d’existence. C’est à peine 1 an et demi. Il faut avouer qu’avec des grandes formations, des gens venus d’horizons différents, ce n’est pas aussi facile en un an et demi que tout soit bien, que la discipline du parti soit comprise par tout le monde. Même les élus n’ont pas compris le sens de cet article 189. Prenez l’exemple quand on est dans un régime parlementaire, le parti qui gagne, c’est son leader qui forme son gouvernement. Donc il fallait aller au bout de cette logique ce qui est conforme à la Constitution », a laissé entendre l’invité de Canal 3.

Laurent D. KOSSOUHO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *