.
.

Le triomphe de la vérité

.

Candide Azannaï, Président de Restaurer l’Espoir: «La résistance a connu des chocs… »


Vues : 1

Candide Azannaï, Président du parti Restaurer l’Espoir

Le Président du parti Restaurer l’Espoir, Candide Azannaï, dans une récente interview à la presse a essayé de faire l’état des lieux du mouvement de la résistance dont il est l’un des acteurs influents. S’il confirme que les forces de la résistance existent toujours, il fera cette remarque importante : « Nous devons la vérité à nos populations, la résistance a connu des chocs qui ne sont pas dus au fait que le pouvoir Talon est fort. Non pas du tout. C’est à cause de l’inconséquence du casting en face. Et cette inconséquence est à la fois, théorique, pratique et organisationnelle ». Dès le lancement de ce mouvement, il rappelle avoir insisté sur ce qu’il y a à faire, à savoir : « définir un objectif, définir une stratégie, définir une organisation, définir une intendance et enfin, définir un pilotage stratégique qui répond aux trois normes d’un pilotage de combat démocratique : la haute vue, la gestion des ambitions et la gestion des difficultés. ». Un peu comme en regret aujourd’hui, Candide Azannaï avoue avoir personnellement mis à disposition, tout ce qu’il a pensé qu’on peut mettre. « En ce qui me concerne, nous avons fait tout ce que nous pouvions faire. Nous sommes allés jusqu’à tout ce qui est possible, qu’on puisse faire. Mais, nous n’avions pas de prise sur les irrésolus et les traites » se désole-t-il.
« La résistance a reçu des coups extraordinaires, le peuple aussi a reçu des coups extraordinaires. Mais la résistance pour autant est debout, comme pour paraphraser un peu le président Soglo qui dit, on « finit de faire le point et nous nous réorganiserons. » affirme par ailleurs le président de Restaurer l’Espoir qui précise que « la résistance n’est pas une affaire de Pierre, de Paul ou de Jacques, comme j’ai l’habitude de le dire. C’est le mécontentement populaire. C’est l’ensemble du peuple, épris de démocratie, de liberté et de l’état de droit, de protection des acquis de la conférence nationale. C’est ce peuple qui est la résistance. Nous autres, nous ne sommes que des accompagnateurs de ce mouvement. Et c’est ce peuple qui s’est exprimé le 28 avril 2019. C’est cette résistance-là. ». Il en conclut par ceci : « Si maintenant, les gens pensent que Talon peut tirer le drap, c’est un autre débat, mais la résistance est debout. »

Christian Tchanou

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page