.
.

Le triomphe de la vérité

.

Point de la CENA sur le dépôt des dossiers de candidatures aux Communales 2020: 4 partis ont leurs récépissés provisoires, 5 en difficulté pour dossiers incomplets


Vues : 0

En 2015, 34 listes de partis ou alliances de partis étaient en compétition pour les élections communales et locales alors qu’aujourd’hui il y en a au plus 9 qui se sont présentés dans les locaux de la Cena le jour de la clôture des déclarations des candidatures. Parmi ces neuf, il faudra retenir après les informations de la journée du 12 mars que seulement 4 étaient porteuses de dossiers complets, soit 3630 dossiers (1815 titulaires et 1815 suppléants). Les 5 autres partis n’ont manifestement pas été en capacité de réunir les 3630 candidats (titulaires et suppléants). Ce schéma qui se dessine dans le processus électoral actuel est la preuve de ce que la scène politique béninoise était remplie de plaisantins ou d’individus en mal de visibilité qui, pour peu qu’ils se croient populaires, se lançaient dans le commerce politique. En effet, la pratique ancienne avant 2016 permettait aux partis ou alliances de partis de se présenter à la Cena dans les circonscriptions de leur choix, s’agissant des municipales et communales.
Mais cette fois-ci et conformément à la volonté des acteurs politiques d’œuvrer à l’avènement de grands partis à assise nationale, non seulement il n’y a pas possibilité d’aller à l’élection en alliance, mais en plus il faut présenter des candidats dans les 546 arrondissements du pays. Cela constitue un réel test de crédibilité pour les partis qui devront faire la preuve qu’ils ont des militants dans toutes les communes du pays. Aussi, dans la perspective de ces élections qui auront lieu le 17 mai 2020, le Gouvernement a accompli toutes diligences de son ressort pour faciliter la tâche aux partis, notamment en invitant les élus locaux en place à délivrer gratuitement les pièces administratives nécessaires à la constitution des dossiers, et en instruisant la Direction générale des Impôts à l’effet de délivrer le quitus fiscal à tous les demandeurs. En agissant ainsi, le Gouvernement promeut des élections inclusives afin que tout parti capable de présenter des candidats partout, puisse constituer et déposer son dossier. Des actes posés par le gouvernement qui épargne le peuple de l’expérience du 28 avril 2019 où les personnalités ou partis politiques qui n’ont pu satisfaire aux exigences de la Charte des partis et/ou du Code électoral, ont embouché la trompette de l’exclusion au point où cela a même dégénéré par endroits en violences.

La justesse du dialogue politique et les facilités offertes par le gouvernement
D’après un premier point fait par le président de la CENA, sur les 9 délégations aperçues à la Cena, 4 (BR, UP, FCBE et MOELE BENIN) semblaient avoir des dossiers sérieux puisque les représentants de ces partis ont attendu et suivaient la vérification du contenu de leurs dossiers. Quant aux 5 autres, ils étaient aux abonnés absents. Il convient de se demander par ce constat, ce que ces 5 partis sont allés faire à la Cena et si leurs dossiers sont vraiment valables. Seules les heures qui viennent vont permettre de voir claire dans la position de participation ou non de ces partis qui semblent être à court de munition pour faire partir de la compétition communale. Cependant, après étude des dossiers, la Cena, conformément à la loi, accordera un délai de 3 jours aux partis afin qu’ils corrigent les éventuelles insuffisances de leurs dossiers (pièces manquantes, pièces à remplacer) mais ceux-ci ne peuvent plus intervenir sur l’ordre des candidats tel qu’il ressort de leur dossier. Ce qui semble être bien organisé et claire dans la tête de chacun et de tout le monde car, l’ambiance qui prévale autour des municipales et communales est plus saine, plus apaisée, comparée à celle ayant prévalu lors des législatives.
C’est le lieu de saluer le Gouvernement qui a cru devoir jouer sa partition en mettant en place les facilités qui donnent l’accès à tout citoyens et tous partis politique d’aller aux élections. Cependant, le plus grand mérite revient à la réforme du système partisan qui vient mettre un terme au désordre qui existait et par lequel chacun était chef de parti. Cela est de bon augure pour la démocratie béninoise car de plus en plus, le Bénin tend vers des acteurs politiques valables que seront désormais les grands partis.
Toutefois, si après le dialogue politique et les facilités accordées aux uns et aux autres, à travers la révision des lois (charte des partis politiques et code électoral), et à travers la délivrance des actes administratifs en vue de ces élections, certains partis n’arrivent pas à participer aux consultations, c’est qu’ils n’ont pas d’envergure nationale. Ils ne doivent donc s’en prendre qu’à eux-mêmes au lieu de rechercher des boucs émissaires comme ils en ont l’habitude… D’ailleurs, certains d’entre eux, se sachant incapables de satisfaire aux minima, ont simplement renoncé à présenter des dossiers.

Yannick SOMALON

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page