.
.

Le triomphe de la vérité

.

20ème anniversaire de décès: Le PRD et Houngbédji célèbrent la mémoire de Moucharafou Gbadamassi


Vues : 1

Responsables du Prd et des sympathisants du défunt à la cérémonie d’hommage au siège du Prd

Le parti du renouveau démocratique (Prd) et son Président, Me Adrien Houngbédji ont ravivé par différentes activités des souvenirs du Premier Vice-président du Prd, feu Moucharafou Gbadamassi. Il y a exactement 20 ans le 04 février 2000 que ce magistrat a quitté ce monde. Le parti arc-en-ciel au sein duquel il a fait sa vie politique n’a pas voulu passer sous silence le vingtième anniversaire de son décès. Déjà le vendredi 07 Février 2020, une cérémonie d’hommage digne du nom et du rang de l’intéressé a eu lieu au siège du Prd à Porto-Novo. Occasion pour le parti, diverses personnalités, des amis et proches de rendre des témoignages vivants sur l’illustre disparu. Il ressort de divers témoignages rendus que feu Moucharafou Gbadamassi est celui qui a concrétisé la réconciliation entre les gouns et yorubas de Porto-Novo. Altruiste et philanthrope, sa porte reste toujours ouverte à quiconque sollicite son aide ou appui financier. Ses actes de générosité en faveur des populations sur le plan scolaire, sanitaire, construction de places publique, de pont, etc., sont multiples. Grand amoureux du football, il a conduit les dragons FC au firmament de la gloire.
En dehors de la cérémonie d’hommage du vendredi, des prières sont faites à son intention dans tous les couvents ce samedi 8 Février 2020. Aussi une grande prière a été dite par un collège d’Imams avec à sa tête l’Imam Kamar-Deen, au domicile du défunt à Agbokou. Cette grande prière a connu la participation d’un impressionnant monde constitué en majorité de personnalités politiques, le préfet de l’Ouémé, Joachime Apithy, des députés, des maires, des élus communaux et municipaux, des membres de la famille GBADAMASSI, les amis, parents, sympathisants. Cette messe a naturellement connu la participation du Président du parti du renouveau démocratique, Me Adrien Houngbédji. Il a saisi cette occasion pour rendre témoignage sur celui qui fut pour lui un frère, un ami, un confident, un allié politique et membre fondateur du Prd. (Lire l’intégralité de ce témoignage ci-dessous).

« En football et en politique, Gbadamassi est irremplaçable » dixit Me Adrien Houngbédji

« …Il m’a tenu par la main lorsque nous avons commencé nos premiers pas en politique dans ce Bénin. Lorsque je suis revenu, je me dois de dire la vérité, ce que je suis, je le dois à 90% à Moucharafou Gbadamassi (…) Je suis rentré au Bénin après vingt (20) ans d’exil. Personne ne me connaissait et il m’a pris par la main, de quartier en quartier, de village en village, pour que les béninois me connaissent, pour que les porto-noviens me connaissent et nous avons créé le Parti du Renouveau Démocratique (PRD). Et il est resté avec nous pendant dix (10) ans avant de nous quitter le 04 février 2000. Ce jour-là, c’est comme si la nuit était définitivement tombée sur moi. Paix à son âme, c’est Feu El hadj Gafari BADIROU qui m’a annoncé la nouvelle. J’ai pris la voiture. Je suis arrivé au pont de Cotonou, j’ai encore fait demi-tour. Je suis arrivé après au pont de Porto-Novo, je ne savais pas comment franchir le pont de Porto-Novo parce que la nouvelle était trop triste (…) Il était le président du PRD, c’est vrai. Il était le président des dragons de l’ouémé, c’est vrai. Il était le président de la fédération nationale de football. Il était tout. Je n’ai jamais mis le pied dans un couvent de zangbéto, Gbadamassi m’a pris par la main pour m’amener là-bas. C’est lui le yoruba qui m’a amené là-bas. C’est pour vous dire qu’il était partout. Ce n’est pas un homme qu’on peut se lever et détruire. Il était très généreux. Il était tellement généreux que j’avais peur de sa générosité. Lorsque nous allions en campagne, lorsque nous allions en tournée, dès que Gbadamassi voyait une école inachevée, lorsqu’il voyait une mosquée, le toit d’un dispensaire, lorsqu’il voyait une route qui n’était pas bien faite, Gbadamassi qu’une idée, faire le toit, faire l’école, faire la route. Et je lui demandait où est-ce que nous allons trouver les moyens pour faire tout ça. Et c’est là que je rejoins mon frère qui disait qu’il disait que Dieu va nous trouver les moyens pour le faire. Et c’est vrai, nous avons trouvé, nous avons fait ce que nous avons pu. Je me souviens, quand il est parti, les dragons ont été encore qualifiés pour la coupe africaine des vainqueurs de football. J’étais chez moi quand les responsables des dragons sont venus me dire qu’ils sont qualifiés pour aller jouer à Conakry. Ah bonne nouvelle ! Dieu va vous amener et vous allez gagner. Ils disent oui d’accord, nous allons gagner mais Gbadamassi n’est pas là. Je dis ah bon, ça veut dire quoi ? Ils me disent, nous allons partir à pieds, nous allons dormir là-bas comment ? Je dis ah, combien il faut. J’ai réglé et ils sont partis. Ils ont gagné et nous avons remercié le seigneur. Un mois après, ils sont qualifiés pour aller au Maroc et ils sont encore venus me voir. Ah, je me suis dit ça c’est sérieux. Je ne peux pas continuer comme ça. Je suis rentré dans la chambre et j’ai fait ce que j’ai pu et je leur ai remis et ils sont partis. Quand ils sont partis, je priais dans mon cœur et je dis Dieu fait en sorte qu’ils ne soient plus encore qualifiés là-bas hein (rire de l’assistance). C’est pour vous dire tout simplement que Gbadamassi était irremplaçable, au football, en politique, dans la communauté musulmane. Partout où Gbadamassi passait, il était irremplaçable. Que le seigneur le bénisse. Que la terre lui soit légère. Que le seigneur bénisse sa famille ».

Propos recueillis par Fidèle KENOU

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page