.
.

Le triomphe de la vérité

.

Trois questions à Fadi Berri de Cotonou football academy du Bénin : «Nous voulons apporter au football béninois»


Vues : 8

Fadi Berri, promoteur du centre Cotonou football Academy

Ex footballeur international junior avec l’équipe nationale libanaise U20, Fadi Berri, de nationalité libanaise, séjourne au Bénin depuis septembre 2010. Et depuis 2017, l’ancien joueur du championnat libanais (première division avec Ahed FC), 2ème division avec (Boruj et Homenmen), puis du championnat béninois (Aspac en 2013) s’investit dans la formation des jeunes avec la création d’une académie dénommée Cotonou Football Academy du Bénin (CFAB). Une académie  qui est basée à Cotonou dans la zone de l’aéroport et dont nous parle le jeune promoteur, entraineur de football (diplôme  catégorie C, Asian confédération of football) dans cet entretien.

Vous êtes le promoteur du centre Cotonou football Academy du Bénin. Parler nous de l’initiative.

Cotonou Football Academy est un projet que j’ai décidé d’initier quand j’ai arrêté le football professionnel. Parce que, après la fin de mon contrat avec l’équipe béninoise, Aspac du port autonome de Cotonou, je n’ai plus voulu repartir au pays tout de suite. Alors, je me suis demandé ce que je peux faire pour aider le football béninois qui, à mon avis, a des hommes capables de faire de grande carrière. C’est alors que je me suis dit qu’il faut commencer le travail à la base. C’est comme ça j’ai mené les démarches nécessaires et en septembre 2017, j’ai eu les premiers enfants sous ma responsabilité. D’abord j’ai commencé avec les enfants des étrangers vivant au Bénin. Il s’agit des Français, des Libanais, des Américains, des Coréens, des Belges, des Tunisiens, des Ivoiriens, des Ghanéens et autres. Mais, restant fidèle à ma vision de départ, celui de contribuer au football béninois, j’ai commencé par aller vers les enfants Béninois. Pour la plus part, ils s’intéressaient, mais n’avaient pas les moyens. C’est alors que j’ai pris sur moi la responsabilité de les intégrer au groupe. Ce qui fait que nous avons un mélange d’enfants dont les parents financent leur inscription et d’autres qui sont à la charge de l’académie. Bref, c’est pour vous dire que nous faisons en même temps le business et le social. A ces enfants Béninois qui viennent travailler avec nous, on leur offre le matériels (maillots, crampons etc…) et leur permet de s’entraîner dans de bonnes conditions. Ce qu’on les aide à avoir aussi, c’est de quoi payer les fournitures pour l’école. Et ceci grâce à la générosité de certains parents dont les enfants sont avec nous. Car, notre académie est là pour montrer qu’on est tous une famille et le foot c’est pour tout le monde, pas de différence entre pauvre et riche. Le travail que nous faisons est d’aider les enfants à non seulement apprendre les bases du football, mais aussi d’acquérir les bonnes manières, les bons comportements qu’ils doivent exprimer dans la vie quotidienne.

Des informations font état de ce que vous avez reçu la visite d’une équipe de supervision de la formation à la base du ministère sport. C’était pour quoi concrètement ?

Lors de la visite du directeur de la Dsfs

Avant de vous répondre, permettez-moi de dire merci aux responsables du ministère des sports et surtout les responsables de la direction qui s’occupe de la formation sportive. Honnêtement, nous sommes heureux d’avoir eu la visite de la part de cette direction du ministère des sports qui entre dans le cadre de l’inspection des centres de formation pour apprécier les conditions d’hébergement et de restauration des pensionnaires dans les centres avec régime internat et surtout évaluer les contenus de programme de formation annuelle, mensuel et hebdomadaire de chaque centre et vérifier si c’est en adéquation avec le guide d’orientation de la formation sportive. Avec la délégation, nous avons parlé de notre académie, de nos enfants et de notre travail. On a échangé des idées sur notre vision, où nous voulons aller. Et eux aussi nous ont dit ce qu’ils attendent des centres. Des choses que je crois que l’équipe a bien noté dans son rapport. Mais, nous avons aussi profité de l’occasion pour demander à être considéré comme  tous les autres centres par le ministère des sports. Et on a demandé également que le ministère nous aide en équipement. Outre cela, l’équipe du ministère nous a informé qu’elle nous invite à son tournoi des centres de formation de football qu’elle organise en décembre prochain à Bohicon. Très heureux de cet honneur qui nous a été fait, nous nous activons déjà.

Quelles sont les catégories dont dispose le centre ?

Nous travaillons avec les enfants de 3 ans à 15 ans. Et ils sont répartis en 4 catégories. Il y a les 3-5ans, les 6-8ans, 9-10ans et les 11-15ans. Nous travaillons tous les soirs et ceci, tous les jours de la semaine. Sauf les samedis où c’est le matin on s’exerce avec les enfants. Le dimanche, c’est le repos total. 

Notre objectif est de réussir à donner le goût du travail à nos pensionnaires. Développer ensemble avec eux leur talent. C’est aussi de pour œuvrer pour que les enfants amoureux du football qui n’ont personne pour les aider à se faire former puissent avoir la possibilité grâce à nous.

Entretien réalisé par Anselme HOUENOUKPO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page