.
.

Le triomphe de la vérité

.

Colloque scientifique à Cotonou: HECM fait de la digitalisation, une priorité pour des réformes profondes


Vues : 4

Vue partielle des participants à la cérémonie d’ouverture du colloque

La révolution numérique ne laisse plus indifférentes aucune entreprises africaines qui se veut prospère et compétitive dans l’environnement des affaires. Conscient de cet enjeu très capitale dans le monde d’aujourd’hui, la Haute Ecole de Commerce et de Management (HECM) a ouvert dans le cadre des activités marquants son 20ème anniversaire, un colloque scientifique qui porte sur « Les entreprises africaines à l’heure de la digitalisation ». La cérémonie d’ouverture de ce colloque a eu lieu hier jeudi 24 octobre 2019 à Bénin Royal Hôtel à Cotonou en présence des membres de la communauté scientifique, professionnelle, parlementaires, étudiants, acteurs locaux et décideurs.

L’invité d’honneur de ce colloque qui a marqué positivement la tenue de cette rencontre est le Brest Business School, la première école franco-chinoise de commerce de France, un des grands partenaires de HECM. A la cérémonie d’ouverture, c’est le professeur Albert Tchinkoun qui a souhaité le bienvenu aux participants et situer le contexte de l’organisation de cette rencontre. Selon ses propos, l’objectif principal du colloque est de contribuer à une meilleure appropriation du concept de digitalisation par les acteurs des entreprises africaines présents au colloque à travers un partage d’expérience enrichissant. Deux communications ont été programmées pour la première journée. Il s’agit d’une première communication sur le thème intitulé : « Cadre légal et avancées de l’économie numérique et de la digitalisation au Bénin » et la seconde sur le thème : « Les technologies de l’information et de la communication comme vecteurs de performance des organisations expériences de quelques entreprises participantes ». Mais, avant la mise en place des panels pour les échanges et les communications, le Président du Conseil Scientifique de HECM, le Professeur Félix IROKO a lancé les réflexions avec un discours qui en dit long sur la thématique. Pour lui, aucun progrès économique de façon générale dans l’administration ne saurait triompher en dehors de cette révolution technologique qui s’exprime à travers deux données fondamentales que sont l’outil et la stratégie.
C’est à ce titre qu’il a fait savoir combien, les défis qu’entraine la digitalisation ne se limitent pas aux entreprises et aux institutions de haute renommée, toutes les organisations se doivent chaque jour de les relever au risque d’être rapidement dépassées par l’ère du numérique.
« Le milieu de l’enseignement supérieur n’échappe pas non plus à cette exigence et doit se saisir du digital. Il doit intégrer les nouvelles technologies pour perfectionner l’apprentissage mais développer également des programmes pédagogiques de manière à répondre plus efficacement aux nouveaux impératifs induits par la révolution numérique » a indiqué le Professeur Félix IROKO.

« HECM est le bon élève de la rupture dans la mise en œuvre des réformes »

A la suite du professeur Iroko, le directeur de cabinet du ministère du numérique et de la digitalisation, Ahmed Sacca Yarou a salué l’initiative et rassuré les responsables de HECM de la disponibilité et l’engagement du gouvernement à œuvrer pour le secteur du numérique. Il justifie cela par la création du ministère en charge du numérique et de la digitalisation dont le cahier de charge est en phase avec la vision d’un monde basé sur les nouvelles technologies et le numérique. Josué Azandégbé, directeur adjoint de cabinet du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, ministère de tutelle des écoles supérieures de l’enseignement privé est allé dans le même sens saluant le rôle quand bien important que joue l’école leader dans la formation et la recherche de l’innovation. Il a déclaré à l’occasion, en face des participants et du promoteur de l’Ecole Leader, Natondé Aké, la suprématie de HECM dans le processus des réformes en cours depuis 2016. « HECM est le bon élève de la rupture dans la mise en œuvre des réformes » a confirmé le DAC, Josué Azandégbé. L’occasion a été pour le représentant de la première école franco-chinoise de commerce de France, Brest Business School (BBS), Philipe da COSTA, de réaffirmer son engagement à accompagner HECM dans le développement de son système de digitalisation. Il est important de marquer la présence à cette cérémonie du directeur fondateur de l’ISMA, Marcelin Zannou, du directeur de l’école Espérenza, Dalcantara Zocli et bien d’autres personnalités du monde universitaire.

Yannick SOMALON

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page