.
.

Le triomphe de la vérité

.

Gouvernance sous l’ère de la Rupture: Le D/Com de Patrice Talon, Wilfried Houngbédji invite le peuple à la patience


Vues : 0

Le Directeur de la Communication à la Présidence de la République, Wilfried Léandre Houngnédji

Directeur de la Communication à la Présidence de la République, Wilfrid Léandre Houngbédji a initié ses derniers jours des sorties médiatiques sur les chaînes de radio à l’intérieur du pays. Après celle de Parakou samedi dernier, il a été reçu sur radio Mono, la voix de Lokossa ce dimanche sur une émission interactive spéciale. Au-delà de l’exposé des actions du gouvernement à l’endroit des populations, Wilfried Léandre Houngbedji a fait le tour de l’actualité nationale et a invité le peuple béninois à la patience.

« Sauf à être un populiste de mauvais alois, aucun dirigeant politique ou gouvernant à venir ne peut revenir sur la décision relative au droit de grève ». C’est en ces termes que le directeur de la communication de la présidence de la République a défendu les décisions du gouvernement du nouveau départ à propos de la restriction des mouvements de grèves dans les secteurs de l’éducation, de la santé et surtout de la justice. Parlant de l’éducation, il s’est estimé heureux du fait que l’année scolaire précédente n’a connu aucun mouvement de grève, ce qui est selon lui, à la base des résultats tant appréciables dans le secteur après les examens de fin d’année. « Est – ce qu’on peut dire que c’est une mauvaise chose que nos enfants puisse aller à l’école et avoir une année scolaire normale avec à la clé des résultats comme ceux que nous avons eus à la fin de l’année écoulée? Qui peut dire que c’est une mauvaise chose que nos concitoyens puissent se rendre dans nos centres de santé publique en toute confiance avec l’assurance d’y trouver des agents qui les prendront en charge convenablement ? », s’est-il interrogé avec satisfaction. Il n’a pas manqué de souligner les efforts du gouvernement pour une rentrée scolaire apaisée. Il pense que le challenge est d’avoir des enseignants de qualité afin de relever le niveau des enfants pour un secteur éducatif performant. « Les résultats de l’évaluation diagnostique au niveau de la maternelle et du primaire notamment, sont la confirmation de la pertinence de l’initiative de cette évaluation. Il est désormais clair, à l’aune de ces résultats, que l’État connait désormais les domaines de compétence où il faut intervenir pour améliorer la qualité de l’offre éducative », a-t-il ajouté. Aussi, « l’élaboration du fichier des aspirants au métier d’enseignant répond à la logique de trouver une solution structurelle et non plus conjoncturelle au problème de la pénurie des enseignants », a souligné Léandre Houngbédji.
Abordant le domaine de l’énergie, Wilfried Léandre Houngbedji est revenu sur le projet de construction de la centrale de Maria Gléta avant d’aborder la gestion déléguée mise en place par le gouvernement à la Sbee. Selon ses explication sur ‘’la voix de Lokossa’’, « la centrale de Maria-Gléta 2 fonctionne bien et elle comble un grand déficit énergétique. Le Bénin ne souffre nullement à ce jour d’un manque d’énergie », mais justifie les coupures électriques constatées de part et d’autre, par la vétusté des installations électriques du Bénin.«Nul part dans le contrat que le gouvernement a conclu avec l’opérateur canadien pour la gestion de la Sbee, il n’est prévu le licenciement des employés de la Sbee », a rappelé le directeur de la communication à la présidence de la République. Selon ses dires, « la SBEE et son patrimoine demeurent et demeureront la propriétédu Bénin et cela, même avec les reformes que le gouvernement est en train d’y faire en confiant la gestion a un opérateur canadien de réputation mondiale ». Il pense par ailleurs que le seul motif qui sous-tend la démarche du gouvernement est le souci de réaliser de bonnes performances et offrir des services de qualité à la population béninoise.L’invité de Radio Mono a également abordé la question de la compétitivité du port de Cotonou et le programme des cantines scolaires qui fait la joie des milliers d’écolier béninois depuis la rentrée des classes.
Des questions d’actualités

« En ce qui concerne la fermeture de la frontière entre le Bénin et le Nigeria, il faut dire que seul l’État Nigérian peut effectivement en donner les raisons » a précisé Wilfrid Léandre Houngbédji. Pour lui, c’est des questions de sécurité intérieure qui ont d’abord été évoquées»et par la suite, il a été dit que c’est en raison de la contrebande. Rappelant que la situation de la fermeture des frontières est inhérente à tous les pays frontaliers au Nigéria, le communicateur a expliqué que le chef de l’Etat Patrice Talon a engagé des discussions avec son homologue Nigérian et avec les autres Présidents de la sous-région en vue de trouver une issue à cette situation. « Ces discussions se poursuivent par divers canaux », a renchéri Wilfried Houngbedji.
« L’obtention du récépissé provisoire par le Parti Fcbe montre que cela était bien possible. Il a suffi que ce parti remplisse les conditions définies par la loi pour l’obtenir et donc cela devrait mettre un terme au faux débat qui a eu cours » a martelé l’invité de l’émission. Il a également abordé la question des micro-crédits et sa digitalisation, la réalisation des projets du Pag et l’emploi des jeunes.
Le directeur de la communication à la Présidence de la République a pour conclure, rappelé que ce qui « préoccupe le Président Talon c’est de régler réellement et durablement les problèmes du Bénin. Car rien ne se fait en tenant compte des élections à venir mais plutôt en pensant aux générations futures».

Larissa Agoti-guezo (stag)

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page