.
.

Le triomphe de la vérité

.

Formation aux Métiers d’auxiliaires de vie familiale au centre St Joseph de Gbodjo: « Soroptimist international Calavi Colombe » soutient 30 jeunes filles


Vues : 10

Les apprenantes ici avec quelques membres des clubs Soroptimist international du Bénin

30 jeunes filles dont 20 actuellement, se font former aux Métiers d’auxiliaires de vie familiale. Le lancement de ladite formation a eu lieu le jeudi 18 juillet 2019. C’est au centre de formation professionnelle St Joseph sis à Gbodjo dans Abomey-Calvi dont le lancement officiel des activités coïncide avec le démarrage de ladite formation. Ce rendez-vous inédit au Bénin est soutenu par le club Soroptimist international Calavi Colombe que préside Florentine Adjagba (une filiale de l’OngSoropstimist international créée depuis 1921 aux États Unis) à travers une offre de 30 bourses de formation.

Tout s’apprend dans la vie. C’est ce qu’a compris Marie-Constance D’Almeida Mélomè qui a décidé d’offrir la formation à des personnes sans qui la vie dans les foyers de fonctionnaire ou des foyers des gens occupés par leur travail serait infernale. En effet, cette dernière a créée un centre de formation pour les auxiliaires de vie familiale. Dénommé centre de formation professionnelle St Joseph, ledit centre se chargera de mettre sur le marché des auxiliaires de ménage, des gardes enfants et des auxiliaires de vie sociale. Le lancement officiel de cette formation et aussi des activités du centre, a été l’occasion pour la directrice dudit centre, Marie-Constance D’Almeida Mélomé, de justifier son choix.«Que ce soit le nettoyage d’un sol, le lavage des vêtements, faire la vaisselle, la mise au propre d’un enfant ou prendre soins d’une personne vulnérable,…, il faut tout apprendre. C’est pourquoi nous avons initié ce centre», a-t-elle informé. «Il va nous permettre de mettre sur le marché des personnes capables d’apporter un plus aux foyers qui sont dans le besoin. Les femmes ayant aujourd’hui le droit et le devoir de vaquer à des préoccupations, ont besoin de personnes pour assurer leurs arrières. Et ce sont ces personnes là que nous voulons former afin qu’en cas de besoin, un appel leur soit fait», a-t-elle précisé avant de dire ses remerciements à l’endroit du ministre de la famille et ses collaborateurs qui ont cru en ce projet. Madame Florentine Adjagba, présidente de Soroptimist international Calavi Colombe, a salué l’initiative avant de détailler que ce projet de formation de 30 filles et femmes au métier d’auxiliaires de vie de famille que soutient son club est financé par le Soroptimist international club Fonds d’Action à une hauteur de 4.500 euros. «Les familles ont besoin d’aides de vraies professionnelles pour avoir des enfants mieux entretenus, des parents mieux encadrés et des responsables. Pas des voleuses de maris, ni de tueuses à gage comme c’est le cas dans certains foyers», a-t-elle indiqué conseillant aux apprenantes de cette 1ère promotion dans ce métier «qu’elles ont une grande responsabilité». Car, à la fin de la formation, rappelle-t-elle, «ces futures auxiliaires de ménage, gardes d’enfants et auxiliaires de vie sociale doivent être capables de faire la différence en se montrant plus professionnelles», ceci soit dans les foyers qui vont les employer ou les garderies et les crèches qu’elles doivent être en mesure d’ouvrir. «Aujourd’hui on ne peut pas assister une personne âgée ou un enfant sans connaitre le minimum de règles d’hygiènes. Et c’est ce que ce centre veut apporter aux personnes désireuses de s’engager dans cette activité. Nous félicitons l’initiatrice et remercions tous ceux qui interviennent dans la concrétisation de ce projet qui va apporter un plus à notre société», a déclaré Loukmane Nassirou, représentant du ministère en charge de la famille. Alain Dossa, représentant du ministère en charge de la formation professionnelle a déclaré: «avec cette initiative, vous venez d’apporter votre pierre à l’édifice. A travers votre projet, vous touchez un élément important de la vie en famille et vous apportez une réponse à une préoccupation majeure en ce sens que la mise à disposition des auxiliaires de qualité libère les esprits des responsables de foyer qui les emploient. A cet effet, le ministère ne vous marchandera pas son soutien». Ce qui a rejoint les apprenantes dont Claudia Sodekon est la porte parole. Cette dernière s’est engagée au nom de ses camarades à suivre avec assiduité les différents programmes de formation. Elle n’a pas manqué de promettre être des modèles dans les foyers où elles seront appelées à servir. «Nous remercions tous ceux qui ont cru en nous. Nous vous promettons de ne pas être des briseuses de foyer, ni des bourreaux pour les enfants qui seront à votre charge», s’est-elle engagée.

Anselme HOUENOUKPO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page