.
.

Le triomphe de la vérité

.

Soulèvement suite à une supposée « arrestation de Boni Yayi »: Emeutes à Cadjèhoun, des incendies et actes de vandalisme


Vues : 0

Ambiance tendue sur l’axe Cadjèhoun-Bon Pasteur

Voies barricadées, jets de pierre, détonation de gaz lacrymogène, pneus brulés. Tel est le spectacle inquiétant que les populations de la ville de Cotonou, notamment celles du quartier Cadjèhoun, ont vécu dans l’après-midi d’hier, mercredi 1er mai 2019. Tout est parti d’une information qui a circulé sur les réseaux sociaux, faisant état de la « tentative d’arrestation » de l’ancien chef d’Etat, Boni Yayi, à son domicile. La présence des forces de sécurité et de défense, armées et positionnées non loin du domicile du leader des Fcbe, a confirmé l’hypothèse dans le rang des populations. Très rapidement, une foule de jeunes gens a inondé la rue menant au domicile du président Boni Yayi, avec pour objectif d’apporter leur soutien indéfectible au président. Leur soutien a été réconforté par la descente des leaders politiques de l’opposition tels que : l’ancien ministre des sports Galiou Soglo, accompagné de son père l’ancien chef d’Etat, Nicéphore Dieudonné Soglo et son épouse, l’ancienne doyenne d’âge à l’Assemblée nationale, Rosine Vieyra Soglo. Candide Azannaï, le président du parti « Restaurer l’Espoir », a aussi rejoint le groupe de leaders politiques venus soutenir l’ancien chef d’Etat, Boni Yayi. Emportés par cette fièvre, les jeunes ont commencé par défier les forces de l’ordre, positionnées de l’autre côté de la voie. L’averse de projectiles et de pierres a fait dérouter le premier cargo de policiers présents sur les lieux. Une occasion pour les badauds de semer la panique, barricader la voie publique et brûler des pneus pour exprimer leur mécontentement. L’axe menant au carrefour de l’église « Bon Pasteur » venait ainsi d’être pris d’assaut par les badauds et impraticable. Mais, c’était sans compter sur le retour des forces de sécurité qui ont tenté de rétablir l’accès à la circulation. Au fur et à mesure que certains dégageaient les pneus, d’autres éloignaient les badauds par des tirs de gaz lacrymogène. Une répression qui n’a pas inquiété les protestataires. La tension partie du quartier Cadjèhoun s’est très vite répandue. L’ardeur des badauds à tout réduire en cendre s’est poursuivie et a emporté le parc automobile « Les Bagnoles et Sixt » situé au carrefour Cadjèhoun. Aussitôt, un détachement militaire est venu en secours aux agents de police en place. Pendant plusieurs heures, plus personne ne pouvait circuler sur l’avenue Jean Paul II ou même en direction du Palais de la Présidence, totalement militarisé. Toutes les voies ont été barricadées par les forces de l’ordre et la sécurité, renforcée sur cet axe.

« Aucun projet d’arrestation n’a existé, c’est un fake-news », clarifie le ministre Sacca Lafia

Telle une trainée de poudre, la nouvelle de la « supposée arrestation de Boni Yayi » a fait le tour des réseaux sociaux dans l’après-midi d’hier, mercredi 1er avril 2019. Et pour cause, une horde d’agents de la Police républicaine et de l’armée a envahi la rue située en face du domicile du leader des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), Boni Yayi, sis à Cadjèhoun. La présence inhabituelle des forces de sécurité et de défense a suscité des mécontentements dans le rang des populations qui ont pris l’acte comme une interpellation du leader des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe). « C’est un fake-news, comme on le dit dans votre jargon. Je peux vous assurer qu’aucun projet d’arrestation de l’intéressé n’a existé contrairement à ce qui est relayé », a expliqué le Ministre de l’intérieur, Sacca Lafia, monté au créneau pour élucider la situation. A l’en croire, son institution a été informée de ce qu’un attroupement se formait à Cadjèhoun, au domicile du président, « en vue d’un mouvement de foule à travers la ville de Cotonou ». Un acte qui ne saurait être toléré car, « aucune manifestation de rue n’a été déclarée ». « Nous avons envoyé des éléments sur le terrain afin de contenir le mouvement qui se préparait. Notre devoir, tout comme la Police, étant aussi d’apaiser les troubles à l’ordre public », a ajouté le ministre Sacca Lafia.

Déclaration du Ministre de l’Intérieur, Sacca Lafia

« Il a été abondamment diffusé sur les réseaux sociaux que la Police et l’armée sont allées interpeller l’ancien président de la République, Dr Boni Yayi. C’est un fake-news, comme on le dit dans votre jargon. De quoi s’agit-il en réalité ? Nous avons appris qu’un attroupement se formait à Cadjèhoun, au domicile du président, en vue d’un mouvement de foule à travers la ville de Cotonou. Aucune manifestation de rue n’a été déclarée, nous avons envoyé des éléments sur le terrain afin de contenir le mouvement qui se préparait. Notre devoir, tout comme la Police, étant aussi d’apaiser les troubles à l’ordre public. Je peux vous assurer qu’aucun projet d’arrestation de l’intéressé n’a existé contrairement à ce qui est relayé ».

Rastel DAN

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page