.
.

Le triomphe de la vérité

.

Lancement de l’ouvrage «La liberté au cœur : Le temps des semailles »: Révélations et grandes leçons de Houngbédji sur son parcours


Vues : 1

Me Adrien Houngbédji

«Quand on voit mon enfance, dans quel environnement je suis né et où je suis parvenu, la première leçon à tirer, c’est que même si on est né dans des conditions modestes, avec le travail acharné on peut atteindre des sommets.  La deuxième leçon qu’on tire de ce parcours, c’est qu’il faut avoir de la personnalité. Quand on a un idéal et une conviction, il faut en accepter les risques. C’est ce que j’ai fait. La dernière leçon que j’ai voulue donner, c’est que les souffrances que j’ai subies n’ont pas eu d’importance au point où je renierai mes convictions. Quand j’ai été magistrat, j’ai affronté l’autorité. J’ai affronté le ministre de la Justice et les événements m’ont donné raison. Quand j’ai été avocat, j’ai affronté le Gouvernement. J’ai été condamné à mort sur le champ. Bien sûr que j’ai perdu mais, avec le temps, tout le monde s’est rendu compte que la vérité était de mon côté. Je ne peux pas partir sans raconter ça. Ça apporte aux Béninois que je suis un homme de conviction, je me suis toujours battu pour les libertés, et que je me battrai toujours pour les libertés. »Toute  la salle de conférence de Golden Tulipe était émue ce samedi 30 mars quand, Adrien Houngbédji parlait ainsi de lui, de sa vie et de  ses combats. Il en a fait un livre, un essai de biographie qui a été lancé à l’occasion, en présence de plusieurs personnalités dont des députés, le représentant du chef de l’Etat, Pascal Koupaki, des  responsables à divers niveaux du Parti du le renouveau démocratique ( Prd) dont il a assume la présidence, et autres invités. Courage, perspicacité, persévérance dans la conviction en faveur de la démocratie, sont autant de valeurs qui ont  contribué à faire du jeune avocat parti en exil  à 33 ans, l’une des fortes personnalités béninoises  du Bénin d’aujourd’hui. « J’ai voulu par cet ouvrage partager mon parcours  jusqu’à la veille de la Conférence nationale en 1990 », a précisé ce samedi  l’actuel président de l’Assemblée nationale qui prie le ciel de lui donner  la possibilité de pouvoir écrire, aussi la seconde partie de sa vie.

Les évènements qu’il a vécus à un moment donné durant ce parcours ne lui ont permis d’assister, ni  à l’enterrement de son père, ni à celui de sa mère. C’est l’une des grandes motivations de la sortie de cet ouvrage à travers lequel il veut leur rendre hommage. « J’ai surtout tenu à rendre hommage à ma mère qui m’a inculqué  le sens de l’Etat  et  le sens du service.  La liberté a un prix. Il faut pouvoir prendre des risques. J’insiste aussi sur le sens de la solidarité familiale. Qu’il s’exerce partout, sans discontinue », a également laissé entendre Adrien Houngbédji.

Des témoignages éloquents

«  Cet ouvrage fait la lumière sur le cursus de ce témoin de l’histoire du Bénin » a fait constater l’un des présentateurs  Mikaila Saka.». Le second présentateur, le journaliste Expédit Ologou n’en dira pas mieux, quand il partagea quelques phrases fortes de  Houngbédji dans cet ouvrage, comme celle-ci : «  On ne vit qu’un temps, on meurt pour l’éternité ». Il en tire également une autre leçon, à savoir «  l’effort de ne jamais être extrémiste dans la vie ». Le ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence,  Pascal Koupaki n’a pas non plus tari d’éloges envers Houngbédji. « Ce que je sais  de vous est ce que j’ai entendu ce matin. Et cela me confirme que j’ai eu la chance d’avoir été votre directeur de cabinet quand vous aviez la charge du poste de premier ministre sous le président Kérékou. Vous êtes un homme excellent, pondéré et tolérant. Il y a beaucoup de choses à apprendre de vous » a-t-il  affirmé. Inès Garoue Facia,  une autre présentatrice appelle même à ce que ce livre inspire des réalisateurs pour en faire un film. « Je suis venu à cette cérémonie de lancement par amitié et par respect pour Me Adrien  Houngbédji. Au-delà de toutes ses charges, il a le temps d’écrire. Et il écrit très bien » a souligné pour sa part, le Professeur Maxim da Cruz, recteur de l’Université d’Abomey-Calavi.

Après le lancement officiel  à Cotonou, ce samedi,  Adrien Houngbédji donne  rendez-vous aux jeunes pour une nouvelle présentation et dédicace de son livre le mercredi 03 avril  dans la matinée à l’espace Tiwani à Porto-Novo.

Christian TCHANOU

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page