.
.

Le triomphe de la vérité

.

Tenue à bonne date des législatives: Le corps diplomatique s’inquiète de la situation, les ministres Quenum, Agbénonci et Homéky rassurent


Vues : 0

Les ministres Aurélien Agbénonci, Oswald Homeky et Sévérin Quenum au cours de la rencontre

Au cours de la 14ème rencontre tenue entre le ministre des affaires étrangères et de la coopération et le corps diplomatique accrédité au Bénin, les questions liées à l’organisation des élections législatives ont été soulevées. Le patron de la diplomatie béninoise, Aurélien Agbénonci a d’abord tenu à expliquer la présence en ces moments de la mission de la Cedeao au Bénin. Une mission qui, selon ses dires, « n’est pas venue éteindre un quelconque feu, ou pour régler un problème ». « L’institution sous régionale comme vous le savez, a institué depuis un certain nombre d’années dans sa politique de prévention, des missions dans les pays qui ont engagé des processus électoraux. Donc, la mission pré-électorale de la Cedeao est là pour s’informer de la manière dont les élections sont préparées et évaluer la situation afin de rendre compte », a indiqué le ministre des affaires étrangères qui a certifié que le processus électoral en cours « ne souffre d’aucune ambiguïté ». Malgré cette assurance, plusieurs membres du corps diplomatique dont la doyenne, Mme Sangui Abdou Saadi a exprimé ses inquiétudes surtout à propos de tout ce qui se dit dans la presse locale. Tout comme elle, l’un des représentants des entités du Système des Nations Unies au Bénin, a pour sa part, mis l’accent sur la question du quitus fiscal et le certificat de conformité. Des inquiétudes qui montrent combien le corps diplomatique est préoccupé par la situation électorale au Bénin.

« Tout s’est toujours bien passé et tout se passera bien »
Face aux inquiétudes du Corps diplomatique, le ministre de la justice Me Sévérin Quenum apaise : « Comme je l’ai dit tantôt, tout s’est toujours bien passé et tout se passera bien. Il y a un peu d’appréhensions suscitées par les réformes au niveau du code électoral et de la charte des partis politiques. Mais les textes ont été déjà votés, promulgués et sont donc mis en vigueur et applicables. Les élections législatives à venir se dérouleront sous l’empire de ces nouvelles lois ». Il jettera le tort sur les partis de l’opposition qui n’ont pas cru vouloir se mettre à jour vis-à-vis des textes. « Il se trouve que bien après le vote de la loi, plusieurs formations politiques sont restées dans le débat politique plutôt que de rester dans l’opérationnel et s’apprêter pour participer aux élections à venir », déplore le garde des sceaux.

Vue partielle des membres du corps diplomatique accrédité au Bénin

« Mais comme nous le savons tous, l’élection étant une affaire d’échéance, plusieurs de ces partis se sont retrouvés pris au dépourvu par le terme des élections à venir », se désole-t-il. Ce qui selon lui, a donné lieu à des propos alarmistes tenus de parts et d’autres. « Je dois vous rassurer que ce sont des propos alarmistes. Il n’y a rien qui ait été fait en tout cas de la part du gouvernement pour empêcher qui que ce soit d’aller aux élections. Il s’agit de la stricte application des lois actuelles », insistera Me Sévérin Quenum. Toutefois il dit garder espoir en la Cena. « Là où nous en sommes, la balle n’est que dans le camp de la Cena. C’est la seule institution qui pourra nous dire d’ici ce soir ou demain, les partis qui pourront aller aux élections » précise-t-il évoquant des recours de certains partis de l’opposition devant la justice. « Je dois vous préciser que je suis informé des recours que certains partis ont adressés à la justice. Des recours qui, pour la plupart n’ont pas encore prospéré mais tout compte fait, nous attendons les décisions qui s’imposeront à nous tous » estime-t-il.
Pour sa part, le ministre Oswald Homèky est revenu sur l’importance du quitus fiscal pour les candidats qui aspirent à diriger le pays et du fondement du certificat de conformité. « Vous imaginez, vous qui recevez les impôts de vos concitoyens dont une partie nous ait envoyée pour l’aide au développement, vos compatriotes soient informés de ce que là où vont leurs impôts, les dirigeants de ces pays ne payent pas les impôts. C’est inadmissible et cette disposition ne date pas d’aujourd’hui rassurez-vous », explique le chargé de la culture du tourisme et des sports dans le gouvernement du président Talon. Il a à son tour rassuré le corps diplomatique de ce que les élections se tiendront à bonne date et que le Bénin s’en sortira toujours de ses situations électorales.

Yannick SOMALON

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page