.
.

Le triomphe de la vérité

.

Une semaine après le congrès constitutif de Parakou: Eugène Dossoumou expose les grandes lignes d’actions du Bloc Républicain


Vues : 0

Invité de l’émission «Zone Franche » de Canal 3 ce dimanche, l’ancien secrétaire général du gouvernement et membre du parti Bloc républicain, Eugène Dossoumou a vivement exprimé sa joie, à la suite de la naissance du parti Bloc républicain à laquelle, il a contribué aux côtés de plusieurs autres personnalités, en sa qualité de représentant personnel du chef de l’Etat dans le comité d’organisation. «L’initiative du président Patrice Talon a payé et nous devons le féliciter pour son courage. C’est une grande mutation du processus démocratique dans notre cher pays qui s’opère ainsi depuis peu avec l’avènement de la réforme du système partisan » a-t-il fait observer, avouant qu’il a le sentiment du « devoir accompli » pour la naissance du parti Bloc républicain.
«Les républicains sont ceux qui, du point de vue politique, croient fondamentalement en la République et s’opposent à des régimes monarchiques ou ceux que certains se plaisent à qualifier d’essence divine », a précisé Eugène Dossoumou, ajoutant que « les républicains sont des acteurs politiques favorables à la gouvernance démocratique par les citoyens et pour les citoyens». Il a également fait savoir qu’au plan économique, ce sont « des gens qui croient véritablement à la valeur rémunératrice du travail, donc à la compétition. L’invité de « Zone franche » a surtout insisté sur le fait que « la compétition sera le cheval de bataille du parti Bloc républicain et sera le combat de tous les instants».
L’ex membre influent du défunt parti Fard-Alafia se dit par ailleurs convaincu que la nouvelle marche entreprise prospérera, au regard de la grande mobilisation qui l’entoure. «Vous avez pu constater le 8 décembre dernier que les militants venus de tous les coins du Bénin ont répondu massivement à notre appel, sans en attendre une contrepartie immédiate » a-t-il aussi dit, convaincu que cela traduit l’expression d’une réelle conviction politique que prône la réforme du système partisan.
A la question de savoir duquel des deux partis, Union progressiste et Bloc républicain, Patrice Talon est membre, Eugène Dossoumou laissera entendre que « le président Talon est membre de tous les deux partis, sans être membre d’aucun des deux. Il est membre des deux partis en ce sens qu’il a travaillé avec les deux blocs, les a accompagnés avec ses idées, ses riches contributions et ses différentes initiatives ». Quant au bureau politique national que conduiront pour le moment trois personnalités, Abdoulaye Bio Tchané, Jean-Michel Abimbola et Robert Gbian, l’invité de Canal 3 précise qu’il s’agit d’une formule adoptée par le congrès de Parakou mais qui reste provisoire. «Une organisation ne peut pas rester sans tête. Nous avons trouvé cette formule de trois personnalités fortes pour conduire le parti jusqu’au moment où nous allons pouvoir dégager le bureau exécutif national. Le rôle qu’ils jouent de façon collégiale est un rôle que chacun joue individuellement aussi » a-t-il souligné. Il a aussi précisé que ce sont des personnalités qui ont conduit de main de maître les travaux préparatoires du congrès de Parakou et qui méritent de poursuivre l’œuvre pour le moment.
Quant à la gouvernance Talon, Eugène Dossoumou a exprimé son satisfécit et a appelé les Béninois à la patience pour en jouir les fruits aussi longtemps que possible. Entre autres réalisations déjà perceptibles, il citera l’Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch) dont la phase expérimentale est imminente, l’expansion des cantines scolaires à un grand nombre d’écoles, le règlement rassurant et progressif de la question de l’énergie, l’accessibilité progressive de l’eau potable à un plus grand nombre de Béninois, le démarrage effectif des travaux du projet Asphaltage dans tout le Bénin, pour ne citer que ceux-là.
Quand il a lui a été demandé de se prononcer sur l’activisme politique de son ex-mentor, l’ancien président Boni Yayi aujourd’hui dans le rang de l’opposition béninoise, il répondra en ces termes. « Je me réjouis que le président Boni Yayi, dans la posture politique qui est la sienne aujourd’hui, continue de jouir pleinement de ses libertés d’aller et de venir et d’expression. Cela est la preuve que le système démocratique sous le nouveau régime fonctionne très bien. En d’autres temps et en d’autres circonstances, dans ce même pays, ce n’était pas si évident »

Christian Tchanou

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page