.
.

Le triomphe de la vérité

.

Scandales financiers et corruption sous l’ancien régime: Rachidi Gbadamassi expose ses griefs contre Boni Yayi


Vues : 1

L’élu de la 8ème circonscription électorale, Rachidi Gbadamassi, a saisi l’occasion de son passage sur l’émission « Carte sur table » de la radio Océan Fm, ce dimanche 20 mai, pour dire sa part de vérité sur le désamour qui existe aujourd’hui entre l’ancien chef d’Etat, Boni Yayi et lui. Le « Ronaldo » du G13 révèle avoir fait adhérer, en 2001, ce groupe de leaders politiques aux idéaux de Yayi Boni contre plusieurs conditions entre autres, le développement de la ville de Parakou et la construction de l’aéroport de Tourou. « Nous l’avons soutenu aveuglement pendant 10 ans sans que la ville de Parakou ne se développe », regrette-t-il. L’invité de l’émission dominicale se souvient avec amertume des 600 milliards de FCFA investis pendant 10 ans pour le développement de la ville de Cotonou contre seulement 100 milliards pour celle de Parakou. L’autre raison ayant motivé le député à tourner dos à la barque des cauris est l’affaire PPEA2. Selon ses explications, « cette affaire est montée de toutes pièces pour détruire un ministre qui a aussi des ambitions présidentielles ».
La forte popularité de ce ministre dans le département de l’Atacora, continue Rachidi Gbadamassi, constituait un « obstacle » pour le président Boni Yayi qui désirait un troisième mandat. Le député à l’Assemblée nationale se réjouit de la décision de justice rendue dans cette affaire et remercie de chef de l’Etat, Patrice Talon, pour ses exploits diplomatiques dans la sauvegarde des liens de coopération entre le Bénin et les Pays-Bas. Une avancée qui engendre l’exécution de plusieurs projets d’approvisionnement des populations en eau potable, dans plusieurs localités du nord-Bénin, avec l’inauguration de près de 8.000 branchements d’eau en décembre prochain. L’ancien maire de la commune de Parakou a aussi loué les projets du président Talon destinés à sortir la ville de Parakou du sous-développement, notamment, la construction d’un marché international, la dotation de la ville d’un scanner et la construction de 150 km de route. Il a exprimé son satisfécit du travail abattu par l’actuel maire Charles Toko et réitéré l’engagement des populations de la ville à soutenir les idéaux du chef de l’Etat, Patrice Talon, même si ces dernières ont fortement été mobilisées lors du congrès des FCBE. « Le congrès des FCBE est un non-événement. Le leader des FCBE ne m’inquiète pas. Le président qui a plus de popularité au nord à part le Feu Mathieu Kérékou est Patrice Talon », avance-t-il, en louant le mode de gouvernance du Président de la République, notamment la lutte acharnée contre la corruption qui donne plus de crédibilité au Bénin, aux yeux des partenaires au développement. Il le convie aussi à ouvrir les autres dossiers qui ont fait couler beaucoup d’encre et de salive sous l’ancien régime. « Le Président Patrice Talon n’aime pas la pression. Quand il est convaincu que quelque chose est à l’avantage du peuple, il fonce. Si le Président Talon ne prend pas ses responsabilités, les amis d’en face vont retourner le peuple contre lui, d’où la nécessité de programmer vite certains dossiers d’escroquerie tels que ICC, Maria Gleta, Machines agricoles. Même si Rachidi Gbadamassi est impliqué dans un dossier, je suis prêt à répondre. Le Président Kérékou m’a appris la vertu, la morale, il m’a donné la foi », clame l’honorable.

Rastel DAN

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page