.
.

Le triomphe de la vérité

.

Bilan du comité de pilotage du Ravip: Une opération à succès, les retardataires bientôt pris en compte


Vues : 0

Le coordonnateur général de la commission nationale technique, Jean-Claude Ahouanvoèbla

Après six mois de mise en œuvre, l’opération de Recensement Administratif à Vocation d’Identification de la Population (RAVIP) est à l’heure du bilan. Selon les dernières statistiques rendues publiques par le coordonnateur général de la commission nationale technique, Jean-Claude Ahouanvoèbla, l’opération a été un franc succès avec 10.593.408 personnes enrôlées au cours des six mois de recensement. En effet, consacré par la loi N°2017-08 du 19 juin 2017, le RAVIP vise à doter chacun des citoyens d’un Numéro Personnel d’identification (NPI). Dans une interview récemment accordée aux confrères de la radio Océan Fm, Jean-Claude Ahouanvoèbla a rappelé que les opérations du Ravip ont été officiellement lancées, le mercredi 1er Novembre 2017, sur toute l’étendue du territoire national et a pris fin le 30 avril dernier.
Parti avec une attente de 10.008.749 personnes conformément au rapport de recensement de la population de 2013, le RAVIP a dépassé les attentes avec 10.593.408 personnes soit 105% de résultat si la population béninoise, de 2013 à aujourd’hui, devrait rester statique, a expliqué le coordonnateur. Selon Jean-Claude Ahouanvoèbla, « les statistiques par tranche d’âges donnent pour les 18 ans et plus 49,7%, soit plus de 4,8 millions personnes ; les 5 à 17 ans représentent 3,2 millions personnes et entre 0 et 5 ans plus de 1,6 million personnes, y compris les étrangers avec un taux de 1,25% par rapport à l’enrôlement général ». Il estime que le travail en cours va permettre à l’Etat béninois d’avoir un bon registre national et des registres d’état civil communaux. Ce qui lui permettra à la longue, de donner des statistiques fiables selon l’évolution de la population et de faire de bonnes projections. A l’en croire, l’équipe technique s’emploie à cela et les matériels qui ont servi à l’opération de recensement sont pour la plupart rapatriés au siège de l’institution.
Quid des retardataires et des Béninois de l’extérieur ?
Les derniers jours des opérations de recensement ont été un marathon pour les opérateurs kits du Ravip à cause de l’affluence constatée. Une affluence qui, selon les constats, n’a pas permis à tous les retardataires de se faire enrôler avant la clôture de l’opération. A en croire le coordonnateur du comité technique du Ravip, ces retardataires seront pris en compte mais avec un peu plus de sacrifice. « Nous n’allons pas continuer par faire la part belle à ceux qui décident de ne pas se décider. Nous avons bien fait les calculs avant de nous lancer dans cette opération. Nous nous sommes dit qu’en prenant cinquante personnes par jour et par tablette, on va couvrir tous les Béninois et les étrangers », précise -t-il avec regret « Pendant une période de deux mois, c’était la récréation dans les centres d’enrôlement, parce que les populations ne se déplaçaient pas. Mais, subitement, à deux semaines de la fin, c’est le grand monde. Ceux qui ne se sont pas faits enrôler, le moment viendra où ils vont être obligés de s’enrôler avec tous les sacrifices qui l’entourent ». Dans ses explications, Jean Claude Ahouanvoébla estime que ces derniers seront informés très prochainement, mais auront plus ou moins des sacrifices à consentir avant de se faire enrôler. Des sacrifices liés au point de regroupement des retardataires. « Ils seront obligés de se replier vers le site central et seront certainement soumis à un questionnaire pour justifier pourquoi ils ne l’ont pas fait afin qu’ils soient pris en compte… Bien sûr que les enfants ne subiront pas le même sort. Mais, nous allons retenir la méthode précise dans les jours à venir », ajoute-t-il. Et pour les Béninois de la diaspora, Jean-Claude Ahouanvoèbla estime que quelques semaines suffisent pour les enrôler. « La diaspora est bien organisée. Donc, en quelques semaines, leur problème sera réglé. Mais, nous n’avons pas encore fixé une date précise. Nous sommes en train de faire le point et de mettre de l’ordre dans l’opération qui vient de finir », a-t-il affirmé.
A propos de l’impression des cartes, le coordonnateur affirme que techniquement, le comité est aguerri pour le faire. « Mais, ce sont les institutions compétentes qui vont décider à quel moment les cartes d’identité actuellement en vigueur vont cesser d’être utilisables et décider en même temps de la date à partir de laquelle la nouvelle carte de Ravip va entrer en vigueur ».

Yannick SOMALON

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page