.
.

Le triomphe de la vérité

.

Chronique du psychologue clinicien et psychothérapeute, Boris Sagbo: Les manifestations sexuelles dans la petite enfance


Vues : 1

Boris Sagbo, Psychologue Clinicien et Psychothérapeute

Le psychologue clinicien et psychothérapeute Boris Sagbo nous propose sa chronique dont le thème porte sur les manifestations sexuelles dans la petite enfance.

Comme nous l’avons mentionné dans la première chronique, l’enfant avant d’être un adulte capable de donner l’amour, passe par la reconnaissance du plaisir et de la satisfaction qui sont les fins personnelles de l’amour. Ainsi aura-t-il plusieurs manifestations dans l’enfance visant la construction de son propre code érotique. Ensemble examinons ces réalités.
Il est en effet fréquent de constater que les organes génitaux de la petite fille de six ou huit mois (petites lèvres) sont gonflés. Cela est dû à un phénomène de vasodilatation, qui survient après le bain par exemple et qui laisse présumer d’un bien-être pour le bébé. C’est donc une réaction normale qui s’est obligatoirement liée à une action génitale sexuelle.
Par ailleurs il y a aussi les attouchements. Ceux-ci sont très agréables et lui procurent du plaisir. De ce fait, elle se caresse avec ses mains, elle ne risque rien. Un adulte (maman, papa ou autre) éprouverait une gêne devant de pareils faits, et peut être poussé à l’interdire violemment. Cela n’est pas juste. La fillette appréciera le contact d’un tissu, et autre. Et c’est ce frottement du corps étranger qui provoquera une irritation, voire une inflammation qui pourra se transformer en infection si l’hygiène est imparfaite.
Concernant le sexe toujours, nous devons attirer votre attention sur une pratique en actualité : celle de ne pas décalotter le sexe à chaque toilette. Certaines mères modernes raisonnent de la sorte. Et c’est bien grave.
Cette manœuvre est tout à fait importante à la fois sur le point de vue culturel (et à propos nous, africains avons de quoi être enviés, car il s’agit simultanément d’un art et d’un grand bien dont nous avons hérité. Ces bienfaits sur le plan physiologique et intellectuel peuvent être découverts dans le livrePsychologie et guidance en milieu africain de Dr Gabriel BOKO) et biopsychologique. Quand cela n’est pas fait, il y a accumulation de sérosités qui sont plus tard responsables de véritables adhérences. Cette hygiène sexuelle est donc une mesure préventive de difficultés mécaniques de l’adolescent et de l’adulte, dont les tentatives de rapports et d’érection se soldent par des douleurs au niveau du gland indécalottable. Que les mères trop jeunes ou modernes qui ignorent ces détails très importants puissent se faire aider par celles expérimentées.
Par ce même sexe, l’enfant parvient à une importante étape de sa maturité psychosexuelle : la différenciation des sexes. Bien sûr, ce n’est pas le fait d’être vêtu de bleu, ou langé dans des couches jetables de garçon qui marque les premières empreintes sexuelles, mais l’attitude de l’entourage. Le cercle familial joue un grand rôle dans ce processus.
Très tôt, un bébé devient capable de déchiffrer l’expression faciale, les gestes, les postures, les intonations de voix… amorçant ainsi une toute première étape du façonnage de son identité. On sait, en effet, que sous la pression sociale et culturelle, les mimiques, les vocalisations, les jeux que les adultes, les frères et sœurs et principalement la mère, échangeront avec le bébé vont être différents s’il s’agit d’une fille ou d’un garçon. C’est une réalité précoce vécue par tous.
Un autre phénomène que nous pouvons observer chez les garçons, c’est l’hypertrophie des testicules. Le nourrisson mâle peut avoir cette situation quelque peu inquiétante. Mais il n’en demeure pas ainsi. Elle représente la manifestation la plus visible du désordre hormonal qui suit la naissance. Cette crise génitale du nouveau-né s’étend du cinquième au huitième jour en moyenne, pour s’effacer progressivement ensuite. Cela est bien normal. Cependant, si cela demeure très longuement, nous vous conseillons d’aller consulter un médecin.
A cela s’ajoute une conduite étonnante chez le nourrisson : il manipule son sexe. Cette réalité n’est pas seulement pour le plaisir mais aussi s’inscrit dans le vaste travail d’exploration de son corps. Car jusqu’à l’âge de deux ans, toutes les parties de son corps ne constituent pas encore pour lui une unité. L’exploration des organes génitaux permettra à l’enfant de faire la délimitation enfin claire le corps et le monde extérieur. C’est donc important qu’un enfant passe par cette étape. Certains parents sont souvent contre ce fait. Il s’agit d’une réaction normale. Cependant qu’ils n’en abusent au point d’hypothéquer ce qui est en construction.

Par Boris Sagbo, Psychologue Clinicien et Psychothérapeute

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page