.
.

Le triomphe de la vérité

.

Face à la commission budgétaire du parlement: Gaston Dossouhoui, Fortuné Nouatin, José Tonato et Oswald Homéky dévoilent de gros projets pour 2018


Vues : 0

  • Gaston Dossouhoui reçoit la confiance et les félicitations des députés

Le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Gaston Dossouhoui, a procédé à la présentation de son budget, gestion 2018, aux députés de la commission budgétaire, ce mardi 21 novembre 2018. Il a des félicitations de leur part.

«Cela me fait chaud au cœur de passer devant ce parterre pour m’acquitter de cette mission. Je veux recueillir des compléments utiles pour mieux faire face aux défis qui nous attendent dans ce ministère. Après tout, c’est vous qui portez le message à vos bases électorales. Ce ministère est un grenier électoral pour chacun de vous », a précisé d’entrée le ministre Gaston Dossouhoui qui a reçu les félicitations de la commission des finances de l’Assemblée Nationale pour sa «brillante nomination» à la tête de ce département. Dans la présentation du budget de son ministère, Gaston Dossouhoui .a expliqué les ambitions du gouvernement, à travers le Maep, pour l’Agriculture, l’Elevage et la Pêche. Au sujet de l’agriculture par exemple, il a expliqué qu’on « ne décrète pas le retour à la terre parce que c’est un métier qu’il faut apprendre. On va donner du goût aux jeunes à aller à la terre à travers les centres d’incubation et la recherche. (…) Nous allons titiller le bien-être de la paysanne et du paysan».Au sujet du faible taux de consommation du budget de 2017, le ministre l’a expliqué par les recadrages qui sont intervenus dans les programmes afin de conformer ces derniers à certaines réalités nouvelles. Il a également déploré le manque d’anticipation des administratifs au niveau des Plans de travail annuel (PTA). Puis, a pris l’engagement de faire mieux en 2018. «Ça ne sera plus comme ça. Je le dis sur honneur», rassure le ministre Gaston Dossouhoui.A leur tour, les députés ont formulé des recommandations et ont posé des questions pertinentes au ministre, des questions auxquelles il a apporté des réponses intelligentes et rassurantes. Pour le députéBenoît Dègla,la présence dans la salle du ministre Gaston Dossouhoui a suscité beaucoup d’émotion. « La preuve que tout arrive à celui qui sait attendre », a ajouté l’ancien ministre de l’intérieur, faisant allusion au bref passage de Gaston Dossouhoui à la tête du Maep en 2006. Le député de la 5ème circonscription électorale, Octave Houdégbélui voudrait être rassuré de l’engagement du ministre à mener à terme ces projets.«Votre exposé m’a fait plaisir. Je veux être rassuré. Si vous réalisez seulement la moitié de ce que vous avez exposé, le Bénin ira mieux. Si on pouvait multiplier votre budget par deux », dira-t-il laissant la parole à, l’ancien président de l’Assemblée Nationale, l’honorable Mathurin Nago.«Je félicite le ministre pour son brillant exposé. Je ne me fais d’ailleurs pas d’illusion à votre égard. Vous semblez avoir beaucoup d’ambitions. Qu’elles se réalisent au profit de nos populations », a-t-il ajouté. « Gaston Dossouhoui, ce nom sent l’agriculture, l’élevage et de la pêche. Vous êtes l’une des meilleures nominations que le président Talon a faites dans son nouveau gouvernement », dira le député Mohamed Gibigayé à sa prise de parole. «Mais la tâche qui vous attend est lourde. Nous mettrons tout en œuvre pour vous accompagner. Ce secteur n’est pas une question de mouvance et d’opposition. C’est une question de développement commun et d’épanouissement de nos producteurs », a ajouté le député Mohamed Gibigayé très rassurant. Quant à l’honorable André Okounlola et son collègue Idrissou Bakou, ils sont prêts s’il le faut, pour créer un lobbying à l’Assemblée nationale afin que le budget du Maep soit doublé. Le ministre de l’agriculture a pour sa part dit toute sa satisfaction et sa reconnaissance aux honorables députés, les rassurant de son engagement à prendre en compte non seulement leurs recommandations, mais également à conduire avec dextérité, le département ministériel à lui confier par le chef de l’Etat, le président Patrice Talon.

  • Fortuné Nouwatin dévoile ses  cinq grands projets pour 2018

Les députés membres de la commission budgétaire se sont penchés, ce lundi 20 novembre 2017, sur le projet de budget du ministère de la défense nationale au titre de 2018. L’actuel chef de ce département ministériel, Fortuné Nouwatin, accompagné de quelques cadres de son cabinet, s’est prêté à cet exercice budgétaire au cours duquel il a d’abord justifié le niveau actuel de l’exécution du budget 2017. A l’en croire, la lecture de façon linéaire du taux de consommation du crédit donne à tort, l’impression d’une faible consommation. « …Cela est dû au fait que les importants projets d’investissements sont venus dans le dernier trimestre, en Octobre. Ils n’ont pas été comptabilisés au 30 septembre. On a l’impression que le budget a été réalisé sur le plan investissement à 8% alors que nous sommes à 48%. Sur le plan de fonctionnement, nous sommes à 77,46%. Sur le plan du personnel, nous sommes à 75% parce que le Ministère de la défense est le seul ministère qui paie ses agents et qui ne les fait pas payer par la fonction publique », a clarifié le ministre à sa sortie. Et pour les 50 milliards francs Cfa qui seront alloués à ce département, le ministre Nouwatin a promis qu’ils serviront à apporter la contribution du Bénin à la promotion d’un espace de sécurité collectif national, régional et international et le renforcement de la relation armée-nation. Mieux, cinq grands projets sont prévus au ministère de la défense nationale pour le compte de l’année 2018. Il s’agit du Projet de réhabilitation, de construction d’équipements d’infrastructures au profit de l’Etat-major pour près de 4 milliards, le projet de réhabilitation, de construction et d’équipements d’infrastructures au profit des forces dont la réfection de deux dortoirs troupe à Ouidah, la réfection de neuf blocs sanitaires, la réfection du prytanée militaire de Bembêrekè et du lycée militaire des jeunes filles et la rénovation du bâtiment au niveau de l’ENSA à Porto-Novo et au niveau de l’école nationale des Officiers à Toffo.

  • Tonato annonce la phase opérationnelle des projets dès 2018

A l’instar de ses collègues du gouvernement, le ministre du cadre de vie et du développement, José Didier Tonato a présenté et défendu devant la Représentation nationale, les grandes priorités de son département ministériel, ce lundi au Palais des Gouverneurs à Porto-Novo. Il s’agit des grands projets que le ministère entend conduire au cours des douze prochains mois. « Le ministère du cadre de vie et du développement durable couvre l’aménagement du territoire, le développement urbain, l’habitat et la construction, l’environnement et les eaux et forêts. », a rappelé le ministre Tonato. Lire un extrait de ses propos à la presse parlementaire.

« … Nous avons un budget d’à peu près 78 milliards FCFA pour environ 72 milliards de ressources en capital et le reste en dépenses de fonctionnement. C’est un ministère qui est fondamentalement axé sur la réalisation des projets phares du gouvernement. Nous avons passé 2017, comme vous le savez, à finaliser les études techniques de faisabilité et les différents dossiers d’appel d’offres. Nous allons donc entrer à partir de 2018 dans la phase opérationnelle de ces projets, notamment le projet des 20 mille logements économiques qui démarre par le premier site de 11 mille logements économiques à Ouèdo. Il y a le projet asphaltage qui est très attendu qui va consister à la réhabilitation des voiries et de l’assainissement dans neuf de nos grandes villes, Cotonou et les villes secondaires, 660km de voirie. Il y a ensuite, le projet de gestion des villes du grand Nokoué. Vous avez tous entendu parler ici du projet PUGEMU, programme d’urgence de gestion environnementale en milieu urbain. Ce projet a été traité sur le plan des études et des premières approches de la question de la gestion des déchets. Le gouvernement prend le relai avec le projet de modernisation sur les cinq communes de Porto-Novo, Sèmè-Kpodji, Cotonou, Abomey-Calavi et Ouidah pour en faire un grand projet de gestion des déchets qui couvre la collecte, le transport, le tri valorisation, et l’enfouissement sanitaire. Autant de projets qui vont démarrer, l’année prochaine. Il y a le programme ville durable qui, en plus du projet asphaltage et des différents projets dont j’ai parlé, va traiter une trentaine de ville dans le respect de la mise en œuvre de l’agenda spatiale. Nous travaillons désormais, non dans le saupoudrage mais dans la concentration pour un aménagement durable des pôles de développement de notre pays. Il y a le projet de protection côtière, Cotonou est en cours, Ouidah va commencer, il reste le dernier maillon qui est Hillacondji jusqu’à l’embouchure du Mono. Nous l’espérons bien, les études vont également être bouclées et passer à la phase opérationnelle. Il y a le projet des bâtiments administratifs. Nous allons créer une grande cité ministérielle à Cotonou. Cela va commencer, cette année 2018. Une grande cité administrative à Abomey-Calavi pour séparer les directions centrales et les cabinets ministériels des directions techniques, et nous aurons également douze cités départementales qui vont regrouper les préfectures, les directions départementales et quelques logements de fonctionnaires. Il y a le projet durable des aires protégées. Tout le monde a appris que le parc national de la Pendjari a été mis en affermage. Le processus va se poursuivre et se consolider et s’étendre probablement au parc W pour une meilleure gestion de nos aires protégées tant du côté flore que de la faune également. Il y a un programme de rénovation des marchés urbains et des marchés secondaires. Nous avons un marché de gros qui sera construit dans la commune d’Abomey-Calavi. Autant de projets autour duquel nous nous mobilisons et qui vont rentrer effectivement en phase opérationnelle en 2018… »

  • Des projets sportifs, culturels et touristiques présentés aux députés

Pour la deuxième fois consécutive, le ministère des sports auquel il a été greffé en Octobre dernier, les sous-secteurs de la culture et du tourisme, a planché ce mardi 21 novembre, devant la commission budgétaire de l’Assemblée nationale. D’un montant d’un peu plus de 20 milliards de francs, le budget 2018 du Ministère que dirige Oswald Homeky, permettra de réaliser des projets innovants pour la production de la richesse et l’épanouissement des acteurs. Lisez l’éclaircissement du ministre face à la presse parlementaire.

« Nous allons opérer un certain nombre de réformes dans le secteur culturel pour qu’enfin, les acteurs culturels vivent de leur art. »

« C’est un budget pour le ministre du tourisme, de la culture et des sports qui s’élève à 20 milliards de francs Cfa. En termes d’actons prioritaires, il faut noter que pour ce qui concerne les sports, nous allons rentrer dans la phase opérationnelle du programme association sportive communale et nous allons enclencher la construction de l’académie sportive ainsi que les autres infrastructures sportives dans les communes des chefs-lieux de nos départements. Pour ce qui concerne le secteur culturel, le projet de promotion des talents culturels à la base est également inscrit comme projet prioritaire. Et il y a un certain nombre de réformes que nous allons opérer dans le secteur pour faire en sorte qu’enfin, les acteurs culturels vivent de leur art. Je voudrais dire qu’au plan touristique, l’action du ministère sera ajoutée à celle de l’agence de la présidence qui s’occupe des projets phares. Cette agence s’occupe de la mise en œuvre du projet de reconstruction des palais royaux, du projet de reconstruction des musées, du projet d’institution d’un tourisme remémoré dans notre pays à travers la route de l’esclave Abomey-Allada-Ouidah. Ce sera une première. Nous allons avoir les travaux dans la Pendjari et qui vont se poursuivre et qui permettront au Bénin d’avoir le plus gros parc en Afrique de l’Ouest. Et donc, nous serons à l’échelle continentale, voire mondiale, l’un des pays qui offre des possibilités de tourisme assez exceptionnelles. Enfin, je voudrais dire que plusieurs choses vont se faire notamment, pour que les acteurs aussi bien culturels, sportifs que du secteur du tourisme puissent vraiment mieux se porter. Notre engagement est de faire en sorte que ce secteur puisse vraiment produire des richesses pour notre nation… »

Germin DJIMIDO  et Yannick SOMALON

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page