.
.

Le triomphe de la vérité

.

Mise aux arrêts de rigueur du Secrétaire Général du Synapolice: La CSA-Bénin fustige l’acte du gouvernement et réclame justice


Vues : 0

La CSA-Bénin ne partage pas la sanction du gouvernement mettant aux arrêts le Secrétaire Général du SYNAPOLICE, Clément AKIYE dans le feuilleton Lehady SOGLO. Par une déclaration rendue publique, ce jeudi 03 août 2017, le bureau national de la confédération dénonce l’acte qui, selon lui, met à mal le monde syndical et mieux la carrière d’un agent rompu à la tâche par son professionnalisme reconnu de l’autorité hiérarchique. À cet effet, la CSA BENIN exige le respect de la procédure et la vérité des faits, sans quoi sa réaction ne tardera pas à venir. Exprimant sa perplexité face à ce qui est reproché au secrétaire général du SYNAPOLICE, membre du bureau exécutif de la CSA BENIN, l’organisation syndicale que dirige Anselme AMOUSSOU lie cet acharnement aux dernières sorties médiatiques de l’agent au sujet d’un certain nombre de maux qui minent le corps des agents de policiers au Bénin.

Déclaration de la CSA-Bénin sur la mise aux arrêts de rigueur du Secrétaire Général du SYNAPOLICE

La Confédération des Syndicats Autonomes du Bénin, a appris avec une grande surprise, la mesure de mise aux arrêts infligée au camarade AKIYE Clément Secrétaire Général du Syndicat National de la Police du Bénin. Il lui serait reproché une léthargie et une légèreté dans l’exécution de la mission de surveillance du domicile de l’ex maire de la ville Cotonou, Léhady SOGLO.
Certes, un agent de l’Etat, qui plus est agent de police, dans l’exercice de sa mission, peut subir les rigueurs des textes qui fondent la profession de policier. La CSA-Bénin a toujours œuvré pour l’application stricte des textes de la République et ne saurait donc se rendre complice d’une quelconque pratique d’impunité. Mais le camarade AKIYE Clément compte une vingtaine d’années de service actif au sein de la Police Nationale et a une réputation de professionnalisme et de sérieux attestée largement par la hiérarchie policière au plus haut niveau.
Une délégation confédérale a d’ailleurs rencontré, au mois de mars dernier, le DGPN en personne, qui a témoigné de la compétence et du savoir-faire de son collaborateur secrétaire général du SYNAPOLICE.
Ce jour jeudi 03 août 2017, une délégation de la CSA-Bénin a rencontré et écouté le camarade AKIYE Clément qui est membre du Bureau Exécutif National Confédéral depuis le mois de décembre 2016. La délégation a noté la sérénité et la pondération avec lesquelles le camarade accueille la situation qu’il vit depuis la journée du 02 août 2017 où il est privé de sa liberté.
La CSA-Bénin ne peut s’empêcher, au vu des explications qu’elle a reçues, d’exprimer sa perplexité face à ce qui est reproché au secrétaire général du SYNAPOLICE. Qu’il vous souvienne que cette situation survient juste après une série d’actions syndicales initiées en vue de la satisfaction des revendications des agents de Police. Ces actions ont d’ailleurs abouti au règlement d’un certain nombre de préoccupations en suspens depuis plusieurs mois et qui concernent la majorité des agents de Police. La CSA-Bénin attire ici l’attention de l’opinion publique sur cette curieuse coïncidence. Qu’il vous souvienne aussi que quelques jours après les sorties médiatiques du Secrétaire Général du SYNAPOLICE pour dénoncer la discrimination dont sont victimes la plupart des policiers en service dans les commissariats de police, la commission des réformes a proposé au gouvernement la suppression du droit syndical au nouveau corps dénommé police républicaine. La CSA-Bénin se refuse de tirer des conclusions trop hâtives mais ne peut s’empêcher d’exprimer son inquiétude face à ce qui apparaît comme une mesure de représailles contre un responsable syndical toujours intransigeant sur les questions de principe et qui a eu à dénoncer récemment encore des nominations irrégulières et des sanctions sélectives. Des déclarations mêmes du garde des sceaux, la descente policière au domicile de monsieur LEHADY SOGLO, n’avait pas pour but de l’appréhender. Comment comprendre alors l’accusation portée contre le camarade AKIYE. S’il n’a pas réussi à arrêter un individu qu’on ne lui a pas ordonné de mettre aux arrêts, où se situe donc la faute professionnelle?
La confédération n’est pas dupe de cette manœuvre destinée à décapiter une force sociale devenue la voix des sans voix de la police.
La confédération a déjà saisi le ministre de l’intérieur pour attirer son attention sur les risques de cristallisation de la tension au sein d’un corps qui a besoin de sérénité plus que jamais pour sa mission.
Il est temps que la Police béninoise dite républicaine, redevienne un espace d’épanouissement des agents valeureux qui œuvrent jour et nuit pour la sécurité des citoyens.
Anselme Amoussou met en garde contre toute forme de manipulations pour salir la réputation d’un agent rompu à la tâche, toujours respectueux de la hiérarchie et dont la compétence ne fait pas de doute à tous les postes qu’il a occupés.
La CSA-Bénin exige le respect de la procédure et la vérité des faits sur ce qui est reproché au camarade AKIYE Clément. Elle se réserve le droit d’user de toutes les armes syndicales pour protéger son militant et pour dénoncer les abus dont il est et sera victime.
La confédération a déjà saisi le ministre de l’intérieur pour attirer son attention sur les risques de cristallisation de la tension au sein d’un corps qui a besoin de sérénité plus que jamais pour sa mission.
Il est temps que la Police béninoise dite républicaine, redevienne un espace d’épanouissement des agents valeureux qui œuvrent jour et nuit pour la sécurité des citoyens.

Pour le BEN/CSA-Bénin
Le Secrétaire Général

Anselme AMOUSSOU

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page