.
.

Le triomphe de la vérité

.

Enquête de la justice sur le drame de Avamè/Tori: Deux présumés coupables en prison


Vues : 19

fosse-encore-en-flamme« Homicide volontaire, blessures volontaires, installation et exploitation de site d’incinération de produits avariés non autorisé ». C’est le lourd chef d’accusation porté sur la personne de Janvier Aizoun, le propriétaire du site d’enfouissement et d’incinération de produits avariés de Tori Avamè,  par le procureur de la République près du Tribunal de Première Instance de deuxième classe de Ouidah et qui lui a valu la peine d’emprisonnement. En effet, le drame survenu le 08 septembre 2016 dans la commune de Tori Bossito, Arrondissement d’Avamè, ayant fait déjà plus de vingt morts et plusieurs blessés graves, n’a pas fini de faire des victimes.  Présentés au Procureur de la République près du Tribunal de Première Instance de deuxième classe de Ouidah dans l’après-midi de ce lundi 26 septembre 2016, le Directeur Départemental de l’Environnement Atlantique/Littoral et le propriétaire du site d’enfouissement et d’incinération de produits avariés sont incarcérés à la prison civile de Ouidah, aux environs de 1heure du matin, ce mardi 27 septembre 2016. Après plus de six heures d’audition, le  juge   a écouté le Chef du village d’Avamè, les élus locaux, le Chef d’arrondissement, les agents de sécurité privée d’Avamè, le commissaire de police et le chef brigade de la gendarmerie de Tori afin de situer les responsabilités. A l’encontre du propriétaire du site et du directeur départemental de l’environnement, la sentence à laquelle  est parvenue la cour est l’emprisonnement pur et simple.  Janvier Aizoun, le propriétaire du site d’enfouissement et d’incinération de produits avariés, est incarcéré, selon le Procureur de la République, pour homicide volontaire, blessures volontaires, installation et exploitation de site d’incinération de produits avariés non autorisé. Rappelons que ce drame survenu le 08 septembre dernier dans le département de l’Atlantique a fait , à la date du 17 septembre 2016, 22 morts dont deux femmes en état de grossesse et 70 cas graves de brûlure. Le gouvernement, en son conseil des ministres du 14 septembre dernier, avait déjà suspendu de leur fonction, le commissaire de police et le chef brigade de la gendarmerie de Tori  pour négligence sur la chaîne opérationnelle de l’activité d’incinération de produits avariés en République du Bénin. Certes, dans sa détermination à mettre au claire cette affaire et sévir avec rigueur les  coupables, le gouvernement a transmis le dossier à la justice qui en  a fait sa priorité. Ce qui a abouti à l’arrestation et l’emprisonnement des deux présumés coupables présentés au procureur, ce lundi dernier et qui ont fini par atterrir à la prison civile de Ouidah.

Yannick SOMALON

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page