.
.

Le triomphe de la vérité

.

Projet de construction d’infrastructures communautaires: Tévoédjrè associe protestants, animistes et musulmans


Vues : 20

Tévoédjrè et réligieuxLe Centre Panafricain de prospective sociale, porteur de « l’Initiative africaine de l’éducation à la paix et au développement par le dialogue interreligieux et interculturel », a organisé, le vendredi 19 août 2016, au ministère des affaires étrangères et de la coopération, une importante rencontre d’informations et de dialogue  avec les différents acteurs religieux. Elle a été l’occasion d’annoncer la naissance d’un projet commun associant musulmans et adeptes des religions traditionnelles pour répondre ensemble à une préoccupation pressante d’une population éprouvée.

« La Paix par un autre chemin ». C’est à travers cette conviction que le Frère Melchior et président du Centre Panafricain, le Professeur Albert Tévoédjrè ainsi que les différents acteurs religieux ont porté sur les fonts baptismaux le premier anneau d’une chaine de réalisations sociales. Il s’agit de la construction d’un centre de santé, dispensaire et maternité communément porté sur le dialogue interreligieux au service du développement. A l’ouverture de cette rencontre qui a connu la présence du ministre des affaires étrangères et de la coopération, SEM Aurélien Agbénonci et des acteurs issus de différentes confessions religieuses, le président de l’Eglise protestante méthodiste du Bénin (EPMB), le Révérend Pasteur Alagbada, n’a pas manqué de revenir sur la notion de paix qui désigne l’entente amicale de la société par une absence de conflits. Une vision suivie par l’EPMB qui s’est associée au Centre Panafricain et les autres acteurs à l’élaboration de ce projet, dans le but de confirmer la prise de conscience, la véracité et la vocation du peuple béninois à être des porteurs de paix et de tolérance positive. La réalisation d’un centre de santé, dispensaire et maternité à Kpoguidi, sis dans la commune de Sèmè-kpodji, représente pour le Pasteur Alagbada, le carrefour de la paix pour vivre car, ajoute-t-il, après la paix pour vivre, il faut être en bonne santé pour contribuer à une paix durable. Ce premier cadeau d’une chaine de réalisation sociale reste, pour le Professeur Albert Tévoédjrè, un réel motif d’avancer dans la promotion du dialogue interreligieux. « Il faut donner l’exemple d’une pédagogie qui nous permette d’avancer », a-t-il clarifié. Selon ses propos, il ne suffit pas seulement de dialoguer mais de le faire pour avoir des actions pour conquérir le dialogue social commun. Pour sa part, le ministre des affaires étrangères et de la coopération, SEM Aurélien Agbénonci , a exprimé son satisfécit sur la pertinente du privilège  accordé par les acteurs religieux béninois à la notion de la paix. « N’arrêtez pas de parler de paix, car c’est le bien le plus précieux que nous avons. Nous avons besoin de vendre l’exception béninoise et cette capacité à dialoguer, à rester  ancrés dans la paix. Nous devons faire en sorte que la paix soit la marque de fabrique du Bénin », a-t-il souhaité. Cette rencontre initiée par le Centre Panafricain du Professeur Albert Tévoédjrè, fait suite à la médiation réussie du Président Talon, le dimanche 3 juillet dernier, sur la réconciliation et la paix retrouvée au sein de l’Eglise protestante méthodiste du Bénin. Une manifestation de Dieu qu’ont reconnus les acteurs religieux présents à la séance.

 Rastel DAN

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page