.
.

Le triomphe de la vérité

.

Énième élimination des cadets de la course à la CAN: Gouvernement et fédération doivent faire de la formation une priorité


Vues : 31

Les Ecureuils cadets du Bénin viennent d’être éliminés de la course à la Can U17 qui aura lieu au Madagascar en 2017. Cette élimination logique, fait suite à d’autres que le pays avait déjà subies. Et après cette fâcheuse élimination, beaucoup n’hésitent pas à condamner la sélection conduite par Edmé Codjo. Selon eux, ce sont les enfants qui n’ont pas bien mouillé le maillot. Oui, ils n’ont pas bien mouillé le maillot. Et cela ne pouvait en être autrement. Et pour cause, ces enfants n’ont pas eu les rudiments nécessaires. Des rudiments qu’on acquiert que lorsqu’on évolue dans un milieu où la pratique du football de haut niveau et du football de plaisir est une préoccupation. Bien qu’ils soient issus des centres de formations pour certains, des écoles de foot et les centres d’animations sportives pour d’autres, ces jeunes n’ont pas eu les conditions qu’il faut pour être au top dans une rencontre internationale comme celle qu’ils ont livré le samedi dernier à Abidjan face aux Eléphanteaux. On ne l’ignore sans doute pas. En tout et pour tout, cette sélection béninoise vient d’avoir en toute honnêteté 1 mois de vie. Elle a évolué contre une sélection ivoirienne qui est en place depuis plus de 3mois. Non seulement çà, elle est constituée de joueurs qui sont dans des conditions plus ou moins professionnelles. C’est-à-dire des joueurs qui sont issus des centres de formations huppées de la sous-région, qui prennent part à un championnat national régulier de leur catégorie pour la plupart et ont eu un stage de préparation digne du nom. Puisque sélectionnés en équipe nationale, ils ont fait des matches de préparations et sont prêts à faire face à n’importe quelle sélection africaine et mondiale. Ce que nos jeunes Ecureuils n’ont pas eu. Ceci, du fait des années de crise que traverse le football du pays et qui empêchent la mise en place d’une bonne organisation surtout au niveau de la formation. Car, les quelques rares centres de formation qui sont sur le territoire manquent d’attention de la part des gouvernants. Ils ne sont pas subventionnés, ni appuyés et les promoteurs sont obligés de faire avec les moyens dont ils disposent. Des moyens qui ne leur permettent pas de former des joueurs de haut niveau mais plutôt des footballeurs ordinaires qui n’arrivent pas à s’exprimer quand ils sont dans la cour des grands. Il est alors temps que le gouvernement actuel siffle la fin de la récréation en instituant la direction technique nationale du sport avec une mission bien définie et beaucoup plus axée sur la formation afin qu’elle devienne la préoccupation de tous. Car, aucun joueur ou athlète ne fait long feu dans le sport s’il n’a pas reçu une formation pour.

Anselme HOUENOUKPO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page