.
.

Le triomphe de la vérité

.

Aziz Balogoun:«La non disponibilité d’infrastructures m’a contraint à faire un tournoi de ‘’petits camps’’ »


Vues : 21

Aziz Balogoun 1Gardien de but d’un club amateur de football en Belgique, Aziz Balogoun est l’un des Béninois de l’extérieur qui organisent des tournois de football au pays. Initiateur du tournoi Solidarité jeunes Aziz Balogoun, il dit avoir été contraint d’organiser ledit tournoi sous la forme de football de «petits camps », du fait des conditions trop élevées à lui imposer par les responsables qui gèrent les aires de jeu de football à 11.Lisez plutôt.

 

Parlez-nous de votre initiative ?

Merci. Il s’agit d’un tournoi de football sur un

terrain réduit communément appelé « petits camps ». J’organise ce tournoi pour aider la jeunesse d’Akpakpa à s’occuper pendant les vacances. En effet, depuis quelques années, quand je rentre au pays, je remarque qu’il n’y a pas de championnat alors qu’il y a des jeunes talentueux qui sont dans les rues un peu partout. Alors j’ai décidé de mettre ce projet en place. Ce tournoi est à sa deuxième édition et se déroule à sodjèatinmè (Akpakpa derrière le Ciné concorde).

Un tournoi de « petits camps » alors que vous êtes un joueur de football à onze dans un club amateur en Belgique. Pourquoi ce choix ?

Je sais que ça va paraître anecdotique qu’un joueur de grands camps organise un tournoi de petits camps. Mais laissez-moi vous dire que c’est un choix qui s’est imposé à nous. Au départ, je voulais organiser un tournoi de football à 11. C’est-à-dire le grand camp. Mais je n’ai pas eu les infrastructures qu’il fallait. Aussi, les conditions que les responsables qui ont en charge la gestion de ces instructions ont posées m’ont fait reculer et j’ai dû revoir à la baisse mon ambition. Je suis un jeune qui ambitionne contribuer à l’épanouissement de mes frères. Leur permettre de jouer au football qui est leur passion, vu que le championnat national n’existe pratiquement plus. Mais les gens ont pris autrement et nous ont fixé des taux de locations des terrains qui ne rentrent pas dans notre budget. C’est ce qui a fait que j’ai préféré opter pour le tournoi de « petits camps », vu que nous n’avons pas des ambitions autres que celle d’accompagner la jeunesse béninoise dans son développement.

C’est désormais le petit camp. Alors dites-nous à quelle étape êtes-vous actuellement ? Et quelles appréciations faites-vous du niveau du jeu ?

Nous sommes actuellement à l’étape des quarts de finale. Parlant du niveau, je peux vous dire qu’il est élevé comparativement à celui de l’édition précédente. Vous savez, lors de la première édition, nous avons eu 8 équipes. Mais cette année, nous en avons eu 16 , réparties dans 4 poules. Et laissez-moi vous dire que lors des matches, j’ai reconnu plusieurs joueurs qui sont appelés en équipe nationale ; Ce qui veut dire que les gens ont déjà adopté le tournoi. Et vraiment, je rêve de le transformer en un tournoi de football à 11.

Parlez-nous des prix qui sont mis en jeu.

Pour ce tournoi, nous mettons en compétition 7 trophées. Ce qui est rare pour un tournoi de petits camps. C’est pour vous dire que vraiment, notre ambition n’est pas ce genre de tournoi. Nous récompensons la meilleure équipe, avec un trophée plus des médailles en or. L’équipe finaliste aussi part avec un trophée, moins grand que celui du vainqueur, et des médailles en argent. Il y a aussi un trophée pour le meilleur buteur, un autre pour le meilleur joueur, le meilleur passeur, le joueur fair play, meilleur entraineur. Il y a un trophée spécial que nous allons décerner aux meilleurs groupes de supporters de ce tournoi. Il y aura également des ballons et des maillots que nous allons distribuer.

Ça fait beaucoup de lots effectivement. Dites-nous, avez-vous des sponsors ou des gens qui vous accompagnent pour l’acquisition de tout çà ?

Sans vous mentir non. J’organise le tournoi sur fonds propre. Il est vrai que j’ai eu une promesse de maillots, mais j’attends voir si je l’aurai vraiment. Mais, à ce jour, je peux déjà vous dire que nous sommes prêts. Il ne nous manque plus rien.

Que diriez-vous en conclusion ?

Juste vous remercier pour l’opportunité que vous m’offrez pour informer par rapport à mon tournoi. Je voudrais aussi profiter pour solliciter de l’appui des uns et des autres pour que l’année prochaine, nous puissions avoir les infrastructures nécessaires pour la pratique du football à 11. Comme cela, nous aurons le tournoi à 11. Aussi, je ne finirai pas sans dire un mot sur la crise du football béninois. Là, j’invite les protagonistes à penser aux jeunes afin de taire les querelles de personnes pour mieux organiser les championnats. Ce qui va permettre aux jeunes de jouir de leur talent. Il y a mes amis en Belgique qui veulent bien venir chercher des joueurs par ici pour étoffer leurs équipes mais, vu que ça ne joue pas, ils vont ailleurs. Et ça, ce sont les jeunes qui sont pénalisés. J’invite le ministre des sports à continuer les négociations. Merci.  

Entretien réalisé par Anselme HOUENOUKPO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page