.
.

Le triomphe de la vérité

.

entretien du ministre de l’économie et des finances, Romuald Wadagni: « Nous irons jusqu’au bout des audits »


Vues : 19

ministre des finances wadagniLes audits  enclenchés par le gouvernement de  Patrice Talon, depuis  plus de trois mois déjà qu’il est au pouvoir, livreront bientôt leurs résultats.   Le ministre de l’économie et des finances, Romuald Wadagni l’a  annoncé  hier,  lors d’une émission spéciale de la Télévision nationale dont il était l’invité. « Il n’y aura pas d’excuse.  Nous  irons jusqu’au bout des audits. Et nous nous attelons à ce qu’ils se déroulent de façon transparente, que les résultats soient publiés et que la justice soit saisie pour la suite » , a-t-il martelé. Pour l’argentier national, il  ne peut en être autrement avec un  gouvernement qui  décrie depuis plusieurs semaines les «dérives financières et la gestion économique catastrophique » observées au Bénin,  ces dix dernières années. « Il y aura des sanctions appropriées », a également promis Romual Wadagni, qui n’a pas manqué de revenir sur plusieurs autres  grandes actions entreprises par  le régime de la Rupture, depuis déjà 100 jours dans le secteur de l’économie et des finances. Il évoquera, entre autres,  le payement de dettes intérieures déjà mis en branle, pour les instances allant de 0 à 20 millions de francs CFA, favorisées par l’émission d’un emprunt obligataire organisé d’urgence par  le gouvernement. « Nous avons ainsi choisi d’aller tranche par tranche, sans attendre les résultats des audits pour voir si tous les marchés publics exécutés ont suivi des procédures régulières, parce que  le besoin est pressant. Mais attention, tous ceux qui seront épinglés par les résultats de ces audits  seront dans l’obligation de retourner les sous à l’Etat », a  averti le ministre des finances, qui a indiqué au passage que  le montant accumulé des dettes intérieures s’élève à 1500 milliards de FCFA et celles extérieures à 800 milliards. Situation alarmante que le gouvernement actuel tente de corriger avec des mesures urgentes et appropriées. Ce qui conduira par exemple à la réduction des dépenses publiques, avec  à la foulée , un collectif budgétaire pour  l’exercice 2016, avec comme économie réalisée, près de 125 milliards de FCFA. « Nous ne pouvions pas continuer à faire saigner note économie », a affirmé aussi Romual Wadagni,  qui , évoquant le cas du déficit  budgétaire de l’année 2015, qui était de 8%, s’en indigne d’autant qu’il est des plus élévés depuis 1995 au Bénin et le plus haut dans l’espace Uemoa.
En décidant également de créer une agence  en charge de coordonner  les voyages  officiels, le gouvernement de Patrice Talon pense réaliser d’’autres économies,  constatant que le budget initial annuel qui était de 5 milliards de FCFA en 2014, a brusquement augmenté pour atteindre 17 milliards en 2015. Il a aussi fait cas des  réformes fiscales  engagées, notamment au niveau de l’allègement de la pression fiscale et des procédures administratives ; toutes choses  pouvant permettre aux jeunes porteurs de projets d’entreprises innovants et autres acteurs économiques d’aller au bout de leurs initiatives.  Romuald Wadagni n’a pas occulté non plus les relations économiques entre le Bénin et le grand voisin, le Nigéria, qui seront davantage améliorées et renforcées sous l’ère de la Rupture. A ce propos, il a indiqué, entre autres, le projet de construction d’un grand marché d’échanges à la frontière bénino-nigériane Sèmè Kraké, ainsi que des  concertations régulières entre les autorités béninoises et  nigérianes pour une coopération plus fructueuse entre les deux pays.

Christian Tchanou

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page