.
.

Le triomphe de la vérité

.

Entretien avec Rodolphe Kiki, PCO du tournoi des institutions ‘’Dribble pour le Bénin’’: «Nous lançons le tournoi le 23 juillet prochain »


Vues : 37

Rodolphe KIKI okLa 9ème édition du tournoi des institutions « Dribble pour le Bénin » aura lieu du 23 juillet au 4 septembre. C’est ce qu’a précisé Rodolphe Kiki, président du comité d’organisation, dans l’interview ci-dessous. Il est également revenu sur les préparatifs de ce tournoi. Lisez plutôt !

A quel niveau vous vous trouvez dans la préparation de la 9ème édition du tournoi que vous organisez chaque année ?

Les préparatifs de la 9ème édition du tournoi des institutions, un tournoi qui devient une tradition, évoluent bien maintenant. Car, l’arrivée, depuis quelques mois, d’un nouveau régime à la tête du pays et les nouvelles réformes entreprises ont secoué les institutions. Ce qui a justifié le report de la date de démarrage du 25 juin au 23 juillet 2016.  Car, vous savez bien que notre matière première, ce sont les institutions. Mais nous avons pu avoir une douzaine et certaines sont également en rade. Pour ces équipes-là, le comité d’organisation est en pleine réflexion. Car, nous voulons que la fête du football que nous organisons soit totale.

Et comment comptez-vous intégrer ces équipes ?

Je ne dis pas qu’on va les intégrer. Il se peut qu’elles le soient. Mais sachez que nous avons déjà fait le tirage au sort constitutif des groupes le samedi 25 juin dernier. C’était au stade Mathieu Kérékou avec la participation de toutes les équipes. Selon le règlement du tournoi, à l’issue des phases de poules, les deux premiers de chaque poule seront qualifiés pour les quarts de finale. Ensuite, on aura les demi-finales et la finale. Pour avoir une bonne compétition, nous sommes en train de mettre les moyens logistiques en place. Et nous espérons que les joueurs aussi produiront du spectacle lors des matches.

Quelle sera l’innovation de cette année quand on sait que vous essayez de faire une autre activité en dehors du tournoi?

Nous avons une très grande ambition pour la compétition. Nous envisageons jouer une petite compétition à Lomé aussi. Cela nous permettra de faire jouer le vainqueur de la compétition de Cotonou et le vainqueur de Lomé pour une rencontre de brassage qui sera le début d’un autre projet qui est de rendre ce tournoi international à partir de la 10ème édition. C’est-à-dire que nous voulons organiser ce tournoi non pas seulement pour le Bénin, mais pour toute la sous-région quand nous allons célébrer ses dix ans. En dehors de ce match, laissez-moi vous dire que dans le souci de diversifier les activités, nous pensons organiser aussi un tournoi de pétanque. Un tournoi qui va se dérouler en deux journées. Donc nous attendons les inscriptions afin de lancer cela.

Et la marche. Allez-vous l’organiser aussi ?

Bien sûr. Elle est désormais une tradition. Elle est la seule activité que nous organisons pour les femmes pour le compte de ce projet. Donc, il n’y a pas de raison que nous ne la tenions. Selon notre programmation, c’est le 3 septembre qu’elle se tiendra pour annoncer la finale du tournoi ; parce que la finale de cette année aura lieu le 4 septembre. Elle sera lancée à l’Etoile Rouge et prendra fin au stade Mathieu Kérékou. Soit une distance de 5km. En ce qui concerne les activités, permettez-moi de vous rappeler que nous avons l’habitude de terminer le tournoi par un pique-nique que nous faisons à la plage. Et ce sera le dimanche 11 septembre prochain. A ce pique-nique, nous accueillons les membres de toutes les institutions qui ont pris part au tournoi. Ceci, en accord avec notre ambition de départ qui est de permettre le brassage entre les travailleurs des institutions béninoises. Là, il n’y a ni vainqueur, ni gagnant. C’est la fête et de la bonne ambiance.

Sur quel terrain les différents matches seront-ils joués ?

Depuis 6 ans, nous avons opté pour la pelouse du stade Mathieu Kérékou. Et selon l’organisation qui est mise en place, nous jouerons sur ce stade. Sauf changement de dernière minute.

Un mot sur les distinctions à l’issue de la compétition ?

Outre le champion, le vice-champion et la 3ème équipe qui auront chacun un trophée, nous aurons à distinguer le meilleur joueur, le meilleur gardien, le meilleur buteur, le meilleur entraineur et le meilleur responsable d’institution. Donc, c’est plusieurs trophées, des médailles, des tee-shirts, des maillots, des équipements sportifs qui sont en jeu. Ce sont des trophées symboliques mais qui sont des valeurs. C’est ce que nous, nous offrons pour éviter la polémique et les tensions que créent souvent, au sein des équipes, les récompenses financières.

Donc, il n’y aura pas d’enveloppe financière pour accompagner les trophées ?

C’est cela même. D’ailleurs, ce n’est pas de notre habitude de mettre de l’argent dans les lots que nous donnons. Les équipes ne participent pas au tournoi pour gagner de l’argent. Donc, nous ne mettons pas l’argent sur les trophées. On préfère utiliser ces sous pour organiser la fête afin que même les joueurs des équipes éliminées au premier tour puissent se sentir concernées par la fête.

Que diriez-vous pour conclure cet entretien ?

Je lance un appel à toutes les autorités qui ont engagé leurs équipes de les soutenir fortement ; c’est-à-dire, qu’elles leur donnent les moyens nécessaires pour qu’elles puissent représenter dignement les institutions. Enfin, je voudrais inviter les mêmes autorités à nous assister aussi au niveau de l’organisation. Nous voulons leur apport institutionnel voire financier ; ce qui nous permettra d’atteindre nos objectifs.

Entretien réalisé par Anselme HOUENOUKPO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page