.
.

Le triomphe de la vérité

.

1ère édition de « Jeudi du Patronat » au Bénin: CONEB, chefs d’entreprises et autres échangent sur la conjoncture économique


Vues : 35

Le président de la CONEB, Albert Fèliho (au milieu) suit avec attention...La première édition de l’initiative « Jeudi du Patronat » s’est déroulée ce jeudi 16 juin 2016 à l’hôtel Bénin Royal de Cotonou. Organisée par la Confédération nationale des employeurs du Bénin (Coneb),  elle a porté sur la question de la conjoncture économique du Bénin sanctionnée par des propositions.

Les chefs d’entreprises béninois  s’unissent pour améliorer le climat des affaires au Bénin. C’est dans ce cadre que s’inscrit la réunion d’échanges entre chefs d’entreprises privées et institutions, organisée  le jeudi 16 juin 2016 à l’hôtel Bénin Royal, par la Confédération nationale des employeurs du Bénin (Coneb) sous l’intitulé : « Jeudi du Patronat ». Pour cet événement qui est à sa première édition, l’objectif, vise selon le président de l’organisation patronale, Albert Fèliho , à accompagner par des outils et statistiques actualisées, les chefs d’entreprises, à développer leurs entreprises en vue de l’effectivité d’une croissance positive durable. Dans son mot introductif où il a présenté l’initiative, il  ressort  que « Le jeudi du Patronat » consiste à se réunir tous les derniers jeudis du mois autour d’un petit déjeuner assorti de débats , sur une thématique à la convenance du partenaire qui sponsorise sa réalisation. Il s’agit selon lui, d’une tribune de chefs d’entreprises et de dirigeants d’institutions de marque, offerte au partenaire sponsor pour communiquer sur un produit innovant ou un service à valeur ajoutée bien spécifique en vue d’accroître sa clientèle. Pour sa part, le Directeur exécutif de la Coneb, Léopold Toton a présenté les grandes lignes du Plan de Travail annuel 2016 suivi des services clés offerts par la confédération. Mais de façon globale, il est revenu sur l’objectif de la Coneb qui consiste à contribuer à l’avènement d’un nouveau type d’entrepreneur capable de transformer l’économie car le développement devra prendre appui sur l’homme. Sur la question, il s’est dit fier des compétences dont regorge la Coneb. « Nous avons une  logistique et une expertise capable d’accueillir les formations…. » confie-t-il.  Pour lui, « un réseau d’entreprises doit travailler pour que les entreprises puissent gagner ». La Coneb entend donc aider les entreprises à résister aux chocs internes et externes qui pourraient intervenir. « Cela permettra la durabilité de l’entreprise » a-t-il ajouté. La Coneb se propose entre autres, la gestion de l’accès au crédit avec le soutien des banques nationales, de la sous région,  et internationales telles que Root Capital des Etats-Unis, la Banque européenne d’investissement et autres. Il s’en suit,  l’assistance judiciaire, l’environnement des affaires, la justice dans les traitements entre les grosses et toutes petites entreprises. Il sera également mis en place un lobbying au profit des entreprises pour la gestion optimale de la dette intérieure par l’Etat, sans oublier de faciliter l’accès au marché public et la transparence requise.

L’état économique à la loupe

La seconde partie de la séance a été marquée par une communication. A cet effet, le thème ayant fait objet de cette première journée d’échanges est intitulé : « La conjoncture économique au Bénin : enjeux, défis et propositions de la CONEB ». Dans un exposé face à la soixantaine de participants, le président de la CONEB a donné un aperçu sur la conjoncture économique du Bénin en 2015, accompagné des perspectives de 2016. Touchant un ensemble de domaines dont dépend l’équilibre global du pays, son intervention a porté sur les secteurs tels que l’économie, l’agriculture, l’environnement, le développement, la politique, la société, la culture. Chaque rubrique a commencé par une synthèse sur les statistiques et perspectives  suivie de quelques défis majeurs. La présentation du président révèle au plan économique que la crise économique mondiale a eu un impact significatif sur l’économie béninoise dont la croissance est descendue à 2,5% en 2010, taux le plus bas de l’Afrique de l’Ouest. « Depuis 2012, elle est repartie à la hausse pour atteindre 5,6 % en 2015 », indique  le président de la Coneb, selon une étude de la Banque Mondiale. Cela lui fait dire combien le secteur financier béninois demeure sous développé et vulnérable, ce qui limite son aptitude à soutenir le crédit au secteur privé. Peu mécanisée et extensive aux rendements et productions aléatoires car tributaires des aléas climatiques, l’agriculture béninoise contribue à hauteur de 31,8% environ à la formation du produit intérieur brut. Il  résulte que l’indice des chiffres d’affaires dans ce secteur a connu un net recul de 17% selon le rapport de la Direction générale de l’analyse économique de 2015. En outre le secteur énergétique, en dépit des actions entreprises , a connu une diminution en février 2016 de 36,8% et de 25,6% , respectivement par rapport au mois de janvier 2016 et de décembre 2015. C’est donc dire que l’électrification, qui est encore insuffisante dans le pays , met un frein au développement économique et connait des interruptions régulières quand elle est présente. Il n’a pas occulté les domaines du développement, de la politique interne et externe.

Défis majeurs attendus de l’Etat

La situation économique peu reluisante a intéressé la Coneb au point où elle a envisagé des perspectives pour accompagner les chefs d’entreprises. Dans une unité d’action, la Confédération entend travailler à accélérer le règlement de l’encours des dettes, que ce soit celle intérieure ou extérieure, afin d’atteindre un taux de croissance d’environ 6% d’ici fin 2016. Également préoccupée par l’état de l’économie agricole,la confédération envisage travailler à faire mettre en place une banque agricole capable de redynamiser le secteur agricole par l’octroi de crédits agricoles aux paysans. A cet effet, l’Etat devra œuvrer à la promotion du développement de l’agro-industrie par une professionnalisation des acteurs au niveau des chaines de filières et accompagner que ce soit la transformation industrielle ou la commercialisation , dans un mécanisme de dynamisation des filières. Pour un développement du secteur environnemental, la Coneb propose une lutte effrénée contre le problème de désertification et la déforestation que connaissent successivement les deux régions du Bénin dans le cadre des défis de développement durables.Le Bénin devra, par la même occasion, accompagner le désengorgement des villes surtout celle de Cotonou qui connait un important accroissement démographique, sans oublier la réduction de la trop grande dépendance du pays vis-à-vis des fournisseurs  d’énergie par la création d’autres sources telles que les énergies solaires, éoliennes …, pour régler les problèmes de délestage. La vision prospective est de travailler avec l’Etat à faire passer à plus de 50% l’indice de développement du Bénin qui est toujours classé dans les économies du dernier rang au plan mondial, avec une gestion assurée de l’éducation de qualité et en adéquation avec les besoins du marché.Par ailleurs, la troisième partie de la réunion a laissé un champ libre aux débats entre chefs d’entreprises et institutions conviés à la cette première édition de l’initiative « Jeudi du Patronat ». Il a donc été question les situations de mévente au port autonome de Cotonou,dans le secteur de l’agro-business, des échanges dans la sous-région surtout avec le Nigéria, qui impactent négativement les affaires économiques du Bénin.

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page