.
.

Le triomphe de la vérité

.

Décision du régime Talon sur la gestion des sociétés et offices d’Etat: Les DG/ SOBEMAP et CNCB limogés


Vues : 26

Aux affaires depuis le 06 avril dernier, le président Patrice Talon et son gouvernement gardent toujours le suspense  sur la nomination des nouveaux directeurs à la tête des sociétés et offices d’Etat. Hormis quelques-uns, suspendus de leurs fonctions, la majorité des directeurs des sociétés d’Etat nommés sous le régime défunt, à leurs postes respectifs, continuent de gérer ne serait-ce que les affaires courantes. Mais, derrière cette façon de faire qui met tout le peuple et l’économie en haleine, il se passe assez de choses qui ne courent pas les rues. Il se révèle que les comptes bancaires des sociétés d’Etat sont gelés. Dans ces sociétés, les attributions de marchés et les activités à incidences financières ont été interdites jusqu’à nouvel ordre.  Conséquence, les directeurs de ces sociétés font du surplace. Ils ne gèrent que les affaires courantes des entreprises dont ils ont la charge.  Mais pour ceux qui ne le savent pas, le directeur général de la Société béninoise des manutentions portuaires (SOBEMAP) suspendu de ses fonctions a passé le témoin à son adjoint vendredi dernier. Celui du Conseil National des Chargeurs du Bénin, suspendu lors du même conseil des ministres, est sommé par le conseil d’administration de passer le témoin à son adjoint. Serait-on tenté de dire que le gouvernement joue à un jeu de nomination secrète ? Sinon, si les résultats partiels des audits commandités dans ces sociétés révèlent des irrégularités, qu’est-ce qui empêche le gouvernement de nommer à la place des directeurs suspendus, d’autres personnes pour la gestion normale de ces sociétés ? Les directeurs généraux adjoints ont-ils les pleins pouvoirs pour gérer, ou bien c’est uniquement les affaires courantes qu’ils sont appelés à gérer eux aussi ? Le gouvernement serait-il en train de confirmer sans grand bruit les directeurs intérimaires ? Autant d’interrogations que suscitent les actes du gouvernement en ce moment où tout semble aller mal dans la gestion des sociétés et offices d’Etat. Cependant, si l’objectif des audits commandités est de faire l’état des lieux de la gestion des sociétés en vue de déterminer leurs problèmes et défis respectifs, tout porte à croire que le chef de l’Etat n’entend pas se hâter dans la nomination de nouveaux cadres dans l’administration publique ni même à la tête des structures d’Etat.

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page