.
.

Le triomphe de la vérité

.

Enseignement de la langue japonaise au Bénin: Le Japon offre de nouvelles salles pour faciliter l’apprentissage


Vues : 15

Rufin Zomahoun et l'ambassadeur du Japon au Bénin....Avec un appui de 34 millions de francs Cfa, l’Ambassade du Japon au Bénin a accompagné le projet d’extension de salles de classes à l’école d’apprentissage de la langue japonaise ‘’Takeshi Nihongo Gakkou’’. Il a été effectif. Les clés de l’infrastructure ont été reçues par la Fondation Ifè de l’ambassadeur  de la République du Bénin près le Japon, Rufin Zomahoun. C’était lors d’une cérémonie d’inauguration qui s’est déroulée le vendredi 06 mai 2016. A  cette cérémonie, l’ambassadeur  de la République du Japon près le Bénin, Daini Tsukahara a précisé les composantes de l’infrastructure. A l’en croire, elle est désormais composée de deux salles de classes d’une capacité de 50 apprenants. Cadre adéquat, attrayant constitué des salles de cours bien spacieuses, de salles polyvalentes pour l’organisation des événements culturels, d’une bibliothèque pour la documentation, de trois bureaux pour l’administration, il est  équipé de mobiliers permettant l’apprentissage et la promotion de la langue et de la culture japonaise au Bénin.  Pour l’ambassadeur Daini Tsukahara, l’inauguration d’un projet est toujours l’aboutissement d’un long processus, de convergence de beaucoup d’efforts et de sacrifices et le début d’un autre. C’est à ce titre qu’il a annoncé le lancement prochainement d’un appel à candidature pour les bourses d’études au Japon dont la date limite de dépôt des dossiers est le 24 juin prochain. «  Que beaucoup postulent  à ces bourses pour tenter leur chance d’aller étudier au Japon », a-t-il souhaité. Le rêve de l’ambassadeur Rufin Zomahoun tendant vers sa réalisation, il se dit convaincu que l’apprentissage du japonais doit beaucoup apporter au continent africain et au Bénin. Au regard de la qualité de la culture japonaise, il  a appelé les cadres béninois et opérateurs économiques au sacrifice pour leur patrie le Bénin, comme c’est le cas avec lui, qui a doté le Bénin de la Fondation Ifè. Ce joyau que coordonne Guillaume Zomahoun a reçu le soutien de la municipalité qui reste engagée à voir les Béninois apprendre le japonais au regard des réalisations de cette nation.

Ambassadeur  de la République du Bénin près le Japon, Rufin Zomahoun
«  Après le Bénin, il  n’existe aucune  école de langue  japonaise dans le monde »
« Depuis le lancement de l’enseignement de la langue japonaise pour la première fois sur le continent africain et notamment au Bénin, le 1er septembre 2003, l’enseignement se faisait au rez-de-chaussée. C’étaient des locaux que le fondateur avait acquis avec ses propres moyens. Le nombre d’apprenants, au fil des années, ne faisait que croître. C’est ainsi qu’au début, nous avons eu près de 1.500 inscrits qui sont venus de l’Afrique de l’Ouest et centrale. Nous avons été heureux d’apprendre en novembre 2015 que les efforts du fondateur seront encouragés avec une extension des salles de classes pour améliorer les conditions de travail des apprenants qui veulent comprendre la langue du pays du Soleil Levant. Ce qu’il faut retenir est qu’il n’existe aucune  école de langue  japonaise dans le monde, pas seulement en Afrique. C’est un défi que j’ai relevé et j’en suis fier. Il y a au total deux salles de classes de 50 apprenants. L’objectif est de favoriser une meilleure maitrise de cette langue. Il y a aussi trois autres salles qui vont servir de bureaux. Le coût estimatif de réalisation est de 34 millions de francs Cfa.  Nous voulons permettre aux 10 millions de Béninois d’aller au Japon, sans oublier tous les Africains ».

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page