.
.

Le triomphe de la vérité

.

Vie des médias du service public: Gestion catastrophique de l’ABP, les travailleurs donnent l’alerte


Vues : 19

L’Agence Bénin Presse (ABP) court-elle effectivement vers la ruine comme l’agite l’opinion nationale et internationale ? On est tenté de répondre par l’affirmative au regard de la situation qui la caractérise actuellement. En réalité, la situation des travailleurs de l’ABP va de mal en pis et mérite une attention de la part de l’autorité sous tutelle, l’actuelle ministre de la communication et de l’économie numérique, Mme Rafiatou Monrou. Le tableau des faits est éloquent. Car, les conditions de vie et de travail sont de plus en plus désastreuses voire dégoûtantes sous le regard complice de la direction générale. On peut relever, entre autres, problèmes qui gangrènent et suscitent soulèvements, plusieurs mois d’arriérés de salaires et de primes impayés avec une mauvaise gestion des ressources humaines. Les agents sont sans salaires depuis le mois de janvier 2016. Les directions régionales  de Lokossa, de Natitingou n’ont plus d’énergie électrique. Pire, aucun moyen roulant ne marche à l’ABP pour faciliter les reportages et les investigations.

Ultimatum d’une semaine au directeur général
Face à cette situation, les travailleurs ont tenu une assemblée générale sous la bannière de leur syndicat, le Synper ABP. C’était le lundi 02 mai 2016, où ils ont accordé un ultimatum d’une semaine, donc jusqu’au mardi 10 mai 2016 pour la finalisation du processus de nomination d’un agent comptable comme le prescrivent les textes qui régissent cette structure. En effet, cela fait plus d’un an que l’ABP n’a plus de comptable attitré. Car, apprend-t-on, aucun cadre du Ministère des finances ne veut y servir à cause de la petite taille de la subvention dont elle bénéficie de la part de l’Etat. Ensuite, un autre délai d’une semaine a été accordé, à compter du mardi 10 mai 2016 jusqu’au mardi 17 mai 2016 pour permettre à l’agent comptable qui sera éventuellement nommé de rentrer en possession des deux tranches (1er et 2ème trimestres) de la subvention d’exploitation. En dépit de tout, il urge de s’interroger sérieusement sur la gestion actuelle de l’ABP. Car, la fronde y est régulière, les plaintes contre le directeur général nombreuses ; mais le Ministère de la Communication assiste impassible à ce qui apparaît comme un désordre sans pouvoir se donner les moyens d’y mettre fin ; surtout que depuis des lustres, l’ABP est l’ombre d’elle-même et ne pèse plus rien dans le paysage médiatique au Bénin.

Wandji A.

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page