.
.

Le triomphe de la vérité

.

Proposition de Charles Wenceslas Afouda, expert en gestion maritime: « Construire le port de Sèmè pour décongestionner Cotonou »


Vues : 46

Charles Wenceslas Afouda okCharles Wenceslas Afouda est un consultant de renommée internationale, spécialiste en administration portuaire et de l’économie maritime. Premier béninois à fréquenter l’école internationale maritime de Suède, il est détenteur d’un Master of Science dans l’administration et la gestion des ports. Ancien directeur général de la Marine Marchande, du CNCB, de la Sobemap et ancien administrateur du Port de Cotonou, Charles Afouda est depuis 2013 conseiller spécial du chef de l’Etat en économie maritime. Rencontré peu après la formation du premier gouvernement du président Patrice Talon, il propose de prioriser la construction du port de Sèmè afin de décongestionner le port autonome de Cotonou pour l’essor de l’économie béninoise.

L’Evénement Précis : Le premier gouvernement du président Patrice Talon est connu depuis la soirée du mercredi 06 avril. Quelles sont vos impressions ?

Charles Wenceslas AFOUDA : Je crois que le choix a été minutieux et on peut lire facilement que ce gouvernement est porteur d’espoir. Il est vrai qu’on s’attendait à un gouvernement de 16 ministres comme l’avait souhaité le président Patrice Talon mais pour ceux qui connaissent le système administratif béninois, ce serait difficile de quitter le nombre de postes ministériels qu’on avait avec le président Boni Yayi pour 16 ministères. Donc, il est allé à 21 ministres, ce n’est pas mal. Vue la qualité des hommes qui composent ce gouvernement, il n’y pas d’objection puisqu’on connait la plupart et on les a vu à l’œuvre. Le ministre d’Etat, Koupaki, le ministre d’Etat, Bio Tchané, par exemple, sont des hommes d’expérience et je ne doute point de leurs capacités.

Que pensez-vous de la disparition du Ministère de l’économie maritime qui est un Ministère stratégique pour l’économie béninoise ?
La disparition du ministère de l’économie maritime n’est pas très commode à mon avis. Le président aurait pu maintenir ce ministère et revoir peut être son mode de fonctionnement parce que 95% de notre commerce extérieur et les activités commerciales du Bénin, comme vous le savez, passent par la mer. Les marchandises, c’est par la mer, les véhicules d’occasions, c’est par la mer. Très peu de marchandises passent par voie aérienne. Donc, le président Patrice Talon a certainement une autre politique à mettre en place à ce niveau parce que la mer constitue un véritable joyau pour le Bénin et c’est le port de Cotonou qui dessert les pays de l’hinterland comme le Tchad, le Mali, le Burkina Faso et le Niger, notamment. Et, étant dans un ensemble de pays de la sous-région, le Bénin se doit de mettre en place des dispositions afin de faciliter la tâche à ces pays qui sont desservis par le Bénin. Il y a aussi le fait que c’est le port de Cotonou qui dessert le Nigéria lorsqu’il est engorgé. Donc, le secteur portuaire doit être une priorité pour le nouveau gouvernement.

Quelles seront, selon vous, en tant que spécialiste de la chose portuaire, les priorités du nouveau chef d’Etat dans le domaine portuaire ?
La priorité du nouveau chef d’Etat, selon moi, est la construction du port de Sèmè parce que la zone a été déjà délimitée et déclarée d’utilité publique, il ne reste que le dédommagement des sinistrés. Donc, le nouveau président doit s’activer afin que les sinistrés soient dédommagés et qu’on commence immédiatement les études de faisabilité de ce port-là parce que c’est un grand port. Avec sa position, ce serait un port minéralier, un port commercial et puis, un port pétrolier, ce sera un très grand port. Et, la construction de ce port va décongestionner l’actuel port de Cotonou qui est déjà exiguë et quelles que soient les acrobaties que les gens voudront faire, c’est qu’il n’y a plus de place. Or, le trafic augmente tous les jours, alors que nous avons des ports concurrents. De plus en plus, nous n’arrivons pas à contenir le trafic pendant que les ports concurrents nous arrachent une part de ce trafic. Ce qui n’est pas bien pour notre économie qui se veut prospère. Le Bénin doit s’arroger la majorité du trafic des pays de l’hinterland. C’est-à-dire que le Bénin doit revoir ses conditions de dédouanement, le système d’enlèvement et de transfert des marchandises vers les pays concernés et s’organiser d’avantage pour maintenir le trafic. Il faut alors qu’on passe rapidement à la construction du port de Sèmè afin que l’économie béninoise puisse en profiter énormément.

La société nationale de manutention, je voudrais nommer la Sobemap, peine à s’affirmer sur la plateforme portuaire de Cotonou et tout récemment, la direction générale a acquis de nouveaux engins de manutention. Pensez-vous que l’arrivée de ces machines va booster les activités de cette société ?
L’acquisition de nouveaux engins de manutention par le directeur général de la Sobemap est une très bonne chose. Je crois qu’une société de manutention qui n’a pas d’engin ne peut pas exister. Et, la manutention, c’est d’abord les engins. Donc, c’est une très bonne chose d’acquérir ces engins et cela passe normalement par la mission qui lui a été confiée à la tête de cette société dont la mission régalienne est de charger et décharger les navires. Mais on ne peut pas décharger les navires par la main, donc, il faut des engins modernes, spécifiques qui doivent répondre aux besoins du terrain. C’est une très bonne chose d’avoir commandé ces engins-là et je crois que la Sobemap doit, avec ça, répondre aux attentes de ses clients et partenaires.

Un mot pour conclure
Je voudrais remercier le président Boni Yayi qui a fini ses deux mandats constitutionnels, et demander au président Patrice Talon de prendre au sérieux la question portuaire. C’est par le port que notre économie se développe et il urge de maintenir le Ministère de l’économie maritime dans la sphère gouvernementale. Mais je le sais très clairvoyant et je crois qu’il est en train de prendre les dispositions nécessaires même si le premier gouvernement est déjà sorti afin de redorer le blason de l’économie nationale.

Entretien réalisé par Yannick SOMALON

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page