.
.

Le triomphe de la vérité

.

Lancement du livre « Culture en deuil »: Le cri de cœur du journaliste Donatien Gbaguidi pour les artistes


Vues : 3

livre DonatienParu aux éditions Prodiges, l’ouvrage « Culture en deuil : la vérité sur les artistes béninois décédés en 2013 » est une œuvre du  journaliste Donatien Gbaguidi du Quotidien l’Evénement Précis. Un essai de 150 pages illustré qui revient sur la série de décès d’artistes béninois en 2013. Cet ouvrage a été lancé ce samedi 16 janvier 2016 à Bénin Royal Hôtel de Cotonou en présence des personnalités du monde culturel et artistique du Bénin.
«La vérité sur les artistes béninois décédés en 2013 ». C’est ce que révèle l’ouvrage  « Culture en deuil » du journaliste culturel Donatien Amadji Gbaguidi. Un ouvrage qui dégage un certain nombre de points dissemblants et d’autres concordants, tout en suivant un choix chronologique allant du premier artiste décédé en 2013 (Alokê) au dernier, Djibril Sagbohan. Selon la journaliste-écrivaine  Carmen Toudonou, présentatrice de l’ouvrage, le but dans lequel l’auteur s’est inscrit en écrivant ce livre n’est pas seulement le fait qu’il soit attaché à l’un ou l’autre des artistes, ou même parce que son travail de journaliste  culturel  le lui demande mais plutôt parce que les conditions de décès de ces artistes sont peu orthodoxes. Dans une critique littéraire très enrichissante, Carmen Toudonou a montré que parmi les 8 artistes décédés, il y a ceux d’un certain âge que l’on pourrait classer parmi les vieux, les septuagénaires et octogénaires et les plus jeunes de la  trentaine ou la quarantaine. Les artistes présentés dans cet ouvrage sont pour la plupart morts  dans le dénuement financier pour certains et pour d’autres, plongés dans une indigence morale et la solitude. « Le moins que l’on puisse dire est que, après avoir brillé sous les feux des projecteurs, ces artistes se retrouvent seuls  face à leur misère, seuls avec eux-mêmes », a clamé la présentatrice de l’ouvrage. Tous ces constats ont poussé le préfacier, Erick-Hector Hounkpè, actuel directeur du Festival international de théâtre du Bénin (FITHEB), présent à la cérémonie, à aller à l’encontre de l’individualisme auquel sont confrontés les artistes. Erick-Hector Hounkpè a laissé entendre son indignation quant à la politique de l’Etat envers le monde culturel. Mais, au-delà de l’Etat central, le directeur du Fitheb invite les artistes à être les premiers médecins d’eux-mêmes, à se prendre au sérieux en évitant de suivre bêtement la foule.   Le représentant du ministre de la culture, Marcel Zounon, a, pour sa part, félicité l’auteur pour le travail abattu. Il reconnaît certaines vérités énumérés par l’auteur dans le livre et estime que des dispositions sont en cours  au niveau du ministère pour une attention plus particulière au monde artistique.  Après avoir réitéré son engagement de continuer à écrire mais cette fois-ci pour les vivants, l’auteur, Donatien Gbaguidi, demande aux artistes de continuer sans relâche d’enrichir leur palmarès avec de belles initiatives. Ce qui lui permettra de rester toujours à leurs côtés pour relever le défi de la promotion et de la valorisation de  la culture béninoise. Une vente à l’américaine  a mis fin à la cérémonie et permis au cinéaste Serge Yéou  alias Monsieur le Président d’emporter le premier exemplaire du livre ‘’Culture en Deuil’’  au prix de 550.000 FCFA.

Grâce Akoueïkou (Stag.)

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page