.
.

Le triomphe de la vérité

.

Conseil national de la mouvance présidentielle: Zinsou consacré candidat Fcbe, absence remarquée de Gbadamassi, Bako-Arifari et consorts


Vues : 5

candidature de Lionel ZinsouLe conseil national des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe) s’est tenu dans la soirée du vendredi 18 décembre 2015 au Palais des Congrès de Cotonou. Une occasion pour le président Boni Yayi et les personnalités membres influents des Fcbe de confirmer leur soutien au choix et à la candidature du premier ministre Lionel Zinsou à la présidentielle de février 2016. Le conseil national a accouchéd’importantes recommandations pour assurer la continuité à la tête de l’Etat après le 6 avril 2016.

« Je voulais être professeur comme Abiola… Je suis de la diaspora, je suis de Savalou et de Ouidah, je suis du Bénin… Je suis un Béninois patriote… Vous m’avez fait une grande confiance, je ne la décevrai pas, nous allons gagner ensemble… Une parole longue, n’est plus parole» chez nous les fons. Oui j’accepte de conduire les FCBE à la victoire ». C’est en ces termes que le premier ministre Lionel Zinsou a répondu favorablement à l’appel des Fcbe pour être le candidat unique de la coalition, à la présidentielle de 2016. En effet, le conseil national des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe), vendredi dernier, a réuni tous les ténors du parti qu’a présidé par le leader charismatique des Fcbe, le président  Boni Yayi lui-même.   Le candidat Lionel Zinsou une fois au pupitre, a remercié les membres du parti pour la     confiance placé en lui et dit être  prêt à poursuivre l’œuvre de développement du leader charismatique Boni Yayi. « Je veux être le candidat de consensus, garant de l’unité nationale », a souligné Lionel Zinsou. « Lionel Zinsou est bel et bien Béninois… Il n’y a pas de Zinsou blanc. C’est vrai, il est métissé. C’est un avantage de plus. Nous allons vers un Bénin plus international. J’informe ceux qui raconte n’importe quoi que la France ne peut jamais, jamais et jamais m’imposer un candidat, » a dit le président Boni Yayi, pour défendre son poulain Zinsou Lionel.  Le chef de l’État reconnaît aussi qu’aucun « des prétendants à ce choix n’a démérité »« Ce combat sera un grand combat. Je n’accepterai pas que ce pays soit livré dans la main de la mafia… Cela se passera démocratiquement », a clamé haut et fort le président  Boni Yayi à l’endroit de ses adversaires politiques. . L’autre temps fort de cette rencontre est l’intervention du vice-premier ministre le Professeur François Abiola. Au présidium, il déclara que son parcours avec le Président Boni Yayi ne lui permet pas d’embrouiller les cartes au dernier moment. « Je suis ici parce que j’ai fait une réunion avec la base à l’Infosec. Le pouvoir est divin. Le choix du Premier ministre Lionel ZINSOU est notre choix. Nous devons tous le soutenir. L’avenir du pays en dépend », a laissé entendre le vice premier ministre François Abiola soupçonné de résister à ce choix de Lionel Zinsou.

Absence remarquée de Gbadamassi, Bako-Arifari et consorts

La grande rencontre des Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE) du vendredi 18 décembre 2015 au palais des congrès, n’a pas pu se tenir sans des couaques. Si elle a regroupé en son sein un nombre impressionnant de militants venus de tous les départements du Bénin, certains leaders politiques et membres de l’alliance ont brillé de leur absence. Les honorables Rachidi Gbadamassi et Nassirou Bako Arifari se sont fait conter les événements, ayant conduit à la présentation du rapport du comité ad’ hoc de candidature chargé de conduire le processus devant aboutir à la désignation d’un candidat unique et consensuel de l’alliance FCBE pour l’élection présidentielle du 28 février 2016. Ces absences confirment le clair-obscur qui règne au sein de l’alliance et aussi le choix non consensuel de Lionel Zinsou, par le Président de la République, le Dr Boni Yayi. A cet effet, il est alors à craindre  l’électorat que pourrait avoir le candidat de l’alliance dans le septentrion, quand on connait la côte de popularité de ces deux leaders politiques, tant à Parakou qu’à Karimama, Kérou, Malanville et autres régions. A ces deux membres des FCBE s’ajoutent d’autres barons tels qu’Alexandre Hountondji, Marcel Alain de Souza et Chabi Sika Karim, qui n’étaient pas de la partie. Quelques jours avant la tenue du conseil national, ces membres de l’alliance avaient affirmé leur désapprobation sur le processus ayant conduit à la désignation du candidat de l’alliance, Lionel Zinsou. Une procédure qui, selon leurs dires, ne respecte pas les articles 51,56 et 57 des statuts des FCBE, et qui, une fois encore, vient confirmer la candidature imposée de Lionel Zinsou par le Chef de l’Etat Boni Yayi. Au regard de ces différentes prises de position, l’histoire est loin d’être rangée dans les oubliettes, en attendant un nouvel épisode ou un nouveau rebondissement dans la maison des cauris.

Wandji A.

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page