.
.

Le triomphe de la vérité

.

Contestation de la désignation du candidat unique de la mouvance : Trois barrons des FCBE rejettent Lionel Zinsou et saisissent la Cour constitutionnelle


Vues : 4

Alexandre Hountondji FCBELongtemps attendus par plus d’un, les présidents des partis Nouvelle Marche et Soyons Nous-Mêmes, membres des Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE)  sont montés au créneau pour contester de vives voix, le processus ayant conduit à la désignation du premier Ministre Lionel Zinsou, comme porte flambeau des FCBE à la présidentielle de 2016. Ils entendent saisir la cour constitutionnelle si rien n’est fait pour corriger le tir. C’était à travers une déclaration rendue publique le mercredi 9 décembre 2015 à Sun Beach Hôtel.
Ils exigent la reprise pure et simple du processus conduisant au choix d’un candidat devant représenter les FCBE à la présidentielle de 2016, et promettent saisir la Cour constitutionnelle si rien n’est fait. C’est les grandes décisions prises par les présidents de partis et mouvements politiques appartenant à la grande famille des FCBE à savoir, Chabi Sika Karim, Marcel de Souza, Alexandre Hountondji, pour répondre à ce qu’ils traitent « de spoliation de droits ». Pour revenir à cette contestation, les présidents de partis et mouvements avouent dans leur déclaration,  avoir été surpris de constater un appel de candidature en vue du choix du représentant de l’Alliance à la présidentielle de 2016, sans aucune consultation des structures de gestion de l’Alliance FCBE, et en violation flagrante des instruments donnés. Mieux, ils apprécient mal le silence des candidats à la candidature des FCBE, pour dénoncer ce « braquage honteux » de la désignation de Lionel Zinsou. Une attitude qu’ils jugent opportune afin de crédibiliser la thèse du Président Boni Yayi qui estime qu’il n’y a pas de militant valable et capable de lui succéder au point d’aller importer puis d’imposer un allogène qui ne remplit pas les critères définis par la pseudo commission de candidatures notamment, être militant FCBE, avoir eu un mandat électif et disposer d’une base électorale. Face à ces irrégularités, les présidents de partis et mouvements de partis politiques déclarent irrégulier le processus de désignation de Lionel Zinsou comme candidat des FCBE à la présidentielle prochaine. Ils jugent ce choix fait par le Président Boni Yayi d’illégal, d’illégitime sur les bases conçues, ce qui conduit à une violation des lois  préétablies par l’Alliance. Tout en faisant référence aux promesses faites sur un plateau de télévision où Lionel Zinsou avouait accepter d’être candidat que s’il se dégageait un consensus autour de sa candidature, ces derniers l’invitent au sens de l’honneur afin d’analyser objectivement l’ampleur de l’aventure dont il sera l’un des responsables.  Ils promettent ne pas baisser sitôt les bras, et de se référer à la justice pour défendre leurs droits, si rien n’est fait. « La contestation ne fait que commencer puisque nous sommes décidés à l’élever et à l’entretenir par tous les moyens de droit dont nous disposons pour faire sanctionner ce mépris de la constitution, des textes de notre alliance politique et des hommes », a déclaré Alexandre Hountondji.

La réticence des candidats déçus

La contestation de la désignation de Lionel Zinsou comme le représentant de l’Alliance FCBE a plongé certains acteurs politiques de la famille « Verte » dans un mutisme. Ce mercredi, on a tout simplement remarqué que ce sont les plus courageux qui ont exprimé haut et fort, leur désapprobation face à ce choix. Et pour cause, plusieurs responsables de partis dont les candidats FCBE déçus à la candidature, et invités à cette conférence, n’ont malheureusement pas répondu à l’appel.

Rastel DAN (Coll.)

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page