.
.

Le triomphe de la vérité

.

Présidentielle 2016: Talon plus sûr que jamais


Vues : 4

 Patrice Talon EpA mesure qu’approche l’échéance de la présidentielle de 2016, les faits confirment que c’est le candidat Patrice Talon qui, bel et bien, prêtera serment le 6 avril 2016 à Porto-Novo. L’homme roule aisément et assurément vers la Marina.  A la révélation du nom du candidat tant attendu,  le  joker sur lequel le régime sortant compte pour  barrer le chemin à Talon, c’est le soulagement dans le camp des partisans de l’homme d’affaires qui ne pouvait rêver mieux. Il faut reconnaître que la tâche est plutôt bien facilitée à Talon alors que le but recherché est de susciter une candidature censée lui disputer son électorat qui est pour la grande partie dans la zone méridionale du Bénin. Ce n’est point la qualité, ni les compétences intrinsèques du candidat du chef de l’Etat qui sont en jeu, mais justement parce qu’il est le candidat du chef de l’Etat. L’on se souvient que dans sa dernière interview accordée à Jeune Afrique, Patrice Talon regrettait que son compatriote Lionel Zinsou ait accepté de venir jouer le rôle d’une sorte de béquilles crépusculaires mais ajoute qu’il aurait aimé qu’il soit directement candidat car avait-il conclu, en substance, «cela relèverait la compétition «. En «compétiteur né», le candidat Patrice Talon avait prévu et souhaité même la candidature de l’actuel premier ministre dans une posture qu’il lui souhaitait plus avantageuse et non sous la coupe de l’instigation de la tutelle et les ailes qui le portent aujourd’hui avec des partisans désorientés. Talon et ses partisans doivent-ils le plaindre si délibérément Lionel Zinsou accepte de jouer le rôle ? Assurément pas, puisque le choix va amplifier encore plus la victoire du magnat du coton !

Un coup de main
L’autre conséquence du choix de Boni Yayi et que soulignent les vrais analystes et connaisseurs de la classe politique béninoise est que les grands partis politiques qui, pour des raisons de stratégies, trainaient les pas dans le choix de leur candidat sont décomplexés d’un coup. Leur horizon est plus dégagé et ils vont se déterminer rapidement le choix étant désormais clair entre la continuité et la rupture. Et tous les politiques savent que nonobstant les péripéties connues lors des dernières législatives et les moyens de l’Etat déployés dans l’espoir de gagner le plus grand nombre de communes, les Béninois voteront pour la fin du système actuel et pour la rupture qu’incarne Patrice Talon. Le seul qui en réalité incarne l’alternance avec en plus des réformes audacieuses dont le pays ne peut faire économie.

Wandji A.

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page