.
.

Le triomphe de la vérité

.

Centre national de sécurité routière: Sylvain Zohoun et le ministre Gustave Sonon rendent hommage aux victimes de la route


Vues : 3

Le Dg Sylvain Zohoun échangeant avec le ministre Sonon à l’entame de la marcheLa 20ème édition de la journée internationale du souvenir des victimes de la route et la 4ème édition de la journée africaine de sécurité routière ont été célébrées, hier dimanche 15 novembre 2015, à travers le monde et partout en Afrique. Le Bénin n’a pas été du reste. A travers le Centre national de sécurité routière (CNSR), le pays a également commémoré l’évènement. Plusieurs activités ont meublé les manifestations.
D’abord, il y a eu une marche pacifique qui a été organisée à travers la ville de Cotonou. Elle a débuté à la place Etoile Rouge et a échoué sur la place publique de Vèdoko, précisément au carrefour « La Vie ». Elle a connu la participation du ministre des transports, Gustave Sonon, du directeur général du Centre national de sécurité routière (CNSR), Sylvain Zohoun et de bien d’autres personnalités sans oublier les conducteurs de taxi-moto qui ont décidé d’accompagner la campagne un casque=une vie sauvée. Ensuite, les autorités ont été conviées à visiter les images des personnes qui ont malheureusement perdu la vie suite à un accident de circulation. Au nombre de celles-ci, le comité d’organisation a choisi, l’ex ministre des transports, Ahmed Akobi, l’ex député Paulin Tomanaga sans oublier l’ex artiste comédien Théodore Béhanzin, alias Kossi. Après cette visite, il y a eu le dépôt de gerbe en l’honneur de toutes les victimes de la route. Après, place a été faite aux allocutions qui ont été faites essentiellement de mots de  sensibilisation. D’abord, c’est le directeur général du CNSR, Sylvain Zohoun, qui a pris la parole pour inviter toute la population à faire plus attention quand elle prend la route. «Cette journée est une journée de méditation. Elle a commencé par être observée depuis 20 ans en Angleterre. Mais, il y a 10 ans que l’ONU a pris la décision de commémorer cette journée tous les troisièmes dimanches du mois de novembre », a-t-il expliqué avant d’ajouter, «connaissant la douleur que vivent les membres de la famille d’une victime de la route, je voudrais vous exhorter à, à tout prix, chercher à respecter les règles de la route ».

Les autorités déposant la gerbe en mémoire des victimes de la routeTout mettre en œuvre pour réduire les cas d’accidents mortels
Une exhortation sur laquelle le ministre Isidore Gnonlonfoun, 1er adjoint au maire de Cotonou, est revenu tout comme le préfet de l’Atlantique et du Littoral, Epiphane Quenum ainsi que le ministre des transports, Gustave Sonon. Pour eux, rien ne vaut une vie. «Pour cela, nous devons être prudents sur la route. Car, tous les accidents sont des faits de l’homme», a souligné le ministre qui a affirmé que « 700 morts par an (ndlr le nombre de personnes décédées du fait d’accidents) au Bénin est une statistique qui doit nous interpeller tous ». Selon Epiphane Quenum, la baisse de ces chiffres dépendra non seulement des autorités qui doivent assumer pleinement leurs responsabilités et aussi des populations qui doivent accepter de faire du respect du code de la route une nécessité. « Car, il ne faut plus qu’on mette au-devant l’inexistence de l’argent dans le pays pour être complaisant vis-à-vis des citoyens fautifs », a-t-il conseillé. Il faut préciser que dans le cadre de cette commémoration, le réseau des journalistes et animateurs de sécurité routière (Réjaser) que préside Serge Kougnimon a, en collaboration avec le CNSR, demandé à la mosquée de Cadjèhoun et à l’église St Antoine de Padoue de Calavi, des messes pour les disparus, les vendredi 13 et dimanche 15 novembre 2015.

Anselme HOUENOUKPO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page