.
.

Le triomphe de la vérité

.

Grogne dans l’espace portuaire: Le Collectif des syndicats menace de paralyser le Port


Vues : 3

Les secrétaires généraux des syndicats des sociétés d’Etat exerçant sur la plate-forme portuaire réunis en collectif des syndicats du port ont tenu une assemblée générale dans le hall de la direction commerciale de la Société béninoise des manutentions portuaires (Sobemap) le vendredi 06 novembre 2015. C’était l’occasion pour ces partenaires sociaux de fustiger la façon dont le chef de l’Etat a liquidé les quais nord au  port de Cotonou. Il annonce de paralyser le port si l’autorité ne revient pas sur sa décision.
« L’heure est grave, nos emplois sont menacés et la survie de la Sobemap en dépend. Le chef de l’Etat vient, lui-même, de liquider les quais nord  du port de Cotonou aux groupes APM Terminal (Coman SA) et à Grimaldi via Roro terminal au détriment de la Sobemap.» C’est en ces termes que le secrétaire général du Synatramap, Maxime Sessou a planté le décor de l’assemblée générale au cours de laquelle le collectif  a fait une déclaration de presse et expliqué aux travailleurs l’enjeu de l’heure. En effet, le collectif des syndicats de la plate-forme portuaire a  reçu la confirmation que le chef de l’Etat, Boni Yayi, a signé les contrats de concession des quais nord et des terminaux adjacents au  port de Cotonou à APM Terminal et à Roro terminal. Ce contrat de concession tel qu’expliqué par le secrétaire général du syndicat du port de Cotonou, Urbain Kanlinsou, président du collectif,  supprime les activités de la Sobemap au port de Cotonou, ce qui rejaillit directement sur les milliers d’emplois et sur l’économie nationale. C’est la raison pour laquelle, le collectif a décidé, après leur sortie médiatique courant septembre et au cours de laquelle il a attiré l’attention du peuple béninois sur les agissements du Gouvernement à travers le ministre Géraud Amoussouga, de privatiser le port, d’agir cette fois-ci  afin de faire revenir le chef de l’Etat sur sa décision. Urbain Kanlinsou a donné lecture de la déclaration de presse du collectif et précisé que dès jeudi prochain, le port tout entier sera paralysé si rien n’est fait.  « …C’est le chef de l’Etat, lui-même, qui a signé une convention expresse qui concède aux groupes APM Terminal et à Grimaldi, les quais nord et les terminaux adjacents, excluant d’office l’aconier national qu’est la Sobemap. Nous sommes au regret de porter à la connaissance du public que depuis 1998 que ces multinationales se sont installées au port de Cotonou, elles n’ont jamais posé un seul pavé », a déclaré le président du collectif. Jacques Ayadji, secrétaire général du Syntra TTP et membre du collectif, a réexpliqué aux travailleurs l’initiative du Gouvernement consistant à brader l’économie nationale avant la fin du mandat du chef de l’Etat. Il les invite à la mobilisation et à l’union afin de gagner ensemble cette bataille pour la survie des emplois et de l’économie nationale. Le secrétaire général du Synatramap a, quant à lui, pour conclure la séance, fait remarquer que la Sobemap est une société financièrement stable qui remplit les conditions pour la rénovation des quais. Par conséquent, dit-il, le Gouvernement  n’a aucune raison valable pour brader les quais. Le mouvement s’annonce pour jeudi prochain si rien n’est fait.

Yannick SOMALON

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page