.
.

Le triomphe de la vérité

.

Réflexion sur la politique nationale: Albert Tévoédjrè appelle à une « une nouvelle logique électorale au Bénin »


Vues : 4

Le professeur Albert Tévoédjrè symposiumRentré au bercail après son évacuation sanitaire, Albert Tévoédjrè (Frère Melchior) se préoccupe davantage de l’avenir du Bénin. Ainsi, au terme de la messe d’action de grâce qu’il a organisée le samedi 17 octobre 2015 au Centre Brésillac, le président du Centre panafricain de prospective sociale, illuminé par la grâce de la guérison, appelle à un véritable sursis pour le Bénin.  Ainsi, dans une humilité légendaire et la compassion,  se donnant pour « priorité de travailler au profit  des plus souffrants en favorisant l’urgence au partage», il a lancé la réflexion « pour une nouvelle logique électorale au Bénin».

Lire l’intégralité de la réflexion de Frère Melchior

Nous voici à la veille d’une consultation majeure pour designer un nouveau président de la République. A partir de la position personnelle que j’ai moi-même choisie et compte tenu de l’expérience actuellement vécue, seul l’encouragement à servir le bien commun s’impose à mon devoir citoyen. Ma prière est de soutenir chaque candidat à voir clair en lui, à poursuivre son ascension sociale sur la base de ses succès qui font de lui une référence visible par tous. Ayons l’honnêteté de reconnaître et de saluer les mérites des uns et des autres et de contribuer à les valoriser quels que soient les domaines dans lesquels ils excellent. Cela dit, comment persévérer dans des fonctions acquises et prometteuses  garantissant un progrès qu’entraverait toute précipitation inutile? Comment garantir une prospérité enviable mais toujours précaire dès que la confusion des rôles et des intérêts font l’objet de soupçons destructeurs? Je prie pour que ces considérations fassent l’objet d’attention particulière dans l’esprit de chacun qui entend entrer honorablement dans l’histoire d’un pays ayant vocation évidente de point d’appui de renaissance africaine.
Le Benin a besoin pour cela que soit promue sans tarder une nouvelle logique électorale absolument opposée aux pratiques actuelles d’asservissement par l’argent venant de n’importe où, et à la prédominance d’un grégarisme régional irréfléchi.
Cette nouvelle logique pouvant susciter une espérance de feu, nous devons l’inventer en nous fondant sur trois éléments essentiels:
• Proposer des réponses adéquates aux problèmes concrets qu’affrontent les citoyens en les associant à cet exercice et montrer clairement la voie d’une bonne gestion des intérêts généraux du pays dans les principaux domaines de la vie nationale et dans le cadre d’une intégration régionale ambitieuse et novatrice (Bilinguisme et nouvelles relations dynamiques avec le Nigeria);
• Susciter l’adhésion et l’engagement enthousiaste des citoyens en leur offrant le privilège d’une souscription financière massive à ce programme de rénovation dont ils sont inspirateurs et garants. Une telle initiative, bouleversant totalement les attitudes et comportements de vente et d’achat de «troupeau électoral» créera un choc salutaire attirant des milliers de sympathisants déterminés, capables de mobiliser à l’intérieur et à l’extérieur du Bénin à travers divers groupes et réseaux sociaux un appui financier de poids avant Noël. L’impact d’une telle démarche sera énorme à l’intérieur et à l’extérieur du Benin et attirera d’autres soutiens  et le respect de tous les partenaires. Quelques exemples dans le monde peuvent nous inspirer;
• Ce choc d’une exceptionnelle intensité devra être soutenu par un dernier élément :
Malgré la force de l’attraction de l’argent facile, le Bénin reste un pays où les convictions religieuses jouent un rôle d’une ampleur considérable Il nous faut canaliser cet empire des consciences en favorisant l’émergence d’une vraie croisade interconfessionnelle de groupes de prière, de jeûne et d’aumône pour arracher ensemble la grâce d’un gouvernement de salut public dirigé par un Président répondant aux nécessités du moment. Des leaders religieux et culturels de toutes obédiences, judicieusement choisis et organisés tiendront le pari de cette nécessaire «révolution».
Bref, un programme convaincant, permettant en particulier d’asseoir un mécanisme crédible et durable pour conquérir ensemble le «Minimum Social Commun», une participation financière volontaire massive et populaire à la campagne électorale du candidat que la raison nationale suggère ainsi que «la patrie remuée dans ses profondeurs culturelles de toujours», nous tenons là de vraies chances d’avenir d’un Bénin de grand progrès en Afrique et dans le monde

Fait à Porto-Novo, le 17 octobre 2015,
Journée internationale de lutte contre la misère
Albert TEVOEDJRE (Frère Melchior),
Président du Centre Panafricain de Prospective Sociale

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page