.
.

Le triomphe de la vérité

.

«Omon-mi» au Festival de théâtre de Carthage: « Les enfants sorciers » d’Ousmane Alédji pour « surprendre » les Tunisiens


Vues : 3

Raphaël Hounto l’acteur principal de la représentationEn place de privilégiés, le spectacle  «Omon-mi» règne seul-en partance de Cotonou-sur le festival de théâtre de Carthage en Tunisie. Pièce écrite par Ousmane Alédji et mise en scène par Nicolas de  Dravo Houénou, elle sera doublement représentée. Et déjà, des surprises sont annoncées.

Toute la particularité de ce spectacle réside dans le sujet qu’il a abordé. Il s’agit de la problématique des «enfants  dits sorciers»,  victimes silencieuses  des crimes les plus sordides. Juste pour avoir vu le jour avec quelques déformations. Mais sous les tropiques, le sujet fait tabou. L’audace de son auteur réside dans le fait de le révéler sous une forme  particulière : la pièce théâtrale. Une forme qui permet aujourd’hui de la transporter sur les planches pour impacter davantage par des spectacles sensibilisateurs, les bourreaux de ces enfants condamnés à mort dès leur naissance. Et ce sont là les facteurs qui fondent la curiosité des spectateurs du festival de Carthage qui attendent avec impatience, «les enfants sorciers» de Ousmane Alédji et leurs bourreaux.  Des personnages incarnés par des professionnels du théâtre béninois comme Raphaël Hounto qui tient ici le rôle principal de la représentation : celui du roi, gardien du temple et des pratiques ancestrales remises en cause dans la pièce. Rencontré ce jeudi 15 octobre 2015, à quelques heures de son départ pour la Tunisie,  Raphaël Hounto promet de « surprendre » les spectateurs du festival de théâtre de Carthage. « Nous allons à ce festival pour représenter dignement notre pays le Bénin. Parce que c’est la seule troupe  béninoise qu’on  a sélectionnée pour prendre part à la 17ème édition  du festival de théâtre de Carthage. Nous n’allons donc pas faire piètre figure. Au contraire, nous allons surprendre les gens », a-t-il promis. Une promesse qui tient, selon lui, son origine de l’engouement que suscite le spectacle. « Nous nous sommes préparés pour surprendre agréablement les gens parce que bien évidemment,  pour avoir entendu parler du spectacle,  ils nous  attendent de pied ferme », s’est-il justifié. La preuve, c’est bien sous  la pression de ces spectateurs que les organisateurs se sont vus contraints de supporter exceptionnellement les charges des billets d’avions des huit comédiens et du régisseur de son qui embarquent pour le festival. Mais au-delà de cette surprise promise aux spectateurs dans les deux représentations de la pièce-la 1ère à l’ouverture du festival le 17 octobre et la 2ème le 21 octobre-par Raphaël Hounto, il y a d’autres ambitions. Décrocher de nouveaux contrats pour une large diffusion du spectacle reste  et demeure l’autre priorité majeure des protégés de Ousmane Alédji.

Donatien GBAGUIDI

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page