.
.

Le triomphe de la vérité

.

Lutte contre la pauvreté: L’ISESCO et la BADEA soutiennent les couturières béninoises


Vues : 2

Les officiels pendant la cérémonie d’ouverture EPL’Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (ISESCO) et la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) organisent depuis hier, lundi 12 octobre, au Centre de promotion sociale d’Akpakpa, un atelier de renforcement de capacités au profit de couturières et brodeuses en vue de pallier les lacunes existantes dans  ce secteur.
Former professionnellement les femmes ; les initier aux techniques  d’utilisation des machines  à coudre ou à broder ; leur inculquer les techniques et styles de couture et de broderie en rapport avec la demande. Ce sont-là quelques-uns des objectifs de cet atelier qui entre dans le cadre du  « Programme d’assistance technique au profit des femmes dans les domaines de la couture et de la broderie » de l’ISESCO en partenariat avec la BADEA à l’endroit  de femmes se trouvant dans une situation précaire. Venues de tout le Bénin, les vingt participantes, à savoir, treize couturières et sept brodeuses bénéficieront, quatorze jours durant, de la présentation de différents modules à même de les rendre plus performantes dans leurs domaines d’activités. Elles recevront, au terme de la session, des machines à coudre et à broder pour s’installer à leur propre compte. Au cours de la cérémonie marquant l’ouverture officielle de l’atelier, Marcel Oya N’Da, le secrétaire général de la Commission nationale béninoise pour l’UNESCO a rendu hommage aux deux institutions pour leur « acte salutaire » qui permettra à ces femmes exerçant dans le domaine artisanal non seulement d’accroitre leurs connaissances en couture et en broderie, mais aussi de disposer de nouveaux matériels et outils de travail nécessaires à l’équipement de leurs ateliers. Le représentant de l’ISESCO,  Seydou Cissé, a mis en exergue la portée de cette formation qui vient répondre à la nécessité d’asseoir, dans le domaine de la couture et de la broderie où les formations se font sur le tas, « un dispositif de formation dynamique et professionnel permettant de véhiculer des compétences diverses et variées pour une production de qualité ». Mohamed El Aichoumi, le représentant de la BADEA a déclaré que cette formation qui se veut la contribution de la BADEA à la lutte contre la pauvreté, permettra aux femmes de se prendre en charge et de prendre part  au développement de leur pays. Avant de procéder au lancement de la formation, Sylvie do Rego, la conseillère technique/genre de la ministre de la Famille, des affaires sociales, de la solidarité nationale, des handicapés et des personnes du troisième âge, a  exhorté  les participantes à s’approprier les enseignements qui leur seront délivrés au cours des quatorze jours de travail. A noter que ce programme, en coopération entre l’ISESCO et la BADEA, a été lancé en 2013, afin de lutter contre la pauvreté et la vulnérabilité dans les pays africains. La formation de Cotonou fait suite à celles organisées successivement en 2014 à Bobo-Dioulasso et Tenkodogo au Burkina Faso, à Lomé au Togo, Mbankomo et Yaoundé au Cameroun et à Dosso au Niger.

Flore S. NOBIME

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page