.
.

Le triomphe de la vérité

.

Gustave Sonon: « Le réseau routier béninois a changé de visage sous Yayi »


Vues : 3

le ministre des transports, Gustave SononInvité du 1er Club Press du Bénin, ‘’Café Média Plus’’, le ministre des Transports et des Travaux publics, Gustave Dépo Sonon a fait, le vendredi 09 octobre 2015 à la Maison des Médias, « Thomas Mègnassan », un exposé sur le réseau routier béninois et la 16ème conférence internationale de l’Organisation internationale du travail (OIT) des praticiens de la Haute intensité de main d’œuvre (HIMO) prévue pour se dérouler du 26 au 30 octobre 2015 au Palais des Congrès de Cotonou.

Abordant le premier volet de son intervention, il a présenté un tableau assez reluisant du réseau routier béninois. A l’en croire, de 2006 à 2015, le Gouvernement de Boni Yayi a à son actif 700 kilomètres de routes bitumées. A ce jour, 250 kilomètres de routes n’ont pas encore été réceptionnées. Au total, on retient que 950 kilomètres de routes seront concrétisés en fin de mandat pour le régime en place sans compter les 675 kilomètres de routes en chantier. Au regard des avancées réalisées, le ministre conclut que le régime a relevé un défi très attendu par le peuple. Cet acte qui est à l’actif du Gouvernement mérite, selon Gustave Sonon, un soutien en financement. C’est à juste titre qu’il a expliqué les sources de financement des infrastructures routières du Bénin. A cet effet, il n’a pas occulté les réformes concrétisées dans les transports aériens et ferroviaires. Sur ces questions, il ressort qu’avec l’accord des chefs d’Etats et du Groupe Bolloré, l’Organisation commune Bénin-Niger va disparaître et on parlera désormais de Bénin-Niger Rail (Bénirail). Une société qui va redonner vie au transport ferroviaire Cotonou-Parakou-Dosso-Niamey. Des travaux confortatifs ont été réalisés à l’aéroport international Bernardin Cardinal Gantin de Cadjèhoun pour le rendre plus moderne. L’aéroport de Tourou, à Parakou, est presque terminé et sa mise en service ne sera qu’une question de temps. Le projet de construction de l’aéroport de Glodjigbé sera une réalité d’ici peu.

La méthode HIMO
Placée sous le thème « Approche HIMO face aux défis du développement durable en contexte de décentralisation », la 16ème édition de la conférence internationale de l’Organisation internationale du travail (OIT) des praticiens de la Haute intensité de main d’œuvre (HIMO) prévue pour se dérouler du 26 au 30 octobre 2015 au Palais des Congrès de Cotonou a également été au centre des échanges entre le ministre et le Club Press. Il a expliqué le contexte de la rencontre. Selon lui, elle est orientée vers les collectivités locales et gouvernements locaux en matière de planification, financement et mise en œuvre des projets d’infrastructures sociales et productrices à fort potentiel de création d’emplois. Mieux, elle permettra le partage des connaissances et pratiques sur le développement, l’évolution et la promotion de la  méthode HIMO en tant que technologie de réalisation des infrastructures  publiques, mais aussi et surtout en tant qu’instrument de politique de création d’emplois décents  et de contribution à la réduction de la pauvreté.  A en croire Gustave Dépo Sonon, le séminaire offre aux participants une plate-forme active et dynamique pour partager leurs expériences sur les moyens de promouvoir l’utilisation généralisée et rentable d’approches à forte intensité d’emplois dans la mise en œuvre des projets d’infrastructures et autres activités connexes qui génèrent des actifs durables et optimisent les possibilités de création d’emplois.

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page