.
.

Le triomphe de la vérité

.

Présidentielle 2016: Agboessi Noumonvi Cloubou, l’espoir national qui va redistribuer les cartes


Vues : 5

Candidat AGBELEOSSI CLOUBOUAgboessi Noumonvi Cloubou. Ce nom résonnera bientôt dans les cœurs des Béninois, toutes tendances confondues. Ce militaire, fonctionnaire international, nourrit de grandes ambitions pour son pays, à l’heure où s’opèrent des changements fondamentaux dans son destin.   Aussi loin que remonte sa vision, elle le porte jusqu’en 1988, alors qu’il était Capitaine et nouvellement affecté comme commandant du Centre national d’instruction des troupes aéroportées. C’est en cette année-là que l’homme est foudroyé par une première vision pour son pays.  « Le quartier latin peut viser haut et grand ; l’effort à faire reste l’alerte de la bonne hirondelle et la force du buffle », dit-il. 29 années de carrière militaire,  9 ans en tant que fonctionnaire international, il met son expérience au service des Béninois. Agboessi Noumonvi Cloubou a ainsi  démissionné de son poste de conseiller à la sécurité au Département de la Sûreté et de la Sécurité des Nations Unies à Juba, au Soudan du sud, afin de se rendre disponible pour  la patrie.

Un diagnostic implacable
En faisant le point de la situation sociale, politique et économique,  le militaire aujourd’hui reconverti à la politique en vient à la conclusion  qu’il faut un homme nouveau pour un Bénin nouveau et ce, beaucoup plus en 2015.   En 1989, dit-il,   il fallait couper la tête du serpent. En 2015, il faut couper 9 000 000 de têtes. « Il faut couper la tête à tout le peuple, complice, coupable et comptable du chaos ambiant. » C’est dire que, pour lui, le Béninois doit être amené à développer une nouvelle vision de lui-même et de son pays, avec un sens élevé de discernement, de sagesse ainsi qu’une compréhension du contexte national et sous régional. « Il urge  de repenser les structures de gestion de la vie publique qui symbolisent l’homme, le ventre, la tête et le sang de l’Etat », insiste-t-il.  De tout ceci, ce qu’il appelle « la menace majeure,  la bombe à retardement dans tous les pays africains y compris le Bénin », c’est bien le chômage qu’il mettra un point d’honneur à éradiquer.

Wandji A.

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page