.
.

Le triomphe de la vérité

.

Menace sur la rentrée scolaire 2015-2016: Vers un bras de fer Front-confédérations syndicales


Vues : 2

Les confédérations syndicalesLe Front d’actions des syndicats de l’éducation dresse le lit pour un bras de fer avec les confédérations syndicales.  Il œuvre à affaiblir les stratégies de négociations  des confédérations syndicales. Une nouvelle  lutte qui opposera les enseignants aux cinq confédérations syndicales, à savoir,  la Confédération générale des travailleurs du Bénin (CGTB) de Pascal Todjinou, la  Confédération des syndicats autonomes du Bénin (CSA-Bénin) de Dieudonné Lokossou, la Confédération des organisations syndicales indépendantes du Bénin (Cosi-Bénin) de Noël Chadaré, la Centrale des syndicats du secteur privé et informel du Bénin (CSPIB) de Christophe Dovonon, la Centrale des Syndicats Unis du Bénin (CSUB) de Christophe Houessinon. C’est ce qu’on pourrait retenir de l’ambiance qui s’annonce. A l’origine de ce bras de fer, la proposition d’un boycott de la rentrée scolaire 2015-2016 par le front à la veille de la reprise des cours contrairement  aux confédérations syndicales. En réalité, il réclame, avant toute reprise, la signature du décret portant statuts particuliers des enseignants de la maternelle, du primaire et du secondaire. Or, sur la question, les confédérations syndicales ont appelé à la retenue au regard des avancées et des promesses faites par le Gouvernement aux organisations syndicales. Elles ne sont nullement  dans la logique d’entamer la nouvelle année scolaire avec des perturbations.  Pour preuve, dans une de ses déclarations au sujet de cette revendication, le secrétaire général de la Cosi, Noël Chadaré, a déclaré : « …. même s’il y a retard dans la concrétisation de la revendication sur les statuts particuliers, nous devons prendre notre mal en patience ». Tout comme ses collègues responsables syndicaux, il a conseillé la reprise des cours avant l’organisation des assemblées générales qui permettront de rendre compte à la base pour recevoir leurs réactions. En précipitant donc les choses, le front entend désormais faire face à son destin dans la défense de ses intérêts. Une situation qui risque de créer une nouvelle crise au sein de l’organisation comme cela a été le cas en 2014 où le front a fonctionné comme un serpent à deux têtes. La rencontre de la Bourse du Travail de ce lundi édifiera plus sur leur position.

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page