.
.

Le triomphe de la vérité

.

selon une étude du métaphysicien Amoussa Rahimi: Les astres révèlent les clés du développement au futur président


Vues : 5

Rien ne meurt, tout se poursuit à travers le temps et l’espace par la conscience, le développement de la conscience qui seule a le pouvoir de dominer la souffrance, soit ici bas, sur la terre ou au delà de la mort. Rappelons que la conscience est une énergie vibrante à un certain taux et que ce taux vibratoire pourrait diminuer ou s’élever de plus en plus suivant la constance et l’énergie que l’homme apporte à la réalisation du bien, à la rectification de son ego,  etc.
Aussi pour traverser sans péril les zones d’ombres de la vie présente, sur terre et au-delà de la mort, il nous faut avoir développé une conscience qui vibre à une fréquence relativement élevée. Il est impérieux d’essayer par tous les moyens de ne pas perdre conscience quelle que soit la situation que nous vivons et traversons. Et pour cela, il nous faut comprendre le phénomène de la conscience et nous exercer calmement à développer celle-ci avec une froideur et une précision scientifiques. Pour cela nous devons étudier et maîtriser les clés du développement de la conscience.

Clés du développement de la conscience
Pour bien vivre, nous devons nous conformer aux lois divines et pour se conformer aux lois divines, nous devons les connaitre et les appliquer efficacement. La connaissance réelle des lois divines s’acquiert par un mode de vie basé sur une éthique de pensée et de sentiment. Et les fondements de cette éthique sont par exemple : l’intégrité, l’altruisme, l’amour du prochain, la quête de la vérité etc.
Pour bien vivre ou « mieux vivre », il ne s’agit pas d’acquérir plus de biens matériels, de jouir avidement de tous les plaisirs de la vie, de profiter au maximum. Non ! La capacité de vivre repose précisément sur la façon dont nous réussissons à combiner les états conscients avec les circonstances de l’existence.
Remarquons dans les faits, autour de nous qu’il y a des personnes qui devraient être heureuses et qui ne le sont pas. Il y a plusieurs personnes dans la vie, qui ont une bonne maison, une belle auto, une épouse magnifique, des enfants splendides et suffisamment d’argent mais pourtant ne sont pas heureuses
Par contre, nous observons des individus pauvres et humbles qui ne jouissent pas d’une résidence magnifique, qui n’ont pas plus d’argent qu’il ne le faut pour subvenir à leurs besoins quotidiens, ni de splendides voitures dernier modèle et qui pourtant paraissent heureux dans leur foyer avec leurs enfants. Aussi ‘’ce n’est pas l’argent en lui-même qui donne le bonheur mais tout dépend de la manière dont chacun de nous combine nos états de conscience avec les événements et les circonstances de notre vie pratique’’.
Trois choses sont nécessaires à tous les êtres humains : il s’agit du pain, du vêtement et du refuge. L’homme a besoin de manger, de bien se vêtir, d’avoir une maison pour vivre décemment. Ces trois réalités constituent des nécessités premières à l’être humain. Chacun de nous a le devoir de chercher à mieux comprendre où finissent nos nécessités et où commence la convoitise. Comprendre profondément les réalités de la nécessité et de la convoitise, c’est établir les véritables bases de l’équilibre du changement pour la rectification correcte de la pensée.

Divers visages de l’ambition
Aussi là où finissent  nos nécessités et commencent nos ambitions, apparaissent nos divers visages de l’ambition. L’ambition à plusieurs facettes. Ainsi, il y a de l’ambition chez la personne qui voudrait se marier, chez la personne qui désire devenir quelqu’un, être regardé, grimper au sommet de l’échelle sociale ; il y a de l’ambition chez cette personne dont l’unique but est d’atteindre le ciel, de se libérer. L’ambition possède un visage de saint et un visage de diable, un visage d’homme et un visage de femme, un visage intéressé et un visage désintéressé, un visage de vertueux et un visage de pécheur. Il existe des ambitions terrestres et des ambitions spirituelles. L’ambition revêt parfois le masque du désintéressement et du sacrifice. Beaucoup de gens se laissent tromper par l’ambition déguisée sous le masque du désintéressement. Tout le monde est rempli d’ambition et toutes les guerres ont leur origine dans la peur et dans l’ambition. Tous les problèmes les plus graves de la vie ont leur origine dans l’ambition. Tout le monde vit et lutte contre tout le monde à cause de l’ambition. Les uns contre les autres et tous contre tous. Seul Dieu se comprend lui-même.
Il existe de grandes ambitions spirituelles et des grandes ambitions terrestres. Ceux qui ne convoitent pas l’argent convoitent des pouvoirs. Il nous faut comprendre à fond la véritable nature de la ‘’sensation et de la satisfaction’’. Tous les changements politiques sont inutiles, si nous n’avons pas compris, si nous n’avons pas conscience de notre propre pauvreté. La personne qui est riche intérieurement est libre des entraves de la sensation et de la satisfaction personnelle. Cette personne est incapable de voler et de mentir. Le système social peut changer, si nous ne comprenons pas et ne recherchons pas à comprendre profondément l’intime nature de notre pauvreté intérieure, certains créeront toujours de nouveaux moyens et de nouvelles méthodes pour obtenir des satisfactions personnelles au prix de la paix des autres. La convoitise du monde est à l’intérieur de l’individu. La convoitise est cause secrète de haine et de la brutalité du monde. Nous sommes le monde.

Le démon de l’ambition
L’ambition a diverses causes et l’une de ces causes constitue ce que l’on nomme la PEUR : la peur de la pauvreté, la peur de soi-même, la peur de l’avenir, la peur du futur, la peur de la vie, la peur de la vieillesse, la peur du devenir, la peur de la misère, la peur du futur sombre etc. Ainsi la peur et la recherche de la sécurité se trouvent étroitement associées.
Il est indispensable que nous apprenions à avoir confiance en nous-même. La peur et la quête de la sécurité constituent de terribles et effrayantes faiblesses qui convertissent la plupart du temps, la vie en un épouvantable enfer. Nous avons peur de la vie, de la mort, du ‘’qu’en dira-t-on’’, des calomnies, de perdre notre position sociale, position politique, notre prestige, notre argent, notre ou nos belles maisons, notre belle femme, notre mari, notre emploi, notre commerce, notre monopole.
La peur et la recherche de sécurité sont deux éléments qui agissent comme ressorts secrets de l’ambition. L’autre démon qui éveille l’ambition chez l’humain s’appelle l’envie. L’envie à plusieurs visages également et constitue le ressort secret de toutes les machineries sociales, pour le malheur du monde et des nations parce que tout le mécanisme de nos sociétés est basé sur l’envie et l’esprit d’acquisition. Tout le monde envie tout le monde. Pour éblouir nos semblables, nous accumulons encore et encore de nouvelles choses. Le riche envie le riche et voudrait être plus riche aussi, les pauvres envient les riches et désirent être riches aussi. Le ressort secret de l’envie engendre le désir de devenir le meilleur, de surenchérir, d’acquérir toujours plus de choses pour ne pas être moins que les autres.
L’envie commence dès les bancs de l’école : nous envions le meilleur intelligent de nos condisciples, de leurs meilleures notes, leurs plus beaux costumes, leurs plus beaux habits etc.
Les mécontentements, les inquiétudes, les amertumes sont produits par le mode de penser comparatif qui est basé sur l’envie. Les gens comparent leurs amis, leurs familles, leurs enfants avec les enfants du voisin. Les gens comparent leur maison toutes leurs affaires avec celles des autres, du prochain. Toute comparaison amène la peur, l’envie, l’orgueil etc. La peur de ne pas obtenir ce que nous désirons, l’envie du progrès d’autrui, l’orgueil parce que nous nous croyons supérieurs aux autres
Il est temps et urgent que chacun de nous comprenne que ‘’ la véritable joie du cœur tranquille’’ ne peut être achetée ni vendue. La tranquillité du cœur naît en nous de façon tout à fait naturelle et spontanée lorsque nous avons compris profondément les causes même du mécontentement, des démons du mécontentement qui nous envoûtent quotidiennement que sont la jalousie, l’envie, la convoitise etc.. Le chemin de l’envie ne pourra jamais nous conduire au port du cœur tranquille, content et satisfait.

MATHIEU 7-7 : La mission
Qu’observons-nous aujourd’hui dans nos foyers ? Sinon le remplissage des enfants de crainte, on les menace, on les intimide, on les effraie, on les bat. On incite les enfants et les jeunes à suivre l’affreux chemin de l’ambition. On ne cesse de leur répéter : ‘’vous devez devenir des gens importants dans la vie, devenir riche, épouser un millionnaire, être puissant etc.
Tout travail humble est nécessaire à la vie sociale. Nous ne naissons pas tous pour devenir ingénieurs, gouverneurs, présidents, docteurs, avocats etc.
Dans le conglomérat social nous avons besoin de toutes les occupations, de tous les métiers et aucun travail honorable ne doit être méprisable. Il est temps et urgent que les sciences de l’esprit soient enseignées dans nos écoles, collèges et universités si nous espérons un véritable changement et émergence pour les cinquante années à venir pour nos nations. Et dès maintenant et tout de suite, les maîtres et les maîtresses doivent recommencer à enseigner aux élèves qu’aucun travail honorable n’est méprisable. Qu’il est méprisable de regarder avec dédain le chauffeur de taxi, l’employé de magasin, l’agriculteur, le cireur de chaussures. Dans la vie pratique, chaque être humain sert à quelque chose et l’important est de savoir à quoi sert chacun et c’est le devoir des maîtres de découvrir la vocation de chaque étudiant et de l’orienter dans ce sens. Ils doivent faire découvrir aux étudiants leurs aptitudes afin de les orienter sur le chemin de leur authentique vocation. Le sens de la vocation nous conduit en vérité sur le sentier du légitime héroïsme même si pour cela nous devons supporter stoïquement toutes les infâmes trahisons et calomnies.
Lorsque nous observons les classes privilégiées du monde, nous pouvons remarquer le manque du sens de la vocation, l’étude de la bureaucratie nous montre qu’il est très rare que le poste corresponde à la vocation individuelle. De jours en jours beaucoup de gens ne sont pas contents de leur travail car le poste occupé ne correspond pas à leur vocation. Et cela explique le disfonctionnement de la machine sociale, l’état chaotique de notre nation. Certains Béninois ne pensent qu’en fonction du ‘’plus’’ parce que le poste qu’ils occupent ne correspond pas à leur vocation et le résultat, c’est l’exploitation, la cruauté et le manque d’amour. Découvrir notre véritable vocation est sans aucun doute le problème social le plus grave qui se trouve à la base même de tous les problèmes de nos sociétés actuelles.
Lorsqu’un citoyen trouve en toute certitude et hors de tout doute sa véritable et légitime fonction il devient par le fait même irremplaçable, il exerce son travail comme un véritable apôtre, sans aucune convoitise ni désir de pouvoir. Mais comment en venir à sa vocation ? Trois voies s’offrent à chacun de nous : la première est l’auto découverte d’une capacité spéciale, la deuxième la vision d’une nécessité urgente, la troisième l’orientation très rare des parents et des maîtres qui découvrent la vocation de l’élève grâce à l’observation de ses aptitudes. Nous appelons à la révolution de la conscience de chacun de nous car les moments sont critiques, la mentalité de convoitise, d’ambition, d’envie, d’exploitation, d’injustice et je ne sais quoi encore de monstrueux et démoniaques réclame un remède immédiat, celui du rôle que chacun doit tenir dans l’existence, la vocation de chacun afin d’assurer la paix de l’humanité, la paix dans chacune de nos nations. Et que les Seigneurs du Karma nous assistent. AMEN-AMEN-AMEN-RÂ.

AMOUSSA A.RAHIMI Métaphysicien

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page