.
.

Le triomphe de la vérité

.

Liquidation du quai nord au port autonome de Cotonou: L’intersyndicale portuaire dénonce un « complot contre l’économie nationale »


Vues : 3

Syndicat portLe collectif des syndicats de la plateforme portuaire a organisé hier mardi 22 septembre 2015 à la Bourse du travail à Cotonou, un point de presse pour dénoncer l’entêtement du Gouvernement à mettre en concession totale les quais Nord, Est et Ouest au profit du GROUPE APM Terminal Cotonou. Prenant l’opinion nationale et internationale à témoin, l’intersyndical, à travers ce point de presse, met en garde le chef de l’Etat et le ministre Géro Amoussouga, « meneur du complot » pour le bradage du poumon de l’économie nationale.
Réunis au sein du collectif des syndicats de la plateforme portuaire, les syndicats des travailleurs (Syntra- TTP) du Ministère de l’Economie maritime, le Syntra-PAC- au port autonome de Cotonou, le Synatramap de la SOBEMAP, le Satram de la COBENAM et les Syndicats du CNCB tirent la sonnette d’alarme. A travers ce point de presse, ils dénoncent la liquidation des quais Nord, Est et Ouest au profit du GROUPE APM Terminal Cotonou et ceci à travers la signature prochaine d’une convention par le Gouvernement du Docteur Yayi Boni. En effet, la signature d’une telle convention traduit directement la liquidation du port autonome de Cotonou, d’autant plus que le quai Sud est déjà aux mains du groupe Bolloré. Dans sa déclaration, le secrétaire général du Syntra Pac, Kanlinsou Urbain, porte-parole du collectif, a pointé du doigt le ministre Géro Amoussouga. Selon ses propos, le ministre en charge des OMD aurait outrepassé la décision du  conseil extraordinaire des ministres du 21 mai 2015 à travers laquelle un comité ad ‘hoc a été mis sur pied afin d’étudier les projets de mémorandum d’entente relatif à l’aménagement et à l’exploitation des divers terminaux au Port de Cotonou. Il précise que le ministre Géraud Amoussouga, jouant au démarcheur du groupe APM Terminal, a convié certains membres dudit Comité ad ‘hoc  à une réunion occulte au Palais de la présidence de la République le vendredi 18 septembre 2015 et leur a annoncé la mise en concession totale des quais Nord, Est et Ouest au profit du Groupe APM Terminal Cotonou, sans aucune forme de procédure. Les travailleurs de la plateforme portuaire s’insurgent contre cet état de chose qui, selon eux, met à mal l’économie nationale. Ils interpellent le chef de l’Etat et le ministre Géro Amoussouga pour qu’ils revoient cette manière de contourner l’étude en cours des projets de mémorandum d’entente relatif à l’aménagement et à l’exploitation des divers terminaux au Port de Cotonou. Le collectif des syndicats de la plateforme portuaire est soutenu dans cette lutte par la Confédération des Syndicats des travailleurs du Bénin, à travers la présence à ce point de  presse du premier secrétaire général adjoint de la CSTB, Gilbert Kassa Mampo. Ce dernier, après avoir évoqué la liquidation par l’Etat des sociétés de textiles, de ciment, de boisson et des télécommunications, entend soutenir fortement les acteurs portuaires dans leur lutte contre le bradage du poumon de l’économie nationale.

Lire l’intégralité de leur déclaration
Le 30 avril 2015, le gouvernement du Bénin a adopté en conseil extraordinaire des Ministres deux communications relatives à la mise en concession des quais Nord et les services de remorquage au port de Cotonou par le Ministre de l’Economie Maritime et des Infrastructures Portuaires. Après de vives réactions et protestations du collectif des syndicats de la plateforme portuaire, le Gouvernement a décidé du retrait des Communications n° 396 et 397/15 en conseil extraordinaire des Ministres en date du 21 mai 2015 aux fins d’assurer une gestion participative des reformes en cours dans le secteur portuaire. C’est  le lieu de remercier le président de la République pour  son sens de patriotisme. En application des décisions de ce conseil extraordinaire, un Comité ad ‘hoc chargé de l’Etude des projets de mémorandum d’entente relatif à l’aménagement et à l’exploitation des divers terminaux au Port de Cotonou, est mis sur pieds par arrêté N°051/MEMIP/DC/SGM/SA du 07 Août 2015 présidé par le Ministre de l’Economie Maritime et des Infrastructures Portuaires. Ce Comité a travaillé d’arrache pieds et est arrivé à l’étape de propositions d’attributions des quais aux structures qui en ont formulé la demande à savoir: APM- TERMINAL, SOBEMAP et GRIMALDI. Mais force est de constater que le Ministre Gero AMOUSSOUGA a pris à contre pieds ledit comité en mettant un terme de fait à ses travaux.
C’est avec beaucoup de consternation et d’amertume que les travailleurs du Collectif des Syndicats de la Plateforme portuaire (SYNTRA- TIP du Ministère de l’Economie Maritime, SYNTRAP AC- P AC, SYNATRAMAP-SOBEMAP, SATRAM-COBENAM et les SYNDICATS du CNCB) ont appris que malgré la poursuite des travaux, certains membres dudit Comité ad ‘hoc ont été conviés à une réunion occulte au Palais de la Présidence de la République le vendredi 18/09/2015 par le Ministre Gero AMOUSSOUGA.
Cette-réunion a été cooptée au mépris des règles élémentaires du principe de séparation de rôles admis par le Gouvernement à travers les décrets portant attributions,  organisation et fonctionnement de chaque ministère. Le Ministre Gero AMOUSSOUGA n’est pas à son premier coup d’essai d’usurpation  d’attributions et les travailleurs de l’ensemble de la plateforme portuaire ne permettront plus à des Ministres sans attribution, sans cabinet et même sans vision de prendre en otage ceux des autres.
A cette réunion occulte, à laquelle les syndicats acteurs au premier rang du processus n’ont pas été conviés, le ministre Gero AMOUSSOUGA sans aucune forme de procédure a informé les participants de la mise en concession totale des quais Nord Est et Ouest au profit du GROUPE APM Terminal Cotonou et ceci avec la signature d’une convention par le Gouvernement du Docteur YAYI Boni.
Face à une telle déclaration aussi grave du Ministre Gero AMOUSSOUGA qui nous ramène à l’ère de la dictature mais aujourd’hui dépassée, le collectif des Syndicats dénonce avec véhémence et rigueur cette complicité orchestrée au sommet de l’Etat, rend d’ores et déjà le chef de l’Etat et son Gouvernement entièrement responsables des déconvenues qui en découleront. Il ne sera pas question demain que le chef de l’Etat dégage sa responsabilité sous prétexte qu’il n’a pas été informé des manigances de Monsieur Gero AMOUSSOUGA qui pose des actes contraires aux prescriptions du relevé des décisions du Conseil extraordinaire des Ministres en date du 21 mai 2015 qu’il voudra bien s’approprier au risque de paralyser complètement le secteur portuaire.
A cet effet, la plateforme alerte l’opinion nationale et internationale tout en prenant le peuple béninois souverain à témoin, demande au président de la République de ramener immédiatement à l’ordre le Ministre Gero AMOUSSOUGA démarcheur de APM TERMINAL qui se transforme subitement en super ministre de l’Economie Maritime et qui à tort confond très vite le port à son patrimoine privé dont il peut en disposer comme il veut.
Le Collectif demande à tous les camarades travailleurs du secteur portuaire de se mobiliser comme un seul homme pour barrer la route aux bradeurs du patrimoine national. Ainsi, si rien n’est fait pour arrêter cette forfaiture et si le Gouvernement ne revient pas sur cette supposée décision préjudicielle à l’économie nationale et à la vie des milliers de travailleurs du secteur portuaire, la plateforme portuaire sera paralysée dans les jours à venir.
Pour mémoire, il convient de porter à la connaissance du peuple béninois que les quais Sud du port de Cotonou sont déjà dans les mains du groupe Bolloré une société française. Aujourd’hui l’Etat béninois concède les quais Nord du port de Cotonou au Groupe APM de nationalité danoise, l’entièreté des quais du port de Cotonou sera donc dans les mains des étrangers. La souveraineté portuaire chèrement acquise en 1969 par son excellence le président Emile DERLIN ZINSOU prend un sérieux coup. Le port connaitra alors une nouvelle colonisation. Le Gouvernement en place devra prendre ses responsabilités lorsque nous savons déjà que l’OCBN est dans les mains du Groupe Bolloré ci-dessus cité.

Vive la lutte syndicale
Vive les travailleurs de la plateforme portuaire
Vive le Bénin

Yannick SOMALON

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page