.
.

Le triomphe de la vérité

.

20 ans de relations entre Grand Lieu et Sô-Ava: « C’est une histoire de lacs, d’hommes et d’amitié », dixit Pierre-Marie Binet


Vues : 11

PM Binet EpEn visite au Bénin dans le cadre de l’inauguration du centre informatique de Sô-Ava dont son association a assuré une grande partie du financement, Pierre-Marie Binet, le président de l’Association Grand Lieu/Nokoué s’est confié sur les relations qui unissent depuis deux décennies déjà, le bassin de Grand Lieu (département de la Loire-Atlantique en France) et la commune lacustre de Sô-Ava.

L’Evénement Précis : Vous êtes au Bénin pour l’inauguration du cyber de Sô-Ava qui est le fruit des relations qui unissent Sô-Ava à Grand Lieu et Sô-Ava. A quand remontent ces relations ?

Pierre-Marie Binet : Notre relation, c’est une histoire de lacs, entre le lac de Grand Lieu et le lac Nokoué. Plusieurs communes sont concernées par ce partenariat et cette relation est ancienne de plus de vingt ans. C’est aussi une histoire d’hommes, une histoire d’amitié, et je crois que ça n’aurait pas pu se passer avec n’importe qui, ici et chez nous. Au départ, il y a eu René Grosseau et Joseph Michaud qui étaient prêtres missionnaires ici, et qui ont mis nos deux bassins lacustres en relation. Il y a aussi André Todjè, l’actuel premier adjoint au maire de Sô-Ava qui joue un rôle très important dans l’histoire. Et dans cette histoire-là, il y a eu une séquence de relation de six, voire sept ans entre le collège Lamoricière de Saint-Philbert de Grand Lieu où j’étais professeur et le CEG de Sô-Ava. Ça a été un moment important dans cette relation. Des professeurs du collège Lamoricière de Saint-Philbert-de- Grand-Lieu qui sont venus ici, et une délégation de Sô-Ava qui s’est rendue à Saint Philbert de Grand Lieu.

Qu’est-ce qui a bien pu se passer d’autre durant ces deux décennies?
Il y a eu beaucoup d’autres choses de réalisées. Ce qui a été marquant, c’est la construction d’une salle à Sô-Tchanhoué appelée ‘’Salle de l’Aurore’’ du nom de l’association partenaire à l’époque et dont André Todjè était le président. Il y a eu aussi la bibliopirogue à l’époque, une barque aménagée pour transporter des livres d’école en école. Ce sont deux réalisations qui ont marqué cette relation. On peut citer également des achats de mobiliers qui ont été faits pour aménager la salle de l’Aurore, tables, bancs, etc., et aussi du matériel audiovisuel.

Et dans l’autre sens ?
Dans l’autre sens, c’est beaucoup plus dans le domaine de la culture. On a reçu beaucoup de visites. Des textes, des contes d’ici ont été joués à Grand Lieu sur des scènes de théâtre, par des acteurs de chez nous. On a eu des formations, des gens de Nokoué qui sont venus se former chez nous. Je pense, par exemple, à des jeunes de l’association ‘’Boussole de la cité’’ qui ont été reçus chez nous par l’association ‘’Motive-toi et bouge’’. Ces jeunes sont arrivés en France se former au journalisme, à la radio. Nous avons aussi reçu un bibliothécaire qui est venu se former en France. Je citerai également les visites de maires, notamment, celle d’Emile Koumalon, maire de Vekky, en 1999, et celles d’André Todjè qui vient souvent nous voir et qu’on est d’ailleurs toujours très heureux de recevoir lors de manifestations diverses.

Après le cyber centre, fruit du partenariat entre l’Association Grand Lieu/Nokoué et GSADE-ONG d’André Todjè, quelle sera la suite de l’histoire ?

Nous avons un autre projet. Le cyber est un lieu fixe pour pratiquer l’informatique et nous envisageons mettre en place des solutions mobiles. C’est-à-dire que nous pensons construire des barques adaptées pour aller, avec des ordinateurs portables, peut-être des alimentations solaires ou électriques, pour aller à la rencontre des élèves dans les différentes écoles primaires et les différents CEG de Sô-Ava.

Propos recueillis par Flore S. NOBIME

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page