.
.

Le triomphe de la vérité

.

Promotion de filières porteuses au Bénin: Le Dg Sonapra au contact des problèmes des pisciculteurs


Vues : 9

Dg SonapraLe directeur général de la Société nationale pour la promotion agricole (Sonapra), Jacob Ichola a visité plusieurs sites de la commune d’Abomey-Calavi au lendemain de la séance de travail qu’il a eue avec les pisciculteurs. Il voulait se rendre compte de la réalité au sujet du développement de la filière piscicole avec l’aménagement de plusieurs étangs d’alevins, les bacs de stockage (dépôts des alevins ou maternité) et les étangs de production de clarias.

Suite à cette séance de travail tenue avec les membres du bureau de la Fédération nationale des pisciculteurs du Bénin, le directeur général de la Sonapra est descendu sur le terrain en fin de semaine. Il a visité certains sites piscicoles pour se rendre compte de la réalité du développement de cette filière. A chaque étape, il a pu s’imprégner des différents problèmes des pisciculteurs qui sont presque identiques. En passant par les sites piscicoles de la commune de Calavi tels que celui de Sitatunga à Zinvié, un autre à Godomey et sans occulter la boutique d’approvisionnement d’intrants aux acteurs, il a constaté qu’il y a de l’espoir si cette filière est réorganisée. L’un des acteurs répondant au nom de Wilfried Gobi s’est prêté aux questions des hommes de médias pour étaler les problèmes qu’ils vivent au quotidien et qui freinent la production de plusieurs espèces de poissons destinés à la consommation. Ces problèmes sont d’ordre technique, financier, relatifs à l’appui en matériels et équipements à leur endroit. Ce jeune pisciculteur évoque aussi l’insuffisance des intrants (alevins et autres), l’importation des produits halieutiques, l’ensablement des eaux, le besoin en renforcement de capacités   techniques et managériales des acteurs de l’aquaculture et des débouchés. Débutant sa tournée par plusieurs étangs des alevins, de production de clarias, de bac de stockage (dépôts des alevins ou maternité), des étangs de production de ses sites et d’une boutique d’approvisionnement en intrants aux poissons, Jacob Ichola a d’abord fait savoir qu’il est venu, au-delà du constat, encourager les pisciculteurs qui ont pris à bras le corps cette filière porteuse qui sera désormais prise en compte par cette société d’Etat à travers un partenariat gagnant-gagnant entre les deux parties. Ensuite, il a rappelé qu’un comité de six membres dont trois cadres de la Sonapra et trois autres des structures faitières de la pisciculture a été déjà installé pour réfléchir sur un plan pour sa relance au Bénin. Après, une ligne budgétaire sera inscrite dans le PTAB 2016 de la Sonapra pour faciliter le financement de cette filière qui sera un pôle d’entreprise et à long terme va créer de la richesse pour permettre son autonomisation. La Sonapra veut alors contribuer à la structuration de la filière piscicole pour la rendre plus productive, dynamique, professionnelle, écologiquement soutenable et génératrice de bénéfices aux acteurs et au pouvoir central comme souhaité par le chef de l’Etat, Boni Yayi, qui veut freiner l’importation des poissons vers le Bénin.

Wandji A.

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page