.
.

Le triomphe de la vérité

.

INAUGURATION DUNE NOUVELLE MOSQUEE A NATITINGOU: El Hadj Salim Mègninou offre un joyau à la communauté musulmane


Vues : 16

El Hadj Salim MEGNINOU EpSitué dans le quartier Kantaborifa, la nouvelle mosquée qui a fait l’objet d’une sobre cérémonie d’inauguration, le samedi 15 août 2015, se veut être aussi bien un lieu de recueillement, un centre de promotion du savoir religieux, qu’un espace qui célèbre les événements heureux et fait méditer sur les épreuves de la vie. Avec une capacité d’au moins 300 places, drapé de ses couleurs beige et gris, et s’étalant sur environ 500 m2, le don du généreux Salim MEGNINOU à la communauté musulmane est le résultat d’une sollicitation de ses voisins de quartier et amis, mais surtout le vœu d’un vieil ami à son père qu’il a voulu concrétiser.

Samedi 15 aout 2015, Natitingou. Le temps s’arrête presque. Trois jours auparavant et successivement, il a plu des cordes. Ce samedi en particulier, à l’aube, quelques éclairs faisaient craindre une perturbation atmosphérique de l’événement qui tenait beaucoup à cœur à Salim MEGNINOU : rendre officiellement disponible à la communauté musulmane un édifice dédié à la gloire de Dieu. L’angoisse se mêlait à l’empressement de voir la cérémonie d’inauguration vite se dérouler pour éviter d’être mouillé par une pluie, pourtant signe de bénédiction. Les lueurs du jour ont fait renaître la sérénité. Déjà à 11 heures, sous une bâche à ciel ouvert, des centaines de fidèles musulmans et d’invités de marque avaient pris d’assaut les lieux.  La rue de l’évêché de Natitingou où était érigée la nouvelle mosquée a refusé du monde. Dignitaires religieux, responsables d’ONG, opérateurs économiques, autorités politico-administratives, foule de curieux et d’anonymes, tous étaient présents sur les lieux. Personne ne voulait se faire conter l’événement. Invocations, bénédictions, prières ont marqué le début de la cérémonie ponctuée par deux principales allocutions.

Au commencement était le vœu du vieux Faroukou
Aux encablures de la résidence du donateur, vivait un septuagénaire du vieux Faroukou. Jusqu’à ce que ce vieux perde ses forces, il avait toujours désiré, de son vivant, construire une mosquée sur son domaine. Se rendant à l’évidence de l’impossibilité de concrétiser son vœu le plus ardent, le vieux Faroukou a fait don de son domaine à la communauté musulmane de Natitingou. Très jeune à l’époque, Salim MEGNINOU, au parfum de cette pathétique histoire, nourrissait le vœu secret de concrétiser ce désir de cet homme pour qui il vouait un profond respect, et qui plus est, est un ami de son père. Les sollicitations de certains membres de la communauté musulmane, des amis, et des anonymes ont fait le reste. El Hadj MEGNINOU a alors senti l’appel du devoir. Dès que l’opportunité s’est présentée, il y a mis toutes ses forces pour sortir de terre un édifice dédié à l’adoration de Dieu. « J’ai une pensée pour le propriétaire de ce domaine, le vieux Farouk (qu’Allah l’accepte dans son Paradis). En effet, c’était son vœu le plus cher jusqu’à sa mort : voir sortir de terre sur ce domaine une « maison de Dieu ». C’est à cette intention qu’il a offert ce domaine à la communauté musulmane de Natitingou. En réponse à une sollicitation de mes frères et sœurs de Natitingou, il m’a été impossible de résister, malgré mes modestes moyens, à la concrétisation de ce rêve du vieux Farouk », témoigne El Hadj Salim MEGNINOU, à l’occasion de son adresse solennelle lors de l’inauguration de la mosquée, devant le maire de Natitingou sortant Justin Kassa METIKI, admiratif. « Nous sommes tous des enfants d’Allah. Nous sommes des frères et sœurs, et dans ces conditions, nous nous devons de prêcher l’amour les uns pour les autres. Voilà un jour important où nous nous rencontrons pour renter en communion avec Dieu. Cette maison (NDLR : la mosquée), c’est la maison de l’amour. Nous nous devons d’applaudir Allah. Je voudrais remercier El Hadj Salim pour tout ce qui a été fait », se réjouit l’édile de Natitingou. Par consensus, Fousséni Tailleur a été désigné par la communauté de fidèles du quartier comme imam. Après avoir procédé à l’ouverture symbolique de la mosquée, l’honneur est revenu au représentant de l’imam de la mosquée centrale, en la personne de son adjoint, El Hadj NAÏMI, de remettre de manière solennelle les « clés » de la mosquée au nouvel imam.

Aller plus loin
Dans son élan de générosité, le donateur en appelle à la contribution de ses coreligionnaires béninois pour un réel développement local à la base.  « Dans l’imagerie populaire, on croit souvent que tout ce qui est islamique doit être financé par les Arabes. Or, en tant que musulmans, nous recherchons tous le Paradis. On ne va pas laisser le monopole de la recherche du Paradis aux seuls Arabes », tranche M. MEGNINOU, avant d’appeler à la mobilisation des fils et des filles de Natitingou pour son développement. Et d’ajouter : « réfléchissons donc ensemble sur l’extension de notre mosquée centrale ; réfléchissons ensemble sur la construction d’une autre grande mosquée centrale, pensons aux actions sociales telles que la prise en charge des orphelins et indigents, etc. Les chantiers des bonnes œuvres sont innombrables. » Presqu’un discours-programme.

Djibril BOUSSOU (Envoyé spécial à Natitingou)

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page