.
.

Le triomphe de la vérité

.

Projet CISDA 2015: Ewa Ethnik en guerre contre la dépigmentation


Vues : 27

Réunis le vendredi 31 juillet 2015 dans la salle Guézo d’Azalaï Hôtel de la plage, les  acteurs de santé, les activistes et  les membres de l’association Ewa Ethnik ont procédé au lancement de la campagne de lutte contre la dépigmentation artificielle de la peau. Il s’agit, selon la présidente de l’association Ewa Ethnik, El Macsoudath Badirou, de sensibiliser la population sur les conséquences de cette pratique et de communiquer sur les voies et moyens pour endiguer ce fléau.

C’est à travers des communications par vidéo projection que les experts  de l’association Ewa Ethnik ont expliqué à l’assistance les différents aspects de cette pratique.  Mais avant l’étape des communications, il a été permis à la présidente de l’association Ewa Ethnik, El Macsoudath Badirou,   de présenter l’association EwaEthnik et ses objectifs. Outre la sensibilisation sur la dépigmentation artificielle de la peau et la composition des produits dépigmentant, elle a mis l’accent sur l’alerte de l’opinion publique sur ce fléau de santé publique afin de mettre en place des mesures adéquates.  Il s’en est suivi la première communication, celle du Dr  Mohamed Latoundji, gynécologue-obstétricien, qui a expliqué les conséquences  en termes d’infection, d’infertilité et de cancer chez une femme qui se dépigmente. Il a,entre autres, abordé   les aspects liés  aux conséquences  pathologiques sur une grossesse. Le Dr  Mohamed Latoundji a expliqué que la dépigmentation est une mauvaise pratique et surtout chez  la femme enceinte.  A sa suite, le professeur Hugues Adégbidi a, quant à lui, expliqué que la dépigmentation est l’ensemble des procédés utilisés pour obtenir l’éclaircissement de la peau. Ce qui consiste, selon ses explications, à appliquer de façon répétée et sur une durée prolongée des produits dits éclaircissants sur la peau. Il s’agit des crèmes, des pommades, savons dont la composition est souvent dominée par des substances telles que le dermocorticoïde, l’hydroquinone et des dérivés mercuriels. Au plan dermatologique, cette pratique entraine des acnés, des tâches hyper pigmentées, de larges vergetures et des infections cutanées sévères. La représentante de la direction des pharmacies du Ministère de la santé, Dr Carmel Hounnou a enfin exposé sur les règlementations en cours au Bénin pour ce qui est de la commercialisation des produits cosmétiques. Il est important de rappeler que l’association Ewa Ethnik a réalisé en 2014 la JIDA (Journée d’information sur la dépigmentation artificielle de la peau) et vient de lancer la campagne de sensibilisation sur le problème. Pour ce qui est des solutions pour arrêter la dépigmentation, il est important de se rapprocher d’un dermatologue ou d’un pharmacien pour des produits de qualité, a précisé le secrétaire général de cette association, Dr Nathalie Migan.

Yannick SOMALON

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page