.
.

Le triomphe de la vérité

.

Célébration de l’anniversaire de l’accession du Bénin à la l’indépendance: 55 ans, sous le signe de la promotion de l’armée béninoise


Vues : 4

Le président Nigérian Buhari et Boni Yayi salue le drapeau nationalLe Bénin a célébré le 1er août 2015, sur la place de l’Etoile Rouge de Cotonou, les 55 ans de son accession à l’indépendance. Cette fête a été marquée par la présence du président de la République fédérale du Nigéria, Muhammadu Buhari. Le président Boni Yayi a marqué l’événement par une cérémonie officielle de port de galons à de nouveaux généraux avant le défilé militaire. 

Même si la mobilisation n’était pas celle des grands jours, le Gouvernement a été présent au même titre que les forces de sécurité. Dans les rangs des hommes en uniforme, chaque corps comportait un peloton composé de  femmes.  Déjà aux environs de  7 heures, la place de l’Etoile rouge qui a accueilli la cérémonie officielle était prise d’assaut. Sur la tribune qui faisait face au Boulevard où devrait s’installer le chef de l’Etat, on pouvait constater la grande mobilisation  des députés munis de leurs écharpes. A gauche comme à droite de la tribune, les présidents d’institutions, le corps diplomatique, les hauts gradés de l’armée, des hôtes et autres autorités politico-administratives. Aux environs de 09heures, le président de l’Assemblée nationale, Adrien Houngbédji fait son apparition, suivi de la première dame, Chantal de SouzaYayi. L’ambiance n’était pas celle des jours ordinaires.

Yayi et Buhari ovationnés

09h35mn.  Le véhicule du chef de l’Etat s’immobilise sur le boulevard après le dépôt de gerbe au Monument aux morts. L’assemblée se lève. Le président Boni Yayiet son hôte, le président de la république fédérale du Nigéria, Muhammadu Buhari, descendent sur le tapis rouge avec à leurs côtés les hauts gradés de l’armée. Le premier coup de canon sur les 21 devant saluer les 55 ans d’indépendance du Bénin retentit. L’hymne national résonne. A la fin des hommages, le chef de l’Etat se dirige  vers la tribune officielle. Il gravit les marches conduisant à la tribune.  Il salue  les hôtes et autres personnalités présentes avant de prendre place, l’hôte du Bénin à côté de lui.  A côté, également, la 1ère dame du Bénin, Chantal de Souza Yayi.

Port de galons à des hauts gradés de l’armée

En prélude au défilé proprement dit, quatre nouveaux généraux des forces de sécurité et de défense se sont vu porter les galons de généraux. Il s’agit, en ce qui concerne la police, du directeur général de la police nationale,le contrôleur général de police, Louis-Philippe Houndégnon, de son adjoint, le contrôleur général de police,Nazaire Hounnonkpè. LesEaux et forêts ont été aussi honorés par deux nouveaux généraux. Il s’agit des colonels Théophile Koffi Kakpo et Aristide Aziadomè. Ils laissent leurs cinq barrettes contre deux belles étoiles sur leurs épaules et bérets. La douane aussi a été honorée avec trois généraux de brigade. Il s’agit de l’actuel directeur général des douanes  et droits indirects,Charles Sourou Sèzan  et de son prédécesseur, le colonel Paul Tabé Lafia. Le troisième officier des douanes et droits indirects absent à la cérémonie de port de galons est le colonel Raoul Idohou Afouda.Leurs nouveaux grades prennent effet à compter du 1er juillet 2015.

Le défilé militaire

Le défilé a démarré par le peloton des anciens combattants. Sous la musique de l’armée de terre, les élèves du lycée militaire de Natitingou et du Prytanée militaire de Bembèrèkè marquent l’événement par leur passage avec deux pelotons. Ils ont été suivis des élèves de l’Ecole nationale des sous-officiers de Ouidahet ceux de l’école des officiers de Toffo. L’orchestre de la police prend place pour accueillir quatre pelotons de la douane. Le chef de l’Etat se lève chaque fois pour saluer les pelotons et les détachements. Le détachement qui a suivi est celui de la Direction des forêts et ressources naturelles. La Police nationale, à son tour, présente un tableau  inédit composé de onze pelotons. Son détachement comprend, entre autres, une section du personnel féminin commandée par le commissaire de police de 2ème classe, Ghislaine Bocovo, première commissaire de police recrutée sur concours direct. Ensuite, un peloton de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS), de la Brigade anti-criminalité (Bac), de l’unité de Recherche, assistance, intervention et dissuasion (Raid). L’escadron de l’armée de terre prend la relève de l’animation.  Avec de beaux équipements et de belles tenues, la gendarmerie nationale lance 07 pelotons. Les gendarmes seront suivis de la garde républicaine qui a régulièrement reçu les hommages du chef de l’Etat. Les forces aériennes de même que les forces navales marqueront également l’événement  avec  leurs différents pelotons. Après le passage de la cavalerie montée, le cortège motorisé viendra mettre fin au défilé de ce 1er août 2015 par la musique de la police nationale.Cependant, les populations resteront sur leur faim. Le défilé civil n’ayant pas été programmé.

Ils ont dit

Lionel Zinsou, 1er ministre: « Il y a un très grand professionnalisme des forces de sécurité et de défense »

« C’est une très belle fête. La preuve est qu’il y a un très grand professionnalisme de forces de sécurité et de défense. Et aussi, toutes les forces de sécurité ont été honorées par la prise de galons des officiers aux généraux de la police, des eaux et forêts et de la douane qui complètent les forces armées. On a vu plusieurs bataillons  engagés. Ce qui prouve que nos forces armées sont très bien fonctionnelles. C’était une fierté de les voir devant un pays allié représenté par son premier magistrat, le président de la république fédérale du Nigéria. Vous savez que cela contribue au renforcement de la sécurité. Ce n’est pas la première fois que je participe à cette fête dans mon pays. J’ai eu la chance de le faire par le passé comme tout citoyen et même lorsque j’étais enfant. Je me rappelle lors d’une fête de 1er août, c’était le président Zinsou qui allait ouvrir la fête. Je suis fier d’être à nouveau là. Je suis très conscient et optimiste pour le développement du Bénin au regard de la force des citoyens. Nous venons de le voir par la démonstration de nos forces de sécurité ».

Honorable René Bagoudou, député de la 7ème législature: « Je convie les parlementaires à voter des lois utiles »

« Je dirai que nous avons eu une bonne fête et je ne peux que souhaiter bonne fête à tous. Je convie les parlementaires à voter des lois utiles pour le développement de notre cher et beau pays, le Bénin ».

Honorable Aké Natondé: « Nous devons travailler à tout prix pour la construction du pays »

« Mes impressions sont très bonnes. C’est avec plaisir que nous sommes venus célébrer le 55ème anniversaire de notre accession à l’indépendance. Après 55 ans dans la vie d’une nation, il est possible de faire un bilan. Dans notre bilan, il y a des choses qui ont bien marché et en même temps des erreurs qui ont été commises. Il n’est  pas question de ressasser ces erreurs. Nous devons travailler à tout prix pour la construction du pays. On va profiter de ce bilan pour nous donner une nouvelle direction qui doit pouvoir amener le pays dans un mouvement d’ensemble. Moi, je suis pour le Béninois qui est en mouvement permanent afin que nous puissions lutter contre le chômage, la corruption, la cherté de la vie en vue d’atteindre un taux de croissance économique qui  nous permettra d’aboutir à l’émergence tant souhaitée pour notre pays ».

Eugène Azatassou, directeur du cabinet civil du chef de l’Etat: « Ce sont les petites corruptions  qui deviennent grandes »

« Ce sont les petites corruptions  qui deviennent grandes. Il faut qu’on se demande ce qu’on fait pour combattre cela à notre niveau. C’est une belle fête qui devrait aussi être une fête de réflexion pour que chacun  se demande ce qu’il a fait tout le long de cette année afin que le Bénin progresse. Il faut comprendre que le défilé a été séparé en deux. Cela n’a pas gâché la fête. Le défilé civil est pour l’après-midi ».

Honorable Paulin Gbénou, député: « Ce défilé a été monotone »

« Ce défilé a été monotone. On pouvait le faire célébrer autrement en permettant à nos vaillantes populations de se mouvoir. Vous direz que c’est pour limiter les dépenses. Je ne pense pas. On ne doit plus parler de dépenses avec ce Gouvernement et avec tous les scandales. L’argent de notre pays est comme l’argent d’un marigot où, à l’aide d’une puisette, ils en prennent à volonté ».

Honorable Jérémie Adomahou: « On a fait beaucoup de politique et maintenant il faut passer au développement »

« J’apprécie ce défilé à sa juste valeur. Il a été un bon défilé. 55 ans est important et je pense qu’on a fait beaucoup de politique et maintenant il faut passer au développement de notre pays. On aurait souhaité voir le défilé civil, car c’est là la grande masse. On pouvait laisser la population s’exprimer ».

Rufin Zomahoun, ambassadeur du Bénin près le Japon

 « C’est une fierté pour nous de recevoir à ce défilé le représentant du Gouvernement et du peuple japonais, le ministre délégué qui a traversé les océans pour témoigner l’amitié du Japon au Bénin. C’est une occasion à saisir. Car, le ministre japonais vient de dire que le Bénin est le japon de l’Afrique. Nous avons beaucoup espoir que notre pays se développera à l’image du Japon ».

Mari Kawahara, Troisième secrétaire de l’ambassade du Japon au Bénin: « J’y suis à cause du dynamisme de l’ambassadeur qui est très connu au Japon »

 « C’est ma première visite au Bénin et je dirai que la fête a été magnifique. C’est Monsieur l’ambassadeur du Bénin au Japon qui m’a sollicité pour venir suivre cette fête. Oui, j’y suis à cause du dynamisme de l’ambassadeur qui est très connu au Japon ».

Propos recueillis par Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page