.
.

Le triomphe de la vérité

.

Après 55 années d’indépendance: « Nous devons sortir des sentiers battus », dixit Célestine Zanou


Vues : 2

En prélude à la célébration des 55 ans de l’accession du Bénin  à la souveraineté internationale, l’ancienne directrice de cabinet du président Mathieu Kérékou, Célestine Zanou a partagé avec le peuple, les fruits de ses observations, analyses et réflexions sur le Bénin depuis les indépendances à nos jours. C’était à travers une conférence de presse tenue hier jeudi 30 juillet 2015 au chant d’oiseau de Cotonou.

« Nous devons nécessairement sortir des sentiers battus et  agir de façon utile, urgente et nécessaire ». Telle est la grande recommandation formulée par Célestine Zanou à la veille de la célébration des 55 ans de l’accession du Bénin à la souveraineté internationale.  Cette exhortation relève du bilan à mi-parcours de la situation politique et administrative du Bénin depuis son indépendance. Pour elle, le Bénin a traversé plusieurs étapes dont l’Espoir de 1960 à 1963, l’Errance de 1963 à 1972, l’Egarement de 1972 à 1989, l’Explication et l’Expérimentation de 1990 à 2006 puis l’Epreuve de 2006 à 2010. Au-delà de ces 5E, Célestine Zanou a fait remarquer une certaine exaspération depuis 2010. Selon ses explications, cette exaspération est marquée par les différents scandales notés depuis 2010, entre autres, l’affaire PVI, les arrestations arbitraires, l’affaire tentative d’empoisonnement et de coup d’Etat, les soubresauts de la démocratie avec les émeutes des 4 et 5 mai 2015, les affaires de détournements de fonds, le mercato parlementaire, le marchandage des députés, l’affaire PPEAII qui a abouti à la suspension de la coopération entre le Bénin et les Pays-Bas. Célestine Zanou a aussi souligné la forte présence de la corruption qui a pris le pas sur tout tant dans la vie politique, administrative que sociale. Pour arriver à cette fin et faire du Bénin un pays sans corruption, elle a proposé plusieurs réformes. Il s’agit d’identifier les pesanteurs et les relations de corruptibilité, de réaliser un consensus populaire autour de la chaine de corruption et d’élaborer des réformes dans les domaines familial, éducationnel et sociocommunautaire, moral et professionnel, politico-économique et constitutionnel. « Il nous faut nous armer de la foi en un lendemain meilleur et joindre l’acte à la foi en faisant le choix de la conviction », a-t-elle rappelé.

Rastel DAN (Coll.)

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page